Reculer à cheval 

Reculer à cheval : la technique de dressage pour un bon assouplissement

Le reculer est une allure nécessitant de l’apprentissage et de la discipline progressive. cependant, cette figure apporte beaucoup de bénéfice à nos montures, par exemple pour son dos et son équilibre. les bienfaits de reculer à cheval cette technique de dressage assez agréable à voir aide le cheval à se rassembler. en effet, reculer à cheval permet d’améliorer la flexibilité de son arrière-main, car il bascule tout son poids sur les hanches. la croupe se baisse et équilibre le bas du dos du cheval pour qu’il reste actif vers l’arrière. c’est également pour cette raison que de nombreux cavaliers de saut d’obstacles reculent avant de se lancer sur un parcours : l’équilibre étant essentielle pour cette discipline. reculer à cheval revient à faire la même position pour les articulations qu’au départ d’un saut.   il est important de bien effectuer cet exercice, sans se précipiter car dans le cas contraire, l’utilisation de la force arc-boute le cheval contre la résistance et ses postérieurs reculent et rendent le dos creux. la monture doit alors avoir une vision du reculer comme étant un jeu et non pas une punition. il faut savoir que reculer à cheval demande de l’entraînement car ce n’est pas intuitif pour nos équidés préférés.   l’apprentissage pour reculer à cheval débuter à pied la première étape indispensable pour apprendre à son cheval le reculer est de débuter au sol. en effet, le travail à pied peut commencer dès le plus jeune âge lors du débourrage du poulain. montrez-lui qu’il peut faire machine arrière quand il tente de vous dépasser où qu’il ne respecte plus votre espace. le jeune cheval est beaucoup plus à l’écoute, s’adapte plus facilement au cavalier et est maniable c’est donc le bon moment pour lui intégrer le reculer.   il est donc important d’associer une action à une voix et une récompense pour que le cheval intègre la figure demandée. il faut s’armer de patience car ce mouvement n’est pas naturel et le poulain l’a rarement vu sur ses congénères.   la figure finale ne doit pas devenir systématique, le but étant d’éviter au cheval de se brusquer et de se concentrer sur sa position pour effectuer le mouvement. aussi, il est important d’exiger l’immobilité avant de reculer. reculer à cheval   afin d’effectuer un bon reculer une fois sur votre monture, l’impulsion est indispensable ! pour les débuts du cheval, il faut le féliciter dès qu’il comprend qu’il faut mettre un membre vers l’arrière, et relâcher l’impulsion. une fois que l’animal comprend votre demande, continuez la figure progressivement. s’il se braque, descendez et montrez-lui vos attentes à pied avec l’aide de la voix. une fois que l’ordre vocal est assimilé, retentez à cheval.   une fois que votre monture sait comment effectuer la figure, les étapes réunies sont : la demande du mouvement, l'entretien du mouvement, la cession du mouvement et la reprise du mouvement en avant. pour bien reculer à cheval, l’assiette du cavalier et l’application de son poids sont des facteurs primordiaux.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !    ...

