balade à cheval

Faire une balade à cheval seul : les conseils d’Équidassur

Partir seul en balade permet de s'offrir un petit tête-à-tête avec son cheval tout en choisissant son chemin et son allure. c’est un sentiment de liberté qui fait rêver de nombreux cavaliers. pourtant, même si ce moment privilégié paraît magique, il y a de nombreuses précautions à prendre car la sécurité est rarement optimale en pleine nature. le cheval est un animal habitué à vivre en troupeau : être seul le rend d’autant plus attentif à son environnement. la sécurité : premier facteur à prendre en compte la chute est le premier risque que vous pouvez rencontrer si vous partez seul en balade. en effet, si vous êtes victime d’une chute, personne ne peut prévenir les secours en cas de blessure. veillez à avoir toujours sur vous un téléphone chargé en cas de soucis.   Évitez les chemins proches des routes et des grands axes très fréquentés par les voitures. le cheval peut se montrer peureux et les automobilistes ne font pas toujours attention à ralentir près de nos montures. de plus, en cas de chute, le cheval ne rentrera pas seul à l’écurie en passant par des axes routiers. la peur empêche l’animal de s’arrêter et l’accident est vite arrivé.   ce qu’il faut vérifier avant de partir tout d’abord, la bombe est un équipement indispensable dans l’équitation. même si vous connaissez votre animal par cœur, que vous êtes à l’aise depuis des années, il reste imprévisible et peureux. qu’il fasse froid au chaud, ne sortez jamais sans votre casque. de nombreuses vies ont été sauvées grâce au simple port de la bombe. de plus, il existe désormais de nombreuses formes et styles à la mode !   faire part de votre itinéraire à quelqu’un avant de partir est une étape à ne pas oublier. en effet, en cas de danger ou de problème, la zone de recherche sera connue. par exemple, si votre animal prend peur et qu’une chute un peu trop violente pousse le cheval à rentrer seul à l’écurie, le chemin pour vous retrouver est plus facilement identifiable.   faire une balade à cheval seul revient à prendre deux fois plus de précautions ! en effet, votre cheval ne vous aidera pas à replacer un filet mal placé, une sangle desserrée, etc. examinez toujours l’entièreté de votre matériel avant votre départ : les étriers, les étrivières et tout ce qui peut se casser à force de frictions.   la détente avant de partir en balade à cheval est également une étape primordiale. prévoyez une petite séance de 10 minutes dans un manège pour échauffer votre animal. ainsi, vous vous assurez de son état (content, nerveux, fatigué, etc.) tout en préparant son corps à la balade. besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram ...

le frison

Le frison

Le frison est une race équine possédant des caractéristiques bien particulières. elles permettent de le reconnaître en un coup d’œil parmi toutes les autres races de chevaux. surnommé « la perle noire », ce beau cheval de trait hollandais à la robe ébène et aux allures aériennes fait le bonheur des cavaliers de dressage et de spectacle.   l’histoire du frison le frison tire son nom de la frise : province du nord de la hollande. pendant des siècles, les chevaux sauvages ont vécu en troupeau jusqu’au moment où les romains commencent intentionnellement la reproduction de la race pour les utiliser à des fins particulières. ils observent les particularités de ces chevaux et établissent les bases de leur sélection pour la reproduction.   en europe, l’influence du cheval arabe est énorme à cette époque : la race est introduite en andalousie depuis les côtes du nord de l’afrique et se propage en occident pendant l’âge d’or du royaume espagnol. les lipizzans sont alors exportés vers l’europe centrale et les frisons vers les pays bordant la mer du nord. les particularités du frison font de lui un animal parfait, qui allie bien les activités des fermes laitières. ainsi, paysans et chevaux se développent en bonne harmonie sur de nombreuses générations. le cheval devient irremplaçable pour le transport du lait, du fumier, etc.   les particularités de la race sa robe est toujours entièrement noire, aucune marque blanche n’est acceptée pour les étalons alors qu’une petite étoile est tolérée pour les autres. cheval de trait assez léger, c’est un excellent trotteur avec un tempérament gentil et doux mais aussi vif et sensible. plein de volonté, il peut se montrer joueur devant un public. le frison possède une tête fière et expressive, une encolure implantée verticalement en col de cygne, un dos rond, un corps en puissance et des crins très longs parfois ondulés. c’est une race réputée pour sa proximité avec l’homme. il est intelligent, docile et apprend très vite. cependant, son côté vif et joueur font de lui une bonne monture pour un cavalier possédant un minimum d’expérience. l’évolution du frison au moyen Âge, il est la monture des seigneurs et constitue au 16 ème siècle la cavalerie d’école de dressage. au 19 ème siècle, il devient populaire pour la course de trot et en 1879, un registre d’élevage est créé par un groupe de passionnés. le frison devient alors le cheval qu’on connait aujourd’hui. pendant la première phase de la mécanisation de l’agriculture au 19ème siècle, le frison apporte la puissance de traction nécessaire.   ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale, avec l’apparition des tracteurs, que le frison disparaît des fermes. ainsi, en 1976, la frise ne compte plus que 400 frisons dont seulement 3 étalons. les bourgeois s’intéressent à cette race et décident de s’y pencher afin de les utiliser pour leur propre plaisir et non plus uniquement au travail. cette reconversion du cheval de trait à cheval de loisir commence à intéresser le monde entier.   les pays-bas, hébergent encore 70 % de l’élevage mondial, avec l’allemagne en deuxième position. en france, on compte une cinquantaine de naissances chaque année.   le frison est avant tout un cheval d’attelage, c’était d’ailleurs la seule race autorisée à tirer l’attelage de la reine beatrix des pays-bas. mais c’est en dressage que le panache du frison prend toute sa dimension.   les courses de trot et les courses d’attelage au sulky sont, dans les provinces du nord, une grande tradition. puis, c’est le 28 septembre 1728, que la première course de trot est introduite aux États-unis. depuis les années 60, certains éleveurs veulent apporter à la race un peu de sang pour former un cheval plus sportif : l’arabo-frison. un frison léger avec environ 10 à 20 % de sang arabe dans les veines. cette nouvelle race plaît beaucoup et s’exporte partout dans le monde.   la morphologie du frison mis à part sa robe très noire reconnaissable, l’avant-main de cet équidé possède un poitrail puissant, des épaules longues et inclinées, une encolure forte et arquée et un port de tête haut et noble. les côtes de ce cheval sont assez longues et cintrées avec un garrot marqué, pouvant être saillant, des membres solides et parfois courts, des fanon longs et fournis et les sabots robustes. l’espérance de vie du frison est d’environ 30 ans. en général, sa taille varie entre 1,55m et 1,65m au garrot. son poids est entre 750 et 800kg.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram   ...

dorsalgie du cheval

La dorsalgie du cheval

La dorsalgie du cheval est une maladie ayant un impact direct sur le travail et l’équitation de nos montures. elle touche particulièrement les chevaux de sport. l’intensité de l’entraînement et le matériel sont des facteurs pouvant amener à une dorsalgie du cheval. de nombreux symptômes doivent vous alerter !   quels sont les symptômes de la dorsalgie ?   ce mal de dos qui touche nos équidés préférés est plus fréquent qu’on ne peut le penser. cependant, cette pathologie est parfois compliquée à reconnaitre car, contrairement à d’autres maladies, elle ne se voit pas directement (par une boiterie ou un travail mal exécuté par exemple). les symptômes sont souvent confondus avec des troubles du comportement. le diagnostic est donc plutôt compliqué à réaliser, surtout qu’il peut varier en fonction du cheval. l’ostéopathe équin peut soulager la douleur des tensions liées à la posture, mais le vétérinaire est beaucoup mieux renseigné quant à la pathologie qui pose un problème.   vous pouvez vous rendre compte que quelque chose ne va pas si votre cheval est plus sensible qu’habituellement au pansage, avec une zone de chaleur anormale. le dos étant l’endroit où se regroupent les douleurs, le cheval devient agressif au moment de seller ou de sangler. bien évidemment, il devient raide lors des entraînements et voit ses performances à la baisse. si le dos se creuse et que l’engagement est moins présent, faites également appel à un vétérinaire.   les chevaux possédant de fortes douleurs peuvent parfois devenir violents : évitez alors de palper ses articulations sans la présence d’un professionnel. en effet, celui-ci manipule tout le rachis du cheval afin d’en savoir plus sur l’origine de la pathologie. si sa mobilité est réduite, un surfaix peut être appliqué pour évaluer sa locomotion.   comprendre les causes de la dorsalgie du cheval une fois le diagnostic évalué, plusieurs traitements locaux sont effectués : mésothérapie, infiltrations, laser, etc. mais pour éviter d’en arriver là, vous devez travailler votre cheval avec une bonne attitude et une selle adaptée à son dos afin qu’elle amortisse le poids du cavalier. afin de comprendre les douleurs provoquées par la dorsalgie, l’anatomie de l’animal doit être connue : le dos est fixé par une sorte d’élastique très dur, allant de la nuque à la base de la queue. le dos de nos équidés est composé de la colonne vertébrale, ainsi que de cet élastique appelé ligament nuchal, puis supra-épineux et enfin de nombreux muscles indispensables. les vétérinaires peuvent expliquer cette anatomie en comparant avec un arc : la colonne représente l’arc et les muscles, notamment les abdominaux, sont la corde. un équilibre constant entre les deux est alors pratiqué par le cheval afin de porter le poids du cavalier. le bien-être de votre monture passe par son dos. s’il associe la douleur à la monte de son cavalier, la relation se détériore très rapidement. c’est donc notre devoir de tenir compte du fonctionnement anatomique de nos équidés afin d’avoir le matériel le plus adapté et ainsi, avoir une bonne position à cheval.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !    ...

