Prendre soin des yeux du cheval

yeux du cheval

Le cheval étant une proie pour de nombreux prédateurs dans la nature, ses sens sont aiguisés et très importants. La vue est alors indispensable et les yeux du cheval requièrent une attention particulière. Ils sont en contact direct avec l’environnement extérieur et deviennent alors vulnérables face aux agressions. Afin d’assurer un confort optimal et une santé irréprochable à votre cheval, il convient de prendre soin de ses yeux.

La vue du cheval est alors essentielle à sa survie et de puissantes paupières la protègent.

 

Le fonctionnement de la vision du cheval

Nos équidés préférés possèdent deux yeux positionnés latéralement. Ils ont une pupille allongée, leur permettant de bénéficier d’une vision de 340° afin de repérer les éventuels prédateurs. Ainsi, le cheval voit de sa hanche droite à sa hanche gauche.

Le positionnement des yeux du cheval l’aide à distinguer rapidement les mouvements aux alentours. Cette vision panoramique permet aux troupeaux de toujours rester sur leurs gardes en cas de danger.

 

La position latérale ajoute néanmoins deux zones aveugles. En effet, le cheval ne peut pas voir devant lui, au-dessus et en dessous à moins d’1m20 : voir ses pieds lui est donc impossible. La seconde zone d’angle mort se trouve derrière lui.

yeux du cheval

 

L’anatomie des yeux du cheval

Afin de bien voir, les yeux possèdent des récepteurs appelés tiges et cônes : ils servent à capter les lumières vives et faibles. De plus, ils ont également un tapetum lucidum (couche faisant rebondir la lumière qui se perd), qui donne l’aspect fluorescent quand les phares d’une voiture croisent l’œil du cheval. C’est pour cela que les chevaux voient quand il fait très sombre, sans forcément avoir une vision précise à ce moment-là.

 

Les différentes pathologies

En général, ce sont les parties superficielles qui sont les plus touchées par les maladies oculaires. Il s’agit donc des paupières, de la cornée, l’iris et le cristallin.

Plusieurs causes déclenchent ces pathologies : infection, traumatisme, etc.

Comme pour l’homme, les yeux du cheval sont des organes très fragiles. On observe alors un grand nombre de maladies : conjonctivite, ulcère cornéen, glaucome.

C’est pourquoi, quelques précautions sont à prendre pour éviter tout problème : protéger l’animal avec un masque contre les insectes et appliquer des produits de soins en font partie.

 

Les ulcères

Un ulcère est une petite blessure, traumatique, provoquée généralement par un élément extérieur. Cet accident écorche la cornée et provoque un ulcère. Par exemple, si le cheval n’a pas fait attention, il a pu se mettre une branche dans l’œil. Même si ce problème est arrivé rapidement, il s’infecte facilement et doit être repéré instantanément afin d’être pris en charge. En effet, si les bactéries et les germes s’installent alors que la blessure de la cornée se referme, des abcès se forment et la gravité de la pathologie évolue.

La kératite

La kératite impacte également la cornée et est engendrée par une infection bactérienne.

Il s’agit du problème de l’œil du cheval le plus fréquent.

 

La conjonctivite

Cette inflammation touche la surface interne des paupières et le blanc de l’œil du cheval : elle se repère généralement par des rougeurs, des larmes, un gonflement et parfois un liquide jaune s’écoule. De nombreux facteurs causent cette pathologie : les poussières et autres particules présentes dans l’environnement de l’animal pénètrent facilement dans l’œil. En été, les mouches transmettent également les conjonctivites, il est alors primordial de tout faire pour les éloigner de nos équidés préférés.

Si vous repérez les symptômes d’une conjonctivite, il est conseillé d’appeler un vétérinaire, qui prescrira un collyre ou une pommade afin de diminuer l’inflammation.

La cataracte

La cataracte est caractérisée par l’opacification du cristallin, celle-ci peut être discrète ou marquée. Il est important de la repérer le plus tôt possible afin d’éviter les probabilités d’évolution. À l’intérieur de l’œil, le cristallin agit comme une lentille, qui, en cas de cataracte, perd sa transparence. La pupille est alors blanche, comme si un voile s’était déposé sur l’œil du cheval. Une chirurgie est alors indispensable et le cristallin est aspiré progressivement à l’aide d’une sonde.

En cas de cataracte aggravée, le cheval perd la vision.

Si vous avez une assurance pour votre cheval, les frais vétérinaires sont pris en charge en cas de maladie des yeux : découvrez les offres Équidassur. 

Traiter les maladies des yeux du cheval

Les yeux sont des organes fragiles et importants, les atteintes aigües doivent être traitées en urgence chez le vétérinaire. Les pathologies oculaires sont faciles à reconnaître, car très visibles. Une simple conjonctivite fait pleurer le cheval, tout en gardant l’œil ouvert, tandis qu’un ulcère le ferme.

 

En cas de petite infection, du sérum physiologique ou une solution désinfectante aideront à évacuer les particules microbiennes.
Si les premiers soins ne sont pas suffisants, une pommade, un antibiotique et un collyre seront prescrit par un vétérinaire à la suite d’un diagnostic.

En préventif, il est conseillé de mettre un masque aux montures en été pour éviter les mouches ainsi que les poussières en cas de vent. Certains animaux sont plus touchés par les uvéites et infections oculaires, un masque anti-UV est conseillé.

Enfin, pour faciliter le repérage de chaque pathologie le plus rapidement possible, une surveillance quotidienne est recommandée.

 

Besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? En à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site Equidassur.fr ! Retrouvez-nous également sur notre page Facebook et Instagram !

Retour
0.025
0.025
0.025
0.025
0.025
0.026
0.026
0.026
0.026
0.026
0.03
0.03
0.03
0.03
0.03