La Pure Race Espagnole

La Pure Race Espagnole

l’histoire de la race le pure race espagnol est un cheval de selle qui vient d’une région espagnole : l’andalousie. très populaire dans le pays, cette race possède des qualités particulières pour le dressage et plus précisément les figures de haute école comme le rassemblé. plusieurs noms sont donnés à cette race : la pure race espagnole, l’andalou ou encore le genêt d’espagne. on observe depuis l’antiquité, la présence de chevaux dans la péninsule ibérique et son appellation « pure race espagnole » est justifiée car elle ne découle d’aucun croisement.   la maniabilité de la race était très appréciée pour les batailles, mais, face au développement des armes lourdes au moyen Âge, elle ne convenait plus autant que les animaux plus massifs. puis, la race se développe surtout pendant le xvième siècle dans les écuries royales de cordoue afin d’être exportée en amérique du sud par les conquistadors espagnols. une autre particularité de l’histoire est que le cheval barbe a croisé la pure race espagnole pendant des années : il a alors fortement influencé la race et le pur-sang lusitanien (cheval portugais) est très proche également car il possède la même origine. une fois qu’une pure race espagnole est croisée avec un autre cheval espagnol, il prend le nom de « cruzado », c’est-à-dire qu’il ne correspond pas à la lignée de base de la race. les caractéristiques de la pure race espagnole cette race est puissante, élégante et très maniable car ses allures sont relevées et agiles. en effet, malgré sa vitesse assez lente, le pure race espagnole possède une mobilité impressionnante. il mesure en général 1,50 mètre au garrot, même si plusieurs chevaux peuvent parfois dépasser 1,70 mètre. son encolure est puissante et musclée, tout comme son dos et son poitrail, ce qui font de lui un animal imposant. concernant leur robe, elle varie en fonction de leur élevage : à cordoue, ils ont tendance à être bais alors qua dans le stud-book, ils sont surtout gris, bais, noirs, alezans et palominos. leurs crins sont soyeux et abondants avec des tendances plutôt ondulées. son caractère hormis son physique équilibré et somptueux, son mental est également docile et fier. il jouit de la réputation d’un animal noble, énergique tout en étant gentil, calme et à l’écoute de l’homme.   l’utilisation de la race le pure race espagnol est très prisé pour le dressage, le cinéma ainsi que le spectacle. en effet, dans les compétitions plus sportives, il est assez rare de la voir. il fait aussi un très bon cheval de loisir grâce à sa docilité et sa gentillesse lors de la monte.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

cheval âgé

L’entretien du cheval âgé : les soins à adopter au quotidien

Comme chez les humains, avec l’âge, le corps des animaux se dégrade. une question vient alors à se poser : comment entretenir mon cheval une fois qu’il devient vieux ? en général, peu de races dépassent les 35 ans, même si parfois quelques cas font l’exception. par exemple, le cheval le plus vieux, appelé monty, est décédé à 52 ans et vivait en australie. la jument la plus vieille quant à elle, a vécu jusqu’à 53 ans dans le missouri. les petits chevaux (comme les islandais et les fjord) vivent plus longtemps que les grands chevaux car leur croissance se termine à l’âge de sept/huit ans et leur maturité est donc plus tardive.   quand considérer qu’un cheval est « âgé » ? afin de connaître l’âge humain des chiens et chats, il suffit de multiplier le nombre par 7. le principe est le même chez les chevaux : une année de vie correspond à 3,5 ans pour un homme. par exemple, si votre équidé préféré a 10 ans, cela équivaut à une personne de 35 ans. un cheval est considéré comme étant âgé une fois qu’il arrive vers la vingtaine, même s’ils peuvent parfois garder une très bonne forme.   quelle est la condition physique d’un cheval âgé ?   les signes de vieillissement du cheval sont nombreux et facilement remarquables : - l’opacification des yeux - affaissement du dos et garrot ressorti - les poils deviennent gris - atrophie musculaire - lèvre inférieure tombante - appétit diminué - dents fragilisées donc difficulté à manger et perte de poids - présence de nouvelles maladies dues à l’âge (arthrose, déséquilibres hormonaux, soucis dentaires, etc.).   que faut-il changer dans l’alimentation du cheval âgé ? avec le temps, le corps de nos animaux préférés ne fonctionne plus aussi bien que pendant leur jeunesse, il faut donc adapter de nouvelles habitudes. l’alimentation est un des changements à effectuer quand un cheval vieillit : son appareil digestif n’est plus aussi efficace qu’auparavant. la base de sa nourriture reste le fourrage riche en fibre et une alimentation complète avec tous les micronutriments essentiels.   le cheval âgé a besoin de beaucoup plus de minéraux et de vitamines afin d’avoir l’énergie nécessaire, de nombreux aliments spéciaux pour chevaux âgés existent et sont recommandés car plus digestes et faciles à mâcher. l’eau se doit d’être constamment à sa disposition et, en cas de difficulté de mastication, du mash peut lui être distribué. au-delà du fait que le travail musculaire est presque inexistant une fois à la retraite, une alimentation personnalisée et adaptée évitera à votre cheval senior de maigrir.   si l’équidé est utilisé pour du sport de haut niveau et que toute sa vie, les efforts sont intenses, son vieillissement est alors précoce et son organisme montre des signes rapidement. il est primordial de laisser votre cheval âgé se reposer et arrêter de le faire travailler car son appareil locomoteur se fatigue et engendre des raideurs musculaires ainsi qu’une fragilité au niveau des tendons et des ligaments.   quelle vigilance avoir face aux maladies spécifiques au cheval âgé ?   la fragilisation des dents la forme des vieux chevaux se dégrade et les dents n’y font pas exception, en effet, plusieurs problèmes dentaires apparaissent avec le temps. les dents de nos équidés préférés se liment naturellement et ne cessent de pousser tout le long de leur vie (environ 2 à 3 millimètres par an). ainsi, à un âge avancé, des complications surviennent car la racine de la dent est raccourcie et la dent tombe. À la suite de ces chutes, les dents sont espacées et la nourriture s’accumulent dans cet espace vacant. l’haleine du cheval est alors peu agréable et les gencives s’enflamment plus facilement à cause du contact direct avec les aliments.   bien souvent, ces problèmes dentaires impactent la digestion du cheval car la mastication devient compliquée et la déglutition est mauvaise. de plus, certaines dents peuvent devenir coupantes et entraînent des douleurs pour manger. si ce cas arrive à votre équidé préféré, il est important de faire appel à un vétérinaire ou un dentiste équin pour que la dent soit enlevée. enfin, une révision de la dentition de votre vieil animal doit être effectuée deux fois par an !   l’arthrose dans un premier temps, les symptômes de l’arthrose sont plutôt faciles à décerner. contrairement aux idées reçues, cette pathologie ne touche pas que les vieux chevaux. en effet, une baisse de performances au travail, des boiteries, et une raideur sont des alertes. l’humidité et les basses températures aggravent l’arthrose mais celle-ci peut être soulagée par des médicaments ainsi que des compléments alimentaires.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