L’asthme équin

L’asthme équin est la deuxième cause d’interruption de la carrière d’un cheval de course, la première étant les boiteries. on peut regrouper cette maladie en deux parties : l’asthme équin modéré et sévère. l’incidence du premier varie énormément en fonction des chevaux mais n’est généralement le moins grave. cette pathologie, qui par définition ne se guérit pas touche les voies respiratoires basses du cheval : la trachée et les poumons. c’est souvent chez le cheval adulte qu’apparaissent les premiers symptômes. il existe divers moyens de prendre en charge l’état de l’animal pour maîtriser la maladie.   identifier les premiers signaux de l’asthme équin la grande capacité pulmonaire de nos équidés préférés ne peut pas augmenter, même après beaucoup d’entraînements. quand un poumon est atteint d’une maladie chronique telle que l’asthme, il est abîmé et ne se régénère pas. alors, un tissu cicatriciel se met en place et affecte la fonction principale, ce qui diminue la capacité pulmonaire de l’animal. À terme, quand la maladie est sévère, la qualité de vie de votre monture peut se dégrader et nécessiter de lourds soins médicaux.   les premiers signaux alarmants de l’asthme équin sont des symptômes respiratoires tels que la toux. au début, un effort trop prononcé au travail fait tousser voter cheval discrètement, puis au box et au pré. même un entraînement peu intense rend la respiration difficile et sa capacité de récupération diminue.   ces signes nécessitent l’avis d’un vétérinaire dès leur apparition. l’inflammation des voies respiratoires est en générale contrôlée à l’aide de corticostéroïdes, ce qui facilite la respiration et réduit ainsi les symptômes de l’asthme.   si vous possédez une assurance comme equidassur, les frais vous sont remboursés ! dans le cas contraire, n’hésitez pas à vous rendre sur notre site afin de découvrir nos offres assurance cheval. l’asthme modéré et sévère la pathologie modérée apparaît à un âge moyen et s’améliore souvent spontanément ou à la suite d’un traitement. en général, l’asthme modéré n’est pas récurrent, cependant, il rend les voies respiratoires hyper réactives. la génétique et l’exposition trop prolongée dans un endroit fermé amènent à cette maladie bégnine, sans grave conséquences.   au contraire, l’asthme sévère arrive après les 7 ans du cheval. la toux est forte et régulière et mène souvent à l’arrêt de l’activité de la monture. le flux d’air est limité dans les poumons qui possèdent un excès de mucus.   les symptômes diminuent avec un traitement adapté tel que l’utilisation de bronchodilatateurs ainsi qu’une amélioration drastique des mesures environnementales mais la maladie en elle-même ne disparaît jamais totalement.   la gestion de l’asthme équin les affections respiratoires sont favorisées par le mode de vie à l’écurie. améliorer leur lieu de vie direct est la clé d’une rémission à long terme. pour les deux formes de la pathologie, l’hébergement en box est à éviter. en effet, cet environnement regroupe beaucoup de poussières qui aggravent les insuffisances respiratoires.   parfois, par manque de places au pré, le box n’est pas une option. dans ce cas, il est primordial de remplacer les litières comme la paille ou les copeaux de bois non dépoussiérés par des dalles en caoutchouc ou une litière en lin. les dalles offrent une bonne isolation thermique et du confort à l’équidé, tout en étant plus faciles et plus rapides à nettoyer.   l’écurie doit également disposer d’une bonne aération car la santé des chevaux repose sur des mesures hygiéniques limitant les contacts avec les poussières et les moisissures présentes dans l’alimentation (le foin, la paille, etc.), aggravés par un défaut de ventilation. l’installation d’un thermomètre permet de vérifier les températures. en effet, les chevaux sont à l’aise à une température de 10°c environ. la température idéale est comprise entre 10 et 25°c sans variations brusques.   enfin, l’entretien régulier des écuries doit être réfléchi : le passage de balai doit être effectué quand les chevaux ne sont pas dans les boxes car ils provoquent l’envol des saletés présentes sur le sol.   même si un cheval au box est plus facile à surveiller, le pré est l’hébergement idéal pour un cheval asthmatique car il est vital de limiter les crises respiratoires. le choix de l’alimentation doit également être adapté et un foin purifié est la recommandation la plus judicieuse. faire tremper le foin ou le traiter à la vapeur est un bon moyen d’éviter les poussières volantes mais le temps de trempage ne doit pas dépasser 30 minutes afin d’éviter la prolifération de bactéries.   malgré le fait que la compétition et l’effort intense soient bannis, votre équidé préféré doit garder une activité physique régulière pour être en bonne santé. en hiver, il est primordial d’avoir un sol stable pour qu’il puisse se déplacer malgré la boue.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

reprise de dressage

La reprise de dressage

En équitation, de nombreuses disciplines sont pratiquées. parmi celles-ci, on retrouve le saut d’obstacles, le hunter, le cross et le dressage. ce dernier revient à enchaîner des figures équestres, présentées dans un carré de dressage (un terrain de 60 m par 20 m).   l’élégance de l’animal est exprimée tout le long des présentations de dressage. leurs mouvements sont fluides et précis. beaucoup de figures de dressage sont impressionnantes et demandent énormément de travail de la part du cheval et du cavalier. en compétition, les reprises sont composées de mouvements imposés ou libres effectués à différentes allures.   les bénéfices de la reprise de dressage sur le cheval la reprise de dressage a pour but de développer les qualités de nos montures en présentant une éducation harmonieuse. cette discipline rend nos équidés préférés calmes, confiants et souples. de plus, la complicité entre l’animal et le cavalier est d’autant plus sollicitée : les aides naturelles et la communication sont très présentes. le dressage constitue une base pour toutes les autres disciplines car il développe la relation entre l’homme et le cheval et apporte de nombreuses qualités. c’est pourquoi, cette discipline est présente et importante lors du passage de galops.   les qualités à avoir en dressage cet art équestre requiert une extrême concentration afin d’obtenir un moment magique plein d’harmonie. lors des reprises de haut niveau, l’animal danse au rythme de la musique et de nombreux spectacles attirent un public passionné. une reprise de dressage très bien réalisée demande une totale discrétion : les demandes doivent être invisibles pour que la beauté du couple soit optimisée.   s’entraîner pour la reprise de dressage tout d’abord, afin de bien préparer sa reprise, il faut détendre sa monture. pour un échauffement de qualité, la concentration sur les allures est primordiale. les lettres de la carrière peuvent également vous aider dès le début. par exemple, allonger le trot entre deux lettres, s’arrêter lors d’une diagonale ou partir au galop au prochain coin aident à discipliner votre équidé préféré. il est important de s’entraîner à faire des demandes précises pour que le cheval assimile des repères précis.   un exercice dur et intéressant lors de l’échauffement revient à se focaliser sur la courbure. À l’aide de l’épaule en dedans, le cheval se déplace latéralement sur 3 pistes tout en étant incurvé de la nuque à la queue. quelques formalités en reprise de dressage en compétition, avant de rentrer dans la carrière, certaines coutumes sont à effectuer. tout d’abord, il est important de faire le tour du terrain en saluant les juges d’un coup de tête. le cheval doit montrer qu’il est concentré et à l’écoute de son cavalier. une fois que la cloche retentie, le couple possède quarante-cinq secondes pour rentrer et commencer sa reprise de dressage.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

le pony-games

Les Pony-Games : guide complet

qu’est-ce que les poney-games ? les pony-games (appelés également mounted-games) est une discipline qui se joue principalement par équipe, avec des relais individuels sur un terrain de la taille de celui de foot. il y a en général entre 5 et 8 lignes. les équipes s’affrontent sur différents jeux : entre 9 et 12 sont par session selon les niveaux des cavaliers.   sur le règlement français, il y a un peu plus de 30 jeux qui sont des jeux de vitesse, techniques, à terre/à cheval.  c’est l’organisateur du concours qui les choisit afin de les avoir dans chaque spécialité.   malgré le fait qu’il s’agisse d’une discipline d’équipe, chacun évolue individuellement, les pony-games préparent toutes les techniques de l’équitation, sous une forme ludique et amusante. les facteurs prédominants afin de réussir un parcours sans faute en pony-games sont : la vitesse, l’habilité et l’aisance à cheval.   les débutants aiment beaucoup débuter avec cette discipline car elle permet aux enfants de rigoler et rencontrer de nouvelles personnes tout en apprenant les bases de l’équitation. la cohésion d’équipe est également une compétence que les pony-games font acquérir. c'est un sport qui amène à prendre confiance en soi et envers l’autre.   l’histoire des pony-games dans les années 1950, le gymkhana intéresse beaucoup les militaires anglais : il s’agit d’une discipline de l’équitation western répandue dans le nord des États-unis. celle-ci met en lumière l'agilité et la rapidité du cheval lors des épreuves. le gymkhana comporte plusieurs épreuves chronométrées qui doivent être exécutées.   ainsi, vers 1957, le prince philip d’Édimbourg, époux de la reine elisabeth ii d'angleterre, crée ce sport afin d’amener une discipline équestre praticable en compétition, dans lequel les enfants peuvent participer. la "prince philip cup" est créée au poney-club de grande-bretagne sous forme de plusieurs petits challenges en équipe de 5 cavaliers. les équipes gagnantes sont invitées au "horse of the year show" à wembley.   c’est uniquement en 1991 que les pony-games arrivent en france grâce à jacques cave (premier sélectionneur national). suite à cette découverte, les premières épreuves sont intégrées aux championnats de france poneys, à châteaubriant en 1993. les jeux pratiqués lors des pony-games les jeux pratiqués lors des pony-games se comptent au nombre de 33. ils sont répartis selon leurs difficultés en 3 catégories appelées les indices. chaque club est représenté par une couleur. slalom balle et cône les cinq drapeaux carton la corde les deux drapeaux les deux tasses facteur À pied à cheval les cinq tasses basket les marches les deux bouteilles teksab le pneu le petit président le jeu de l’épée les ballons chaussettes la banque pyramides monsieur les 3 tasses la tour de windsor boîte à outils bottle exchange les bouteilles la joute les quatre drapeaux balles et cônes international le jeu du président tool box scramble le hoopla quelques exemples de jeux lors des pony-games afin de pratiquer le jeu des deux drapeaux, en compétition, le départ est donné une fois que tous les chevaux sont prêts derrière la ligne de départ. l’arbitre annonce le go en baissant son drapeau. le relais se donne que lorsque les 4 pieds du cheval précédent se trouvent dans la zone d’échange.   le jeu des deux drapeaux : la règle : les cavaliers 1 et 3 se trouvent derrière la ligne de départ. les cavaliers 2 et 4 attendent derrière la ligne de fond. au signal de l’arbitre, le cavalier 1 tient un drapeau et galope vers le cône placé sur le même alignement que le premier piquet de slalom. une fois son drapeau déposé, il se dirige vers le cône placé sur le même alignement que le quatrième piquet de slalom où il attrape le drapeau qui est dessus. une fois la ligne franchit dans le fond, il transmet le drapeau au cavalier 2 qui exécute le même parcours en sens inverse. les cavaliers 3 et 4 agissent ensuite de la même manière. le gagnant est le cavalier ayant fait le moins d’erreurs possibles.   le jeu du carton : la règle : un seau est posé à 3 mètres sur le sol en face de la ligne de slalom. des cartons sont disposés sur un piquet. les 4 cavaliers sont derrière la ligne de départ jusqu’au signal de l’arbitre. le premier cavalier à se lancer prend l’un des cartons sur le piquet qu’il veut afin de le déposer dans un seau.  il retourne ensuite sur la ligne d’arrivée.   quand un piquet est tombé, le cavalier doit descendre afin de le replacer correctement, idem pour le carton. une fois l’erreur rectifiée, il est possible de récupérer le carton de son choix. si le joueur n’arriver pas à viser le seau et le renverse, il peut également descendre pour le remettre. le cavalier ayant fait le moins d’erreurs remporte l’épreuve.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

équitation jeux olympiques

L’équitation aux Jeux Olympiques

Les jeux olympiques modernes, connus aujourd’hui, existent depuis des millénaires. en effet, c’est en grèce antique que ces évènements sportifs débutent. tous les quatre ans, les sports d’hiver et d’été rassemblent de nombreux athlètes pour chaque olympiade. c’est d’ailleurs au centre religieux de la ville d’olympie que se tiennent ces jeux à l’origine. puis, les premiers jeux olympiques modernes tels qu’on les connaît se tiennent en 1896 à athènes. l’histoire de l’équitation aux jeux olympiques l’équitation apparaît au programme des jo depuis 1900 à paris. ce n’était que le saut d’obstacles qui était représenté au début, puis le dressage et le concours complet, en 1912. cependant, cette compétition était réservée uniquement aux cavaliers militaires et masculins jusqu’en 1952 où la mixité s’établie. le cheval avait déjà été présent dans l’antiquité à travers les courses de chars en grèce. notre sport préféré est alors représenté dans trois disciplines : le cso, le dressage et le concours complet, avec des épreuves individuelles et par équipe. l'équitation aux jeux olympiques est représentée dans trois disciplines équestres disputées à titre individuel et par équipes : le saut d'obstacles, le dressage, et le concours complet. il s'agit de la seule discipline qui implique les humains et les animaux pour qu’ils forment une équipe et l'une des rares totalement mixte. en effet, les hommes et les femmes sont à armes égales.   la fédération Équestre internationale est soumise à une réglementation stricte validée par le comité international olympique. cette discipline est une des seules à accepter les animaux, ainsi, de nombreux tests anti-dopage sont effectués tout le long des compétitions.   depuis le début de l’équitation aux jeux olympiques, la principale nation gagnante est l’allemagne, ayant comptabilisée le plus grand nombre de médailles. en revanche, la cavalière néerlandaise anky van grunsven est l'athlète la plus titrée avec neuf médailles olympiques remportées. l’équipe de france d’équitation aux jeux olympiques de tokyo 2020 cette année, les jeux olympiques se sont déroulés au japon et l’équipe de france n’est pas présente sur le podium cette année. voici la liste des cavaliers et cavalières qui se sont envolés pour les jo de tokyo du 23 juillet au 8 aoû t : en cso, nicolas delmotte avec urvoso du roch, pénélope leprévost avec vancouver de lanlore et mathieu billot avec quel filou. simon delestre s’ajoute à la liste avec berlux z en tant que duo réserviste. À côté, nicolas touzaint (avec un sans-faute), karim laghouag (une pénalité de 4 points) et christopher six (avec un sans-faute) ont décroché la médaille de bronze lord du concours complet par équipes, la 23ème médaille pour la france dans ces jeux. les médailles remportées par la france en équitation aux jeux olympiques. en dressage individuel : - 1932 à los angeles, xavier lesage sur plumard remporte la médaille d’or après avoir gagné la médaille de bronze en 1924. - 1928 à paris et 1932 à los angeles, charles marion sur linon remmène la médaille d’argent. - 1948 à londres et en 1952 à helsinki, andré jousseaume sur harpagon remporte la médaille d’argent et de bronze. en concours complet individuel : - 1912 à stockholm avec jacques cariou sur cocotte : médaille de bronze - 1948 à londres avec bernard chevallier sur alglonne : médaille d’or - 1968 au mexique avec jean-jacques guyon sur pitou : médaille d’or   saut d’obstacles individuel : - 1900 à paris avec louis de champsavin sur terpischore : médaille de bronze - 1912 à stockholm avec jacques cariou sur mignon : médaille d’or - 1928 à amsterdam avec pierre bertran de balanda sur papillon : médaille d’argent - 1952 à helsinki et 1964 à tokyo avec pierre jonquères d'oriola sur ali baba : médaille d’or - 1988 à séoul avec pierre durand sur jappeloup - 1996 à atlanta avec alexandra ledermann sur rochet m   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