Qu’est-ce que le Concours Complet d’Équitation (CCE) ?

Trois disciplines sont pratiquées lors du concours complet d'équitation : le dressage, le saut d’obstacles et le cross. À l’origine, ce sport équestre est créé pour évaluer les capacités des chevaux destinés à l’armée car ils se doivent d’être polyvalents face à n’importe quelle épreuve. À titre de comparaison, le concours complet est l’équivalent du triathlon et devient discipline olympique avec les jeux de stockholm de 1912. aujourd’hui, le cce fait partie des sept disciplines équestres mondiales agréées par la fédération équestre internationale (fei).   le déroulement d’un concours complet d’équitation(cce) le concours complet d'équitation est composé de trois disciplines : le dressage, le cross et le saut d’obstacles, qui se déroulent sur une ou deux journées en fonction du niveau, ce qui demande une grande organisation. de multiples qualités sont évaluées lors de ce concours, en effet, le dressage met en avant l’éducation et la discipline du cheval, alors que le cross et le cso demandent beaucoup plus d’endurance et de force. cette compétition est extrêmement physique et sportive pour le cheval et son cavalier car la polyvalence est primordiale.   la compétition commence toujours par le dressage, qui détermine une première notre, puis le cross et enfin le cso. À la note de dressage s’ajoutent des points négatifs en fonction du résultat des deux autres disciplines, les pénalités augmentent la note de dressage alors que les sans-fautes baissent cette note : le but étant d’obtenir le score le plus bas.   les disciplines du concours complet d’équitation   le dressage   cette première épreuve est la base de toutes les disciplines équestres, c’est pourquoi, la note de la compétition débute sur cette première représentation. l’équilibre, la souplesse, l’utilisation des aides et la locomotion sont évaluées lors de la reprise. plusieurs figures imposées s’enchaînent à différentes allures (entre 20 et 25 airs), celles-ci sont alors notées par les juges entre 0 et 10. un mouvement parfaitement exécuté vaut 10 alors qu’un oubli ou un échec vaut 0. ensuite, des notes d’ensemble s’ajoutent aux notes des figures, en fonction de l’impulsion de l’animal et la position du cavalier.   le but des autres épreuves est alors de conserver le résultat du dressage en obtenant le moins de pénalités possibles.   le cross le cross est la seule discipline se pratiquant uniquement en cce, contrairement au dressage et au cso. sa pratique se fait sur un terrain naturel (forêt, plaine, gué, ponts, etc.). des obstacles impressionnants et massifs sont fixés et doivent être enchaînés dans l’ordre en fonction d’une vitesse imposée, généralement plus rapide que le saut d’obstacles. allier obstacles fixes et vitesse en pleine nature fait du cross une des disciplines les plus dangereuses du cce. pour la notation, un refus entraîne une pénalité de 20 points, deux refus, 40 points et trois refus mènent à l’élimination s’il s’agit du même obstacle. une chute entraine également une élimination totale de l’épreuve.   le saut d’obstacles   l’épreuve de cso se déroule comme une compétition classique, le but étant de passer un parcours d’obstacles mobiles en faisant un sans-faute dans un temps imposé. cette dernière discipline permet de juger la fraîcheur du cheval après avoir donné beaucoup d’énergie sur le cross. il faut donc penser à réguler la fatigue de son animal sur toutes les épreuves pour qu’il soit en forme jusqu’au dernier obstacle.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