Choisir un bon club équestre : les conseils d’Équidassur

Tout cavalier débute en général dans un club équestre afin d’apprendre les bases de l’équitation. une multitude de journées portes ouvertes existent et de nombreuses offres et avantages sont mis en avant. le choix est difficile parmi cette forte concurrence, alors comment choisir un club équestre qui vous convient ? voici les quelques étapes à prendre en compte lors de votre décision.   décider du lieu du club équestre l’idéal est de choisir un club hippique proche de votre logement. pour ce faire, effectuez une première sélection en repérant sur un plan entre 4 et 5 centres équestres. afin de vous assurer de la qualité des établissements choisis, il est possible de le vérifier sur la ffe (fédération française d’Équitation).   pour réussir à effectuer une sélection intéressante, ne prenez pas en compte uniquement le kilométrage, mais aussi l’emplacement du centre. pour cela, vérifiez à quel moment vous devez aller aux écuries car certaines routes sont plus longues que d’autres et sont très embouteillées lors des heures de pointe.   les prix des centres d’équitation une fois sélectionnés en fonction de leur localisation, vérifiez les tarifs de chaque club équestre sur leur site internet. prenez également en compte le coût de la licence obligatoire délivrée par la ffe (fédération française d’Équitation) qui est de 36€ pour les majeurs et 25€ pour les mineurs. certaines cotisations peuvent également être ajoutées et varient en fonction des établissements et des régions. ainsi, comparez tous les coûts pour être certain de votre choix. pour suivre, le prix des leçons est différent selon les moniteurs et le niveau des cavaliers en cours. de nombreux centres proposent des forfaits, des cours particuliers, des stages, etc. si vous souhaitez vous renseigner sur tous les tarifs, n’hésitez pas à téléphoner directement au centre équestre. pour les cavaliers souhaitant faire des compétitions, des frais sont ajoutés, comparez-les également.   les activités proposées du club équestre en fonction de vos objectifs chaque cavalier possède sa discipline favorite : saut d’obstacles, dressage, polo, cross, pony-games, il y en a pour tous les goûts. beaucoup de centres hippiques proposent des activités spécifiques. des écuries sont réservées aux propriétaires ou aux compétitions et d’autres sont dans une ambiance plus familiale. la première étape, une fois le budget établi, est de définir ses priorités. si vous êtes adeptes des randonnées et des balades dans la nature, un club équestre en campagne vous convient mieux qu’un haras réputé. la question concernant la compétition est également à prendre en compte : il faut que l’établissement possède des camions pour sortir tous les chevaux en concours par exemple.   bien évidemment, s’il s’agit de pony-games, de polo ou d’activité en équipe, l’ambiance et les membres du centre équestre sont des critères très importants pour prendre votre décision. en effet, lors de vos visites, échanger avec les habitués du lieu se révèle parfois très utile. c’est le moment d’en apprendre davantage sur les activités proposées et la mentalité des cavaliers. afin de progresser et prendre plaisir à la monte, il est primordial de se sentir bien. trouver un moniteur adapté le corps enseignant, comme dans toute discipline, est un facteur à ne pas prendre à la légère. lors de vos visites, essayez d’assister à un cours de votre niveau en observant l’exigence demandée, la compréhension du moniteur, la monte des cavaliers et les capacités des chevaux.   certains professeurs d’équitation sont plus axés sur la technique alors que d’autres mettent le loisir en avant. c’est primordial de trouver un club équestre qui vous convient à tous les niveaux, dont le corps enseignant est en adéquation avec vos objectifs à cheval. de plus, pensez à questionner les professeurs concernant le planning de la semaine afin de ne pas vous inscrire pour vous retrouver à y aller une seule fois.   les chevaux et les installations pendant vos visites dans les différentes écuries sélectionnées près de chez vous, n’oubliez pas de faire le tour du propriétaire. posez des questions concernant le quotidien des animaux et la vie au sein du centre hippique. observez la taille, la qualité et la propreté des boxes, des prés et des structures ou vivent les chevaux. c’est un excellent moyen pour s’assurer que les animaux sont bien entretenus (pas de blessures, suffisamment de nourriture, propreté des abreuvoirs, etc.). la cavalerie doit également être séparée en fonction des niveaux : un cheval excellent en compétition de haut niveau doit éviter d’être mis sous la main d’un débutant qui ne sait pas tenir des rennes par exemple. de plus, si vous avez un bon niveau de base, pour votre progression, vous apprécierez de monter des chevaux qui répondent à des aides plus discrètes. besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

cheval Clydesdale

L’impressionnant cheval Clydesdale

Le clydesdale est un cheval de trait originaire d’ecosse. il tient son nom de la vallée du clyde. c’est un des plus grands chevaux du monde : il mesure jusqu’à 1m83 au garrot. grâce à cette taille impressionnante et sa musculature exceptionnelle, il est généralement utilisé pour les travaux agricoles et forestiers. sa force de traction lui permet d’être une très d’une grande utilité dans les champs. leur nombre a légèrement augmenté au fil du temps, bien que cette race soit rare. en 2010, l'effectif mondial est d'environ 5 000 clydesdales et est principalement répandu au canada, en australie et en nouvelle-zélande.   l’histoire du clydesdale l’histoire de cette race remonte à de nombreuses décennies. c’est au xviiième que la demande de cheval de trait augmente. en effet, les hippomobiles sont de plus en plus utilisées : les chevaux de la vallée du clyde sont croisés avec des étalons de flandre et des midlands anglais. petit à petit, ces chevaux sont utilisés pour la traction en ville et le transport de charbon. c’est au xixème que les chevaux obtenus du croisement, sont ensuite à nouveau mélangés avec le shire, afin d’ajouter la docilité et la taille à leurs caractéristiques. lors de la première guerre mondiale, la demande de chevaux de trait diminue et l’effectif de la race est moins conséquent. désormais, le cheval clydesdale participe à des concours de labour qui jugent la capacité de tracer des sillons droits, faire demi-tour et avoir une démarche intéressante. de plus, ce cheval est utilisé comme monture lors de spectacles équins. en angleterre, dans le lake district, un centre d'équitation est spécialisé en clydesdale et s’occupe uniquement de cette race.   ainsi, au cours de l'histoire, le cheval clydesdale est devenu un compagnon précieux pour l'homme, en tant qu’animal de trait pour l'armée britannique ou comme assistant parfait auprès des colons australiens. puis, ces fidèles destriers sont remplacés par des machines dans de nombreux pays. les clydesdales sont alors élevés pour la compétition et donnent des équidés dociles, élégants et extrêmement fiables. caractéristiques du cheval clydesdale il a la particularité de posséder une tête plate avec les naseaux assez larges et ouverts. l’encolure du cheval clydesdale est rouée, son garrot ressort et son dos est plutôt court. concernant son arrière-main, elle est connue pour être très musclée. de plus, comme de nombreux chevaux de trait, il est facilement reconnaissable grâce à son poil long et soyeux qu'il porte sur ses jambes. il possède en générale la robe baie. son dressage est très simple et son caractère, malgré sa puissance et sa taille impressionnante, est d’une docilité déconcertante. son excellente personnalité fait de lui un cheval de trait parfait. un petit conseil concernant l’alimentation des chevaux comme les percherons ou les clydesdales : passez à l’alimentation adulte à un âge adapté, sans tenir compte de la taille de l’animal. en effet, de nombreux éleveurs le font de manière précoce et cette erreur limite leur développement en largeur.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

l’équithérapie

L’équithérapie : le cheval comme soutien

L'équithérapie est une méthode utilisée en complément de la médecine traditionnelle. qu’il s’agisse de personnes présentant des troubles psychologiques ou physiques, cette technique aide à améliorer la qualité de vie de nombreux malades. cette approche revient à faire intervenir l’animal auprès des individus en difficulté. elle apporte des bienfaits à des personnes âgées, en situation de handicap ou en détresse sociale. le cheval vient donc au secours de beaucoup de gens. l’équithérapie a un effet très positif sur le développement cognitif (capacités du cerveau qui permettent de communiquer, de percevoir l’environnement, de se concentrer, de se souvenir d'un événement et d'accumuler des connaissances). la médication équine est une technique abordée aujourd’hui par de nombreux hôpitaux français. cette pratique est excellente pour le corps et l’esprit des individus malades : le cheval est un des acteurs principaux de leur rétablissement et travaille en association avec le personnel soignant. il fait alors partie du corps médical et assure la bonne santé physique et mentale des personnes qu’il côtoie.   l’histoire de l’équithérapie l’équithérapie existe depuis des millénaires : son histoire débute en grèce antique pour guérir de nombreuses pathologies. la méthode connue actuellement (associer l’animal au personnel soignant directement) se développe depuis les années 1900 aux États-unis. c’est uniquement en 1969 que les premiers centres spécialisés dans l’équithérapie voient le jour. désormais, de nombreux établissements proposent cette médecine douce.   les avantages de la thérapie équine cette technique s’adapte aux adultes et aux enfants et stimule également les petits en bas âge. les animaux ont de nombreux bienfaits sur les hommes. en effet, physiologiquement parlant, le cheval transmet de la chaleur aidant les muscles à se relaxer. des pulsions rythmiques sont envoyées à la ceinture pelvienne et aux jambes, apportant de l’aide à la coordination des membres. la sensation provoquée lors de monte à cheval émet un mouvement moteur qui rassure les cavaliers souffrants. ce traitement animalier aide également à diminuer les troubles tels que le stress, la dépression, l’addiction et les problèmes obsessionnels.   le cheval au sein des maisons de retraite : l’exemple de peyo de nos jours, il n’est pas rare de voir un cheval au chevet des résidents d’ephad. en effet, c’est un allié précieux pour accompagner la solitude des personnes âgées. de réelles relations se créent entre l’animal et les habitants de la maison de retraite. c’est le cas de peyo, étalon champion de dressage qui fait souvent le tour de ces établissements afin de se laisser caresser tendrement. il fait preuve d’une douceur et d’une empathie incroyables : il ne s’approche jamais des perfusions et fait attention à être calme peu importe la situation. peyo est un étalon de 15 ans basé à dijon. il mène la visite entre 20 à 30 minutes dans les chambres des personnes âgées. une certaine alchimie se passe lorsqu’il est dans la maison de retraite. parfois, un souvenir revient grâce à la présence de l’animal. en effet, un ancien service militaire, une visite à la ferme ou même un moment de leur enfance leur remonte uniquement avec la simple vue de peyo. un grand silence est souvent observé quand l’équidé est entre les murs des ephad et les cris disparaissent d’un coup. peyo possède des qualités incroyables qu’il partage dans les maisons de retraite. cependant, son histoire n’était pas destinée à aider les personnes en difficultés. en effet, son propriétaire, hassen bouchakour raconte avoir acquis l’équidé quand il était encore un jeune poulain. peyo veut dire "serpillière" en patois car l’animal n’était pas apprécié par les autres chevaux durant son enfance et il revenait souvent avec des blessures. selon les dires d’hassen : « au début les choses n'ont pas été simples, il ne se passait rien avec peyo. tout ce que je lui demandais m'était refusé. et puis, lorsque je ne lui ai plus rien demandé, alors il m'a tout donné ! avec peyo, on a développé une véritable complicité, une confiance totale l'un envers l'autre. c'est un cheval très vigoureux, nerveux. on travaille ensemble et le plaisir est notre seul guide ». mais alors comment font peyo et tous les chevaux utilisés au sein des centres hospitaliers pour avoir de tels impacts ? pour le moment, personne ne le sait. mais chacune des visites semble avoir des effets miraculeux pour tous les patients concernés. certains animaux sont dotés d'une compassion naturelle et permettent d’apporter une forme de sérénité. bien évidemment, ils ne guérissent pas les maladies, mais ils apaisent les personnes, ce qui permet de réduire considérablement de nombreuses douleurs. ainsi, nos amis les bêtes peuvent être d’une immense utilité pour les personnes ayant des difficultés psychologiques et physiques grâce à un sixième sens qui leur permet d’être apaisant et de bonne compagnie ! besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !      ...

étriers

Le choix des étriers en équitation : conseils et astuces

Bien choisir ses étriers en équitation est une étape importante lors de l’achat du matériel. aujourd’hui, de nombreux modèles existent en fonction des goûts, de la discipline et de la morphologie du cavalier.   les étriers permettent de prendre appui symétriquement sur les deux pieds. ils sont reliés à la selle par des étrivières réglables. la descente de jambe du cavalier repose également sur cette partie qui aide à la monte. ainsi, ces accessoires sont conçus et déclinés selon de nombreuses variantes afin d’être bien adaptés pour le confort du cavalier et de sa monture. l’histoire de l’étrier dans l’équitation À l’origine, cet accessoire vient de chine, plusieurs siècles après jésus-christ. leur première fonction aide les cavaliers à se hisser sur la selle. cependant, les peuples turco-mongols auraient mis en place les étriers d’aujourd’hui afin d’apporter du soutien aux jambes pour davantage de confort et de facilité bien avant jésus-christ, selon certains historiens. désormais, les modèles sont conçus pour être de plus en plus légers. la sécurité : principale qualité recherchée lors du choix des étriers la sécurité de cet accessoire est également très importante : une multitude de modèles sont dessinés pour réduire les dommages causés lors d’une chute. ainsi, le choix d’un bon matériel impact directement sur les performances. celui-ci dépend essentiellement du niveau d’équitation du cavalier, du niveau de confort qu’il recherche et des pratiques à cheval. le choix des étriers en fonction de la discipline   certains critères priment en fonction de la discipline équestre. en cso (saut d’obstacles) et en cross, la qualité recherchée est l’amortissement afin de ne pas perdre l’équilibre lors de la réception des sauts. en dressage, le plancher de l’étrier doit être muni d’un grip pour accentuer la stabilité, primordiale dans cette discipline : ils sont souvent en acier et relativement lourds. la sécurité est néanmoins l’atout principal mis en avant par les marques, qui rivalisent de nouveautés sur ce thème. par exemple, la tendance du moment est un étrier aimanté : sa caractéristique magnétique lui permet d’obtenir une confiance incomparable. en effet, rester coincé dans un étrier lors d'une chute peut entraîner de dangereux accidents et l’ouverture dont dispose de ce nouveau produit évite problème à 100 %.   en fonction de la régularité de la monte (occasionnelle ou régulière), le choix de la paire d’étriers est important. pour le cavalier d’endurance, c’est un plancher large qui est à favoriser afin de soulager les jambes sur la durée.   le choix des étriers selon la morphologie du cavalier   de nombreux cavaliers connaissent des problèmes d’articulation après de longues années de monte : à chaque problème, sa solution ! il existe alors des étriers avec une inclinaison particulière réduisant la pression exercée par les étrivières sur les mollets. les étriers à cheval sont dotés de branches articulées pour soulager les tensions dans les genoux et dans les hanches pour permettre de garder les talons baissés et le dos droit. en conclusion, l’idéal avant de choisir ses étriers est de les tester tout en prenant en compte sa discipline équestre préférée et ses éventuels problèmes physiques. besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !      ...

la chaleur sur le cheval

Les effets de la chaleur sur le cheval

L’été est enfin là et la chaleur arrive à grand pas. nos amis à poils sont également touchés par les fortes températures et le combo ne fait pas toujours bon ménage. voici quelques explications et conseils à appliquer pour éviter les coups de chaud de sa monture. les effets de la chaleur sur le cheval les chevaux sont constitués de telle façon qu’ils supportent généralement mieux la chaleur que le froid. en été, les poils qui protègent la peau du soleil sont assez fins et ne mesurent pas plus de 2 cm : elle profite ainsi de la fraîcheur de l’air et les brises légères. chez les chevaux ayant la robe blanche, les rayons trop puissants peuvent provoquer des brûlures sur les régions dépourvues de poils. celles-ci provoquent des rougeurs, qui résultent ensuite le plus souvent par une desquamation (peau qui pèle). si vous avez assuré votre cheval chez equidassur, tous ces soins peuvent être pris en charge, n’hésitez pas à nous contacter. ce phénomène est dû au manque de protection de la peau, mais il n’influe pas sur la capacité du cheval à supporter la chaleur.   comme tout mammifère, le cheval maintient sa température corporelle constante, qui varie au repos entre 37,5° et 38,2°. en liberté, notre équidé préféré présente des troubles si sa température augmente trop, il transpire alors énormément afin de la baisser.   dans les climats chauds, le cheval se nourrit surtout la nuit car la chaleur augmente quand il mange, sous l’effet du processus digestif : c’est pour cela qu’il évite de se prêter à cette activité aux moments les plus chauds de la journée. en effet, l’herbe est plus fraîche et tendre le soir.   les précautions à prendre en cas de forte chaleur sur le cheval durant les saisons chaudes, il est fondamental que nos animaux à sabots disposent d’une grande quantité d’eau et qu’ils puissent y accéder librement. dans la nature, les hardes de chevaux se retrouvent dans différents points d’eau pour lutter contre la chaleur. en ce qui concerne les activités sportives, les fortes températures dérangent nos équidés préférés. ceux qui ne s’hydratent pas suffisamment subissent un coup de chaleur parfois très grave. quand elle est élevée et qu’elle coïncide avec un fort degré d’humidité, les risques sont augmentés. le mécanise de transpiration fait perdre à l’animal une quantité importante de sels minéraux, nécessaires au bon fonctionnement de son organisme. le sodium et le potassium, par exemple, sont indispensables au système cardiaque et musculaire.   protéger votre cheval de la hausse des températures les symptômes d’un coup de chaleur sont les suivants : des crampes, une augmentation de la fréquence cardiaque et respiratoire (parfois même jusqu’à l’asphyxie) et une augmentation de la température corporelle. dans les cas les plus sérieux, le cheval refuse de boire de l’eau et l’hydratation n’est possible qu’à l’aide d’un sérum physiologique. pour éviter une telle issue, il est conseillé de doucher le cheval et lui donner régulièrement à boire pendant les entraînements sous le soleil. si vous avez l’habitude de le laisser au box, faites en sorte que l’air circule bien, tout en faisant attention aux courants d’air qui peuvent rendre le cheval malade s’il n’est pas sec après la douche ! de plus, lors de vos balades, préférez les chemins ombragés et prévoyez vos pauses sous les arbres. par de fortes chaleurs, il est tout de même déconseillé de soumettre à une activité sportive les chevaux qui ne transpirent pas ou qui n’ont pas encore fait leur poil d’hiver. le confort et la santé de l’animal doivent passer avant le travail et la performance.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

tapis de cheval

Le tapis de cheval : élément indispensable au matériel d’équitation

Aujourd’hui, le bien-être du cheval est au centre des préoccupations des cavaliers. le matériel équestre se développe et différentes technologies s’adaptent aux caractéristiques de l’animal. tout l’équipement se fait en fonction de l’adaptation à l’anatomie du cheval : les cavaliers prennent conscience de l’importance de l’utilisation de bons produits. néanmoins, le tapis de cheval est parfois négligé pour privilégier les performances et l’esthétique. attention à bien placer la selle et l’amortisseur car ils peuvent à terme endommager le dos du cheval et avoir des répercussions sur la locomotion. les caractéristiques d’un bon tapis malheureusement, certains cavaliers font l’impasse sur cet équipement. le tapis de selle est souvent associé à un accessoire de mode permettant de changer les couleurs de l’équipement. cependant, cela paraît évident qu’il s’agit d’un indispensable pour la santé de votre monture. en effet, le garrot et la colonne vertébrale sont des zones qui subissent de fortes pressions dues à la selle et au poids du cavalier. c’est pourquoi, il est fortement conseillé d’opter pour un tapis de cheval adapté à son anatomie, bien dégarotté à l’avant et à l’arrière afin d’éviter des points de surpression de la selle.   concernant la matière, optez plutôt pour du coton : il permet d’éviter la transpiration et est hypoallergénique. son entretien est également très facile car une simple visite dans la machine à laver à basse température suffie (après avoir, bien évidemment, retiré les poils à l’aide d’une brosse douce). si possible, les doublures en coton nid d’abeille permettent une meilleure circulation de l’air afin de laisser la peau respirer. pour les petites séances peu intenses, le nid d’abeille synthétique fait l’affaire. cependant, cette matière à tendance à « mousser » très rapidement, ce qui va, à la longue, irriter le dos du cheval. le mouton est hypoallergénique, respirant et confortable pour le cheval. néanmoins, la selle ne doit pas prendre trop de place car comme pour nous, un gros pull sous une doudoune n’est pas un combo agréable. le lavage doit se faire à la main.   choisir un bon tapis de selle en fonction de son cheval nos équidés préférés ont des besoins différents : certains transpirent plus vite que d’autres, ont la peau plus ou moins fragile, etc. il faut alors se questionner sur plusieurs facteurs : la matière intérieure et extérieure, le passage de sangle et les passants autour du garrot. pour l’effet visuel, c’est l’extérieur qui prime mais pour le confort de l’animal, il faut se focaliser sur l’intérieur. les passants en scratch permettent de tenir la selle en place. cependant, il est préférable d’opter pour un tapis de cheval qui n’en possède pas : quand ils restent entre la selle et l’animal, un point de pression désagréable est créé et lui fait mal.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