protection du cavalier

La protection du cavalier : quel est le meilleur équipement ?

L’équitation fait partie des sports les plus dangereux, après le deltaplane et les disciplines automobiles, il est donc primordial de bien se protéger. les conséquences d’une chute graves peuvent aller très loin et il est important de ne pas prendre à la légère sa sécurité à cheval. l’équipement de protection du cavalier est également à renouveler après chaque impact pouvant diminuer son efficacité.   la bombe, élément indispensable pour la protection du cavalier le casque de protection, plus communément appelé « bombe » remonte à de nombreuses années : les vikings portaient déjà des protections sur la tête. au moyen-Âge, les premières personnes à porter une protection sur la tête appellent ça un bonoin (du latin bonnae, qui signifie projectile). c’est à la fin du xviiiᵉ siècle que se développe cet équipement, car les jockeys anglais pratiquaient la course en pur-sang. puis, les centres équestres ont imposé le port du casque comme étant obligatoire afin d’éviter tout risque élevé en cas de chute. aujourd’hui, la bombe sauve la vie à de beaucoup de cavaliers parce qu'un choc au niveau du crâne est vite grave, voir fatal. en cas de chutes répétées, la bombe est à changer tous les 5 ans : la forme extérieure peut paraître intact, mais les multiples chocs déforment l’intérieur et amoindrissent alors le niveau de protection.   le port du casque de protection est désormais réglementé et obligatoire et de nombreuses certifications permettent de contrôler leur efficacité. divers tests sont effectués pour optimiser la sécurité de l’équipement et aujourd’hui, une technologie performante permet d’obtenir des résultats impressionnants. pour que le casque protège parfaitement le cavalier, la coque doit être assez épaisse pour éviter qu’un objet touche la tête, le protège-nuque doit être présent et la visière assez souple.   le protège dos et le gilet de protection cet équipement pour la protection du cavalier n’est pas obligatoire pour toutes les disciplines équestres. en effet, il est assez rare de voir un cavalier de dressage porter un gilet de protection, alors qu’en cross, c’est tout l’inverse ! le gilet amorti les chocs, ce qui n’est pas négligeable quand la discipline implique de la vitesse et des obstacles aussi gros qu’un tronc d’arbre.   tout comme le casque, le gilet de protection est plus ou moins adaptable à la morphologie du cavalier et les prix varient énormément en fonction du modèle. par exemple, la protection gonflable, très adapté à la pratique cso et du cce, protège la nuque, le thorax et le dos. il fonctionne comme un airbag de voiture : équipé de chambres à air gonflables, ce gilet offre une légèreté ainsi qu’une liberté de mouvement moins présente sur le protège-dos classique. niveau budget, il faut compter environ 500 €. il peut se porter en dessous ou dessus de la veste en fonction du modèle.   il existe trois niveaux de protection pour les gilets :   - niveau 1 : généralement utilisé par les jockeys professionnels, léger et peu visible, il protège le cavalier de façon partielle. - niveau 2 : utilisé pour une pratique à risque intermédiaire, il s’agit du gilet apportant un minimum de sécurité pour les activités de loisir. le protège-dos est considéré comme une protection de niveau 2. - niveau 3 : protection maximale pour l’équitation de loisir et la compétition. ce niveau de protection est exigé en concours complet d’équitation en compétition.   les bottes ou boots si vous voyez rarement un cavalier monter en basket, ce n’est pas pour rien ! en effet, les bottes et mini-chaps font également partie de l’équipement de protection du cavalier, car ils permettent d’atténuer les frottements des jambes contre la selle. les mollets sont par ailleurs en contact perpétuel avec les étrivières et la peau se retrouverait constamment pincée sans la présence de bottes ou chaps. concernant les prix, les bottes en cuir sont généralement plus chères, surtout si elles sont de très bonne qualité. en général, les cavaliers s’entraînent en boots et mini-chaps et gardent les bottes, beaucoup plus sophistiqué, pour les compétitions. en centre équestre, les boots sont plus pratiques, car panser son cheval avec des bottes en cuir s’avère rapidement désagréable à cause du manque de mobilité de la cheville. besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

bien être du cheval

le bien-être du cheval au travail le bien-être des animaux intéresse de plus en plus de personnes et les études à ce sujet sont nombreuses. le cheval, souvent associé à la pratique de l’équitation, est au centre de ces études : le sport peut-il être associé au bien-être de nos montures préférées ? dans son environnement sauvage, le cheval est une proie, il est alors pacifique naturellement. sa domestication a donc été facilitée par son caractère et une confiance s’est installée au fil du temps.   le bien-être du cheval à travers la confiance afin d’avoir un cheval à l’écoute, la confiance est une des clés de la réussite. pour y parvenir, il faut comprendre le comportement de ces équidés ainsi que leurs peurs et leurs habitudes. le respect de leur instinct est primordial : se présenter à sa monture avant d’aller vers lui est également un comportement à adopter impérativement pour gagner sa confiance. Évidemment, si un cheval est séparé brusquement de ses congénères sans avoir une bonne relation avec les hommes, il ne pourra pas être heureux dans son nouvel environnement. les choses doivent être progressives afin d’optimiser le bien-être de nos équidés préférés.   par ailleurs, contrairement à nous, les chevaux vivent dans l’instant présent sans se préoccuper du futur : leur instinct est au cœur de leurs réactions. c’est pourquoi, la relation entre un cheval et son cavalier est très importante pour effectuer un travail de qualité lors de la monte.   le bien-être et l’apprentissage​ avoir un être vivant sur le dos ne fait pas partie de la nature de nos équidés préférés, l’équitation peut alors rapidement devenir une source de désagréments pour l’animal et il sait le faire comprendre ! manque d’implication, fatigue, motivation à la baisse : tant de signes qui montrent que le cheval n’apprécie pas le travail. plusieurs facteurs mènent à ces réactions, en effet, certains animaux ont la bouche sensible et ne supportent pas le mors, d’autres ont un inconfort avec le poids du cavalier sur le dos, etc.   quand un cheval semble mettre de la mauvaise volonté face aux demandes de son cavalier, il est possible qu’il souffre de troubles du comportement. c’est pourquoi le débourrage est une étape dans l’apprentissage du cheval à ne surtout pas prendre à la légère. le travail doit être amené en douceur pour ne pas traumatiser l’animal en le brusquant et son bien-être se doit de rester au cœur du travail. la discipline prend une place importante dans les troubles du comportement car ils se rencontrent souvent dans certaines d’entre elles. en effet, le dressage et le cso demandent beaucoup d’entraînement et poussent parfois nos montures à dépenser énormément d’énergie. un juste milieu concernant le rythme de travail est alors à trouver pour que le cheval prenne plaisir à s’entraîner avec son cavalier.   l’éthologie est un bon moyen de travailler son animal tout en gardant en tête qu’il reste imprévisible et qu’il a des envies parfois changeantes.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