Le Selle Français

Le Selle Français : une race particulièrement appréciée

Parmi les nombreuses races françaises chez les chevaux, l’une d’entre elles sort du lot et fait le bonheur des cavaliers. elle est connue dans le monde entier et est la commune de nombreux chevaux célèbres. en effet, le selle français est une race emblématique ! quelle est l’origine du selle français ? le selle français est originaire de juments autochtones françaises. celles-ci ont été croisées avec des pur-sang anglais et des norfolk dans les années 1800. À la suite de ce mélange, des animaux forts et courageux sont nés : ils sont alors utiles à cette époque pour faire la guerre. les trotteurs étaient également très intéressants pour leur endurance. l'anglo-normand est le cheval de base le plus reconnu pour le selle français. cependant, de nombreuses races françaises locales ont été élevées comme chevaux de selle tels que le vendéen, le charolais, le limousin et le corlay. le berceau de la race se situe en france dans la région de la basse-normandie. c’est au 19ème siècle que tous ces croisements mènent à la création de deux races : le trotteur français et l’anglo-normand. mais au 20ème siècle, celles-ci tendent vers des activités de loisirs et de compétitions. l’anglo-normand est alors une nouvelle fois mélangé à des pur-sang arabes, anglais, et anglo-arabes afin d’obtenir les caractéristiques d’un cheval de selle robuste, docile et beau.   les aptitudes et utilisations du selle français sa sélection est extrêmement tournée vers le saut d'obstacles depuis quelques années : le selle français est devenu un cheval de haute compétition faisant aujourd’hui parti des équipes internationales de saut d'obstacles et de concours complets d'équitation. cette race est particulièrement répandue dans les écuries grâce à son confort, sa facilité d’apprentissage et son caractère. de plus, son bon passage de dos, son excellent équilibre et son bon geste des antérieurs font de lui une super monture de saut d’obstacles. le selle français est très habile et regorge d’énergie. grâce à sa force très imposante, cette race est aussi présente en concours complet, dressage, trec et voltige, qui lui permettent d’être présente sur les podiums mondiaux de toutes les compétitions hippiques.   au-delà de son excellence à l’obstacle et de sa polyvalence, son caractère et sa gentillesse font du selle français un cheval parfait pour l’apprentissage des cavaliers débutants. mentalement, il aime être proche des hommes et se donne à fond pour satisfaire son cavalier. c’est un équidé intelligent, courageux et très dynamique. ainsi, il est parfaitement adapté aux compétitions quand il faut rester calme et concentré en cas de stress.   les particularités physiques du selle français la plupart du temps, cette race est facilement reconnaissable : ses allures sont régulières et amples. elle toise en général entre 1m60 au garrot et 1m75, même si certaines exceptions peuvent exister. en ce qui concerne son poids, il varie entre 400 kg et 500 kg. les membres de cet équidé sont solides et son encolure est assez longue. concernant les robes, elles peuvent être caractéristique de certaines races, comme l’appaloosa, mais pour le selle français, c’est le bai, l’alezan, le bai-brun, le gris et le noir qui sont les plus répandues. sa tête est très expressive et ses crins ne sont pas beaucoup fournis. on remarque tout de même chez le selle français de nombreuses marques (en tête et balzanes notamment). il est étonnamment possible de trouver un « défaut » à cette race : son ossature est un peu moins solide que chez d’autres chevaux demi-sang de sport. quelques chiffres à propos du selle français dans l’élevage de la race, 80 % de la reproduction est assistée à travers l’insémination artificielle (technique autorisée en france depuis décembre 1986, qui consiste à prendre la semence d'un étalon et à la conditionner afin de la déposer dans l’utérus d’une jument en chaleur). en france, on répertorie 8 000 éleveurs de selle français, 7 000 nouveau-nés sont à vendre et 12 000 juments sont saillies chaque année.   quelques selles français connus : baloubet du rouet, champion olympique en 2004, plusieurs fois champion du monde avec son cavalier brésilien rodrigo pessoa galoubet a et gilles bertrán de balanda jalisco b et michel robert le tot de semilly et eric levallois quito de baussy, champion du monde, champion d'europe, sur le podium des jeux olympiques en 1992 avec eric navet quidam de revel, médaille de bronze par équipe au jeux olympiques en 1992, champion international avec son cavalier hervé godignon (entraîneur de l’équipe colombienne). jappeloup de luze, champion du monde en 1988 avec son cavalier pierre durand   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

assurance cheval

L’assurance cheval : un indispensable pour le propriétaire

Par définition, une assurance cheval est un contrat avec un assureur que vous payez tous les mois afin que cette cotisation lui permettre de vous reverser une certaine somme d’argent en cas de sinistre. assurer son cheval est une étape importante quand on devient propriétaire. ainsi, le couvrir est recommandé car c’est un équidé fragile malgré son importante corpulence. le cavalier est responsable des dommages matériels et corporels que peut causer l’animal. si vous n’êtes pas protégés par une assurance cheval telle que equidassur, cela peut vous coûter très cher. quelles sont les conditions pour assurer mon cheval ? la garantie de base est l’assurance mortalité, qui peut se compléter par une assurance vétérinaire : cela permet de mettre en place une mutuelle cheval. cette assurance est valable pour tous les équidés, que ce soit un poulain, une jument ou un étalon. l’assurance pour nos montures est une des assurances équestres à souscrire, tout comme la responsabilité civile propriétaire.   quelles options s’offrent au propriétaire ? tout d’abord, les garanties de base sont la mortalité et le vol de l’animal. À cela peuvent s’ajouter les frais vétérinaires : suite à accident, une maladie, une opération, etc. la protection juridique et la responsabilité civile cheval sont également des options à prendre en compte lors de l’achat car elles entrent dans vos dépenses quotidiennes.   la responsabilité civile est le minimum à posséder quand vous devenez propriétaire. il s’agit d’une obligation légale imposant à toute personne de réparer les dommages causés par son animal. un accident est vite arrivé et tout événement imprévisible provoquant des séquelles (corporelles, matérielles ou immatérielles) est soumis à la responsabilité du propriétaire.   pour ce qui est de souscrire une couverture plus complète, il est primordial de faire le point sur les besoins de l’animal et de prendre en compte de nombreux facteurs : demandez-vous si votre matériel d’équitation a une grande valeur par exemple. de plus, si votre cheval est souvent transporté et qu’il travaille intensément pour préparer des compétitions, il est alors judicieux de souscrire une assurance assez complète, qui inclut les frais vétérinaires. une fois que les besoins sont bien définis, vous pouvez effectuer un devis après avoir consulté les formules proposées par Équidassur.   dans quels cas une assurance cheval vous est utile ? malgré ses nombreuses qualités, l’équitation est un sport dangereux. un animal reste imprévisible et les accidents à cheval sont vite arrivés. même si tous les propriétaires de nos équidés préférés ne s’en servent pas forcément pour la monte, cet animal reste fragile. avec une assurance, l’indemnisation prend la forme d’un capital qui vous est versé en cas d’invalidité ou de décès. tout propriétaire qui se respecte connaît la valeur exorbitante des frais vétérinaires. en effet, soigner un bête de 700 kg n’est pas une mince affaire. cette prise en charge est l’option la plus demandée par les possesseurs de chevaux. par exemple, si votre animal se blesse (fourbure, colique, tendinite), votre assureur peut prendre les soins à sa charge.   qu’est ce qui n’est pas assuré avec une assurance cheval ? lors de la signature du contrat, l’assurance permet de couvrir de nombreux imprévus afin de vous éviter de sortir une grande somme d’argent du jour au lendemain. en revanche, certains cas ne sont pas toujours couverts : les risques de la vie privée les dommages aux bâtiments et écuries les pertes d’exploitation les activités non déclarées au contrat les risques automobiles, tracteurs et matériels agricoles   quelles sont précisément les avantages d’Équidassur ?   de nombreuses garanties optionnelles peuvent être souscrites : atteintes à l’environnement gardien d’animaux défense de l’assuré dont la responsabilité est garantie défense pénale et recours protection juridique : aide - recours – conseil responsabilité du dépositaire de matériel, de productions responsabilité du fait des retenues d’eau ; promotion et commercialisation ;   les garanties complémentaires sont : la mortalité mortalité générale des chevaux et poneys invalidité totale permanente des chevaux vol des chevaux (si la mortalité générale est acquise) castration des chevaux mortalité du cheval confié ou en pension pour un séjour temporaire poulain à naître ; mortalité des poulains. frais vétérinaires en cas d’accident et maladie frais d’équarrissage   l’assurance de personnes accidents corporels des cavaliers et des grooms invalidité des cavaliers et des grooms accidents corporels des collaborateurs bénévoles   les dommages aux biens dommages accidentels aux attelages et sulkys vol du matériel de sellerie dommages aux semences équines et à leurs conteneurs besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

La punition dans l’équitation

La punition dans l’équitation

La punition dans l’équitation est un phénomène marginal car la plupart des cavaliers souhaitent monter et s’amuser avec leur monture tout en obtenant un respect mutuel. néanmoins, même à haut niveau, certains cavaliers pensent beaucoup trop aux performances avant le bien-être de l’animal. il arrive alors que les punitions soient trop grandes pour l’animal et que la peur s’installe dans la relation cavalier/cheval.     d’où vient l’origine de la punition dans l’équitation ? de nombreuses personnes ont déjà entendu dire qu’un cheval obéit s’il est dominé. en effet, il est courant d’entendre dans les centres équestres que la monture du nouveau cavalier va essayer de le « tester ». malheureusement, de nombreuses rumeurs font croire que le cheval n’obéit que si nous ne nous laissons pas marcher sur les pieds. ainsi, à cause de cette vision erronée du dressage équin, la punition est justifiée. en revanche, on oublie souvent que le cheval est un animal de troupeau, c’est-à-dire qu’il suit naturellement une hiérarchie et un leader. une fois cette hiérarchie définie, l’animal est totalement docile. À l’état sauvage, l’étalon ne dirige pas son groupe en utilisant la domination. une relation de confiance et de respect donne envie au cheval de bien faire pour rendre son cavalier fier. les aides naturelles nous permettent de nous faire comprendre auprès de notre équidé préféré sans passer par les cravaches et éperons. pour que le cheval associe la punition à la faute commise, il faut agir directement. en effet, l’animal comprend qu’une bêtise est faite seulement 2 secondes avant la punition, au-delà de ce délai, il n’arrive pas à faire le lien.   l’ajout d’un stimuli désagrégeable quand l’animal ne répond pas à vos demandes est une punition qu’il comprend rapidement. par exemple, si votre cheval mord, vous lui tapotez le nez de manière à ce qu’il n’apprécie pas le geste, afin qu’il n’ait pas envie de le refaire. il est également possible de lui faire comprendre que son comportement n’est pas approprié en lui retirant ce qu’il trouve d’agréable. par exemple, s’il prend l’habitude de taper du pied dès que sa nourriture arrive, faites demi-tour avec son fourrage, dès qu’il le fait.   apprendre au cheval grâce aux aides naturelles l’équitation classique est basée presque entièrement sur le renforcement à l’aide des punitions. c’est-à-dire que nous apprenons au cheval à nous obéir, à travers des stimuli qu’il n’apprécie pas : pour avancer nous serrons les jambes (parfois avec des éperons pour les plus lents), nous tirons sur la bouche pour s’arrêter, etc. cette technique de renforcement négative est certes efficace depuis des décennies, mais il est possible d’obtenir un bon apprentissage avec des méthodes plus douces. ainsi, les aides naturelles sont suffisantes : l'assiette, les jambes, le talon, les mains, la caresse et la voix peuvent très bien diriger le cheval. que penser de la punition dans l'équitation ? comme chez l’homme, l’apprentissage ne peut pas être effectué sans punitions (il faut savoir ce qui est bien et ce qui est mauvais). certaines techniques plus douces peuvent être adoptées. il est primordial de savoir gérer le timing entre la demande et la punition. cela peut se jouer à 2 secondes : si le cheval ne fait pas l’association entre son action et la punition, il ne peut pas associer le geste correctement. l’éthologie peut être une approche permettant de mieux aborder ce système de punition dans l'équitation. en effet, avoir des connaissances sur les réactions du cheval, ses motivations et ses incompréhensions permet d’adapter nos comportements face à leurs « bêtises » et leur apprendre des nouvelles choses beaucoup plus facilement ! attention cependant à ne pas basculer dans l’excès : la punition reste une petite violence qui, à force d’acharnement, peut nuire à la confiance fragile que l’animal place en nous. afin de garder une relation saine et agréable avec sa monture, essayez de vous renseigner sur sa nature. nombreux sont les cavaliers qui font des erreurs involontaires et inconscientes, puis, braquent l’apprentissage de leur cheval : apprenez à l’écouter ! comment faire passer la punition positivement ? nos équidés préférés sont des animaux intelligents et imprévisibles. ils apprennent extrêmement bien à partir du moment où le stimuli est bien dosé et est retiré au bon moment (quand le cheval répond positivement et qu’il effectue le comportement désiré). par exemple, si vous continuez à serrer les doigts sur les rênes et que vous provoquez un sentiment désagréable dans la bouche de votre cheval tandis qu’il avait répondu à votre action, il ne va pas comprendre que c’est effectivement ce que vous attendez. tout est une question de timing !   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !      ...

l'entorse du cheval

L’entorse du cheval

qu’est-ce que l’entorse du cheval ? la plupart du temps, l'entorse du cheval est causée par un choc brutal. en effet, ilpeut trébucher, heurter une barre pendant un entraînement ou donner un coup de pied dans la porte du box. une fatigue excessive associée au surmenage peut également provoquer cette maladie. dans ce cas, un ou plusieurs ligaments sont endommagés et provoquent une douleur intense à l’animal. les muscles, les tendons et les articulations à proximité peuvent également être touchés. ce n'est pas un problème facile : si l'entorse n'est pas traitée rapidement, cela affecte la vie sportive de votre monture. c'est pourquoi, vous devez aller rapidement chez le vétérinaire en cas de doute. de plus, les entorses peuvent toucher tous les types de chevaux : allant du poulain au cheval de sport. que l’animal vive dans un box ou sur l'herbe, il peut être sujet à cette blessure. une entorse affecte généralement le pied et les jarrets de l'animal, mais peut parfois s’étendre à la phalange du pied.   Évaluer la gravité de l’entorse du cheval au cours de l'effort, certains exercices peuvent dépasser les limites physiologiques de l'articulation (flexion, hyper extension ou rotation excessives) : les ligaments peuvent être surchargés. si seules quelques fibres ligamentaires sont déchirées ou étirées, l'entorse est alors dite "légère", si une partie du ligament est déchirée, elle est classée "modérée", si c’est une des insertions, l'entorse est considérée comme "sévère". quand le ligament est touché et enlève une partie de l'os, il peut également s'accompagner d'une fracture. toutes les articulations des chevaux possédant des ligaments peuvent être malheureusement affectées. cependant, il s’agit principalement des articulations entre le pied et la phalange du pied qui sont touchées.   le traitement à suivre la boiterie est généralement présente, mais la gravité de l’entorse du cheval n'est pas toujours liée à celle-ci. un contrôle peut être effectué, au cours duquel le cheval se déplace à différentes allures et fléchit les articulations suspectées d'être touchées. il n'est pas recommandé d'effectuer une anesthésie mais le diagnostic sur les articulations touchées pour éviter une détérioration de la maladie est primordial. si une entorse est suspectée, des examens d'imagerie supplémentaires sont à faire : principalement une échographie de la zone et une radiographie en cas de suspicion de fracture. le traitement primaire pour une entorse comprend une période de repos dans le box, durant parfois plusieurs mois, pour déplacer l'articulation. l’onde de choc est également un très bon traitement pour les ligaments. en effet, elles ont un effet analgésique et diminuent les tensions musculaires. c’est une alternative efficace dans de nombreuses maladies telles que les lésions présentes au niveau des insertions tendineuses et ligamentaires, ou encore l’arthrose. pendant la phase aiguë et inflammatoire, les traitements les plus utilisés sont les compresses froides sur les zones, l'hydrothérapie et l’argile. si l’entorse du cheval est grave, un plâtre peut être placé pour immobiliser la jambe jusqu’à 6 semaines. en effet, si le cheval continue son activité physique, il risque d’aggraver sa blessure. il vous faut alors chouchouter votre équidé préféré jusqu’à son rétablissement !   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

le mash

Le mash : aliment tendance pour le cheval

Le mash est un aliment plutôt à la mode pour le goûter de son équidé préféré. en effet, on lui trouve énormément de bienfaits. tout d’abord, il aide à la digestion, hydrate et rafraîchit nos chevaux. qu’est-ce que le mash ? un mash est un aliment humide (composé à 50 % d’eau), très riche et digestible. il s’obtient suite à la cuisson de plusieurs aliments (céréales, son de blé, mélasse, carbonate de calcium, graines de lin, etc.). vous pouvez donc très bien le fabriquer vous-même, malgré le fait qu’il en existe des tout prêts dans certains magasins.   les vertus du mash le cheval est un animal puissant, impressionnant et plein de muscles. pour réaliser les efforts que nous lui demandons, il a besoin d’énergie, qu’il trouve dans son alimentation. certains chevaux de sport sollicitent énormément leur musculature et ont besoin de beaucoup de compléments. un effort soutenu et prolongé demande alors une nourriture plus riche en glucides afin de stocker l’énergie égale à celle qu’ils dépensent (sous forme de glycogène). cette alimentation est riche en reconstitue les réserves pour alimenter la structure musculaire après un effort sportif intense. les flocons de céréales permettent d’absorber l’eau et apportent alors des propriétés réhydratantes au mash : en lendemain de compétition ou d’entraînement intensif, le cheval transpire beaucoup. en fonction des matières premières présentes dans la ration, les vertus sont plus ou moins importantes. en effet, s’il y a beaucoup de graines de lin, le gros intestin est sollicité pour faire un appel d’eau et humidifie les crottins : le transit est favorisé. l’effet laxatif peut également être retrouvé dans le son de blé. néanmoins, attention à ne pas en abuser car distribués en excès, des troubles digestifs peuvent être occasionnés.     quand utiliser cet aliment ? ce mélange de céréales peut remplacer un repas de concentrés lors du retour de compétition, d’un jour de repos ou d’une journée aux températures extrêmes. par exemple, en période de grand froid, le cheval s’hydrate beaucoup moins qu’en temps normal : le mash permet alors de stabiliser ce manque d’eau. ainsi, le mash est un aliment très intéressant par sa digestibilité et le niveau élevé d’hydratation qu’il apporte. cependant, il faut bien connaître ses équidés préférés afin de ne pas leur donner une quantité trop importante et à fréquence trop élevée : cela doit rester un complément au fourrage quotidien. le mash fait-maison ou prêt à l’emploi ? l’avantage le plus intéressant quand le mash est fait par le cavalier est qu’il contient exactement les aliments et les portions dont le cheval a besoin. ainsi, en fonction de la cuisson, les céréales deviennent plus ou moins digestibles. en revanche, l’acheter directement en magasin est plus pratique et ne nécessite pas de matériel particulier à côté. le mash est donc un aliment potentiellement intéressant par sa digestibilité et sa teneur élevée en eau, à condition d’être utilisé à bon escient. en effet, il est encore trop souvent distribué dans des quantités importantes ou avec une fréquence trop élevée. les bonnes pratiques de distribution sont donc essentielles à son efficacité.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !    ...

Devenir propriétaire d’un cheval

Devenir propriétaire d’un cheval : les étapes à prévoir

Devenir propriétaire d’un cheval demande beaucoup d’entretien. il est primordial de s’assurer d’avoir assez de temps à lui offrir avant de l’acquérir. ce n’est pas une décision à prendre à la légère suite à un caprice passager.     obtenir un cheval, c’est du temps et de l’argent ! la dernière peut plus facilement se mesurer. en calculant tous les prix que vous aurez à débourser, il est possible de se faire une idée du budget pour entretenir son animal. sans compter sur le fait que des extras peuvent s’ajouter tels que l’équipement, les stages ou même certaines blessures et maladies qui peuvent malheureusement survenir sans prévenir. le futur propriétaire doit donc être certain de pouvoir subvenir aux besoins de sa future monture, sans se retrouver en faillite à chaque fin de mois. avoir son cheval revient à adopter une nouvelle personne au sein de la famille et cela doit être un plaisir et non un fardeau !   première étape pour devenir propriétaire d'un cheval : l'achat pour devenir propriétaire, la première dépense à faire est l’achat de l’animal. la fourchette de prix varie énormément : elle oscille entre 200 euros pour un cheval récupéré avant l’abattoir à 4 millions d’euros pour les chevaux de course les plus réputés. selon son usage, votre équidé préféré allègera votre portefeuille. un cheval de sauts d’obstacle est un animal de sport et il est, par conséquent, plus cher qu’un cheval de loisir. au-delà de son utilisation au travail, d’autres critères entrent en compte dans la détermination du prix de l’animal : son âge, ses aptitudes, sa race, s’il possède ou non des papiers, même la couleur de sa robe et son sexe peuvent avoir un impact sur le coût final !   la pension du cheval pour une pension complète, comptez entre 400 à 500 euros par mois en fonction de la région dans laquelle vous habitez. celle-ci comprend l’eau, la nourriture, l’entretien de son lieu de vie, etc. renseignez-vous sur le prix des pensions, des vétérinaires, maréchaux, ostéopathes et dentistes qui peuvent régulièrement venir visiter les écuries. des demi-pensions peuvent également être envisageables : deux cavaliers se partagent le cheval et s’organisent pour le monter chacun leur tour. cet arrangement peut-être une excellente alternative. non seulement car elle permet d’alléger les dépenses en les partageant, mais également car elle permet au propriétaire n’ayant pas le temps de s’occuper de son cheval tous les jours, de ne pas le laisser inactif. attention cependant à bien choisir son demi-pensionnaire en fonction du niveau de votre équidé préféré. en effet, si l’équitation de l’autre cavalier est excellente, il peut faire progresser votre monture et cela n’est que bénéfique !   le matériel pour devenir propriétaire d’un cheval cette dépense se fait en général une seule fois, mais les sommes peuvent monter très rapidement. en effet, on retrouve le matériel de repos (kit de pansage, licol, couvre-rein, couverture, entretien des cuirs), le matériel pour pratiquer la monte (selle, filet, tapis, guêtres), le matériel de transport (protections, bandes de repos, protège-queue) et la trousse des premiers soins (thermomètre, bétadine, cicatrisant, compresses). le total de tous ces achats peut aller de 400 à plusieurs milliers d’euros en fonction de la marque et de la qualité désirée. car oui, en équitation, comme dans de nombreux sports, la mode peut énormément jouer sur le budget !   l’assurance du cheval le cheval est un animal impressionnant par sa taille, sa musculature et sa fougue, mais il est néanmoins très fragile. en effet, trop de poussière dans sa nourriture, une brindille toxique au pré, une mauvaise digestion ou même simplement un taux d’humidité trop élevé peut le rendre malade. malheureusement, nos amis équidés ne peuvent pas vomir quand un aliment n’est pas adapté à leur alimentation, une colique est alors vite arrivée, ainsi que la mort suivie. pour éviter d’avoir à subir le deuil de votre monture (ou de son compte en banque), prenez-soin de vous assurer dès l’achat de l’animal !   tout d’abord, cela vous permet de dormir sur vos deux oreilles, mais également car la plupart des frais vétérinaires vous sont remboursés. soigner une bête de plus de 700 kilogrammes n’est pas une mince affaire : les frais grimpent rapidement. qu’il s’agisse d’une visite de contrôle, du dentiste, du maréchal-ferrant ou pire, d’une grosse opération d’urgence, en étant assuré, vous éviterez de finir en litige avec votre banque. equidassur vous accompagne au mieux à travers une police d’assurance très large : responsabilité civile, bâtiment, organisation des concours, véhicules, etc. vous pouvez même assurer le sable de votre carrière si besoin !   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !   ...

le hunter

Le hunter

qu’est-ce que le hunter ? le hunter est un mélange de dressage et de sauts d’obstacles. c’est-à-dire qu’il faut être très appliqué et très bien toiletté comme on pourrait le faire en dressage. en revanche, on se retrouve sur un tour similaire au cso. cette discipline associe le fun et l’adrénaline du saut avec la rigueur du dressage : c’est une qualité qui manque à beaucoup de cavaliers de cso. le hunter est souvent décrit comme une reprise de dressage comprenant des obstacles à franchir, ou inversement, comme un parcours d’obstacles avec des exercices de dressage entre les sauts. quelle est l’origine du hunter ? le hunter est issu de la chasse à courre. c’est pour cela qu’on peut retrouver beaucoup d’obstacles naturels. c’est particulièrement développé aux États-unis où il constitue les bases de l’apprentissage de l’obstacle. aux usa, il faut faire deux saisons de hunter avant de pouvoir faire du cso ! cette discipline prend sa source dans l’équitation d’extérieur telle que le parcours de chasse. elle est, comme un parcours d’obstacles avec des exercices de dressage entre chaque saut. le hunter s’adresse à des cavaliers aimant la perfection et le travail bien effectué. ainsi, la communication précise avec son animal est primordiale dans cette discipline. un bon cheval de hunter doit être droit, avec une bonne rectitude afin de ne pas être déséquilibré par les sauts pour effectuer par la suite les bonnes figures de dressage. sa réceptivité aux aides du cavalier doit être irréprochable et exemplaire.   quels sont les avantages de cette discipline elle permet vraiment d’améliorer son équitation. on va avoir principalement trois catégories : le hunter style, où le modèle principal est jugé, le style du cheval et sa locomotion. le hunter équitation : cela concerne plus le cavalier, on recherche sa meilleure posture, on attend qu’il soit maître de son cheval. le hunter mixte est un mélange des deux : le cavalier et le cheval sont tous les deux jugés. À la base, il s'agit d'un tour de cso classique auquel on ajoute des petites difficultés entre les obstacles. on peut notamment retrouver des changements de pieds entre les obstacles qui seront imposés. une note sera mise après. des transitions peuvent également être demandées. un obstacle à sauter au trot, faire des sauts de puce, venir sauter un obstacle à faux. Évidemment, comme un parcours de cso, il faut respecter le nombre de foulées entre les obstacles. pour cette discipline, vous n’êtes pas notés sur le nombre de refus, le nombre de barres tombées ni sur la vitesse. les notes sont ajoutées au fur et à mesure de la réalisation des contrats (foulées, transitions, etc.). ce qui donne une note finale pour déterminer le classement. il est donc impératif de respecter tout le trajet comme une reprise de dressage. la beauté du parcours est le plus intéressant pour le jury.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !    ...

0.025
0.025
0.025
0.025
0.025
0.026
0.026
0.026
0.026
0.026
0.03
0.03
0.03
0.03
0.03