piroplasmose chez le cheval

La piroplasmose chez le cheval : causes et traitements

qu’est-ce que la piroplasmose et quelle en est la cause ? la piroplasmose chez le cheval est une pathologie transmise par un parasite (comme la maladie de lyme) porteur d’un protozoaire. cette maladie se développe à cause du paraplasme qui est un parasite intr acellulaire ciblant les hématies ou érythrocytes (globules rouges). la majorité des équidés atteints par la piroplasmose ne manifestent pas de signes cliniques. ce n’est pas une maladie transmissible à l’homme, bien que nous puissions quand même être touchés si une tique le décide. les chevaux ne se contaminent pas entre eux, mais si l’insecte est infecté et qu’il change de cible, il peut toucher plusieurs équidés.   la piroplasmose est due à l'infection du cheval par deux protozoaires, theileria equi et babesia caballi, qui développent des maladies chez les équidés : la theilériose équine et la babésiose équine. les tiques sont des parasites se développant dans les sous-bois, les forêts et font partie de la famille arachnides acariens. cette pathologie est difficile à repérer car elle se manifeste lentement avec un affaiblissement général de l’animal. la tique transmet les protozoaires directement dans le sang, en mordant le cheval. si la piroplasmose n’est pas soignée, il peut en mourir. les symptômes de la piroplasmose chez le cheval la forme aiguë cette forme de piroplasmose chez le cheval est la plus répandue. afin de la détecter, le cheval présente les symptômes suivants : - fièvre - affaiblissement -  ictère (muqueuses blanches ou jaunes) - engorgement des membres - anorexie - dysfonctionnements au niveau des reins et du foie - anémie - Œdèmes au niveau des membres. ces symptômes sont parfois reliés à d’autres problèmes tels que la tachycardie, une urine foncée et une transpiration abondante. si un poulain est touché par la forme suraiguë de piroplasmose (lors d’une transmission transplacentaire de la tique), la maladie se développe rapidement et entraîne la mort de l’animal. la forme chronique la forme chronique entraîne des symptômes similaires à la forme aigüe mais ceux-ci apparaissent progressivement et deviennent plus compliqués à repérer. la phase latente de la maladie est peu soupçonnable, il faut s’alarmer à partir d’une baisse de performances, un manque d’implication au travail ou une perte de poids. dans les deux cas de piroplasmose chez le cheval, il est important d’appeler un vétérinaire rapidement afin de le traiter car la mort est parfois brutale (moins de 48 heures), si l’infection est générale dans le sang. les traitements pour soigner la piroplasmose chez le cheval si l’animal présente les symptômes évoqués précédemment, il est primordial de faire appel au vétérinaire car sa survie est limitée à 48 heures maximum. une fois son diagnostic établi à l’aide d’un frotti sanguin, le processus de guérison peut commencer. il n’y a pas de traitement spécifique : des injections intramusculaires et des antidouleurs sont administrés à l’animal infecté. une fois les soins pratiqués, les symptômes diminuent assez rapidement. une fois guéri, le cheval garde reste généralement porteur de la maladie toute sa vie s’il est infecté par la theilériose, qui est la parasitémie la plus élevée. dans le cas d’une infection par le protozaire babesia caballi, le système immunitaire du cheval l’évacue plus facilement : il ne reste que 1 à 4 ans dans le corps.   les gestes pour prévenir la piroplasmose du cheval la tique se propage surtout à l’automne et au printemps, il faut donc rester vigilent tout le long de cette période. de nombreux produits et antiparasitaires existent dans les commerces désormais, pour éviter que ces insectes ne contaminent nos équidés préférés. Évidemment, si le cheval vit souvent en extérieur, comme au pré, il est important de l’examiner tous les jours pour vérifier qu’aucune tique ne s’est accroché (généralement localisés là où la peau de l’animal est fine). il faut alors retirer le parasite rapidement à l’aide d’une pince spécifique avec une concentration maximale. dans le cas contraire, la tête reste bloquée sous la peau et un kyste se forme). une fois l’insecte extrait, il faut désinfecter la zone.   afin d’éviter ce genre de désagrément, l’habitat du cheval se doit d’être propre, et régulièrement entretenu. par exemple, débroussailler les herbes hautes, les haies, les tas de feuilles et tous les endroits où peuvent se cacher les parasites.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

Le cheval de Przewalski

Le cheval de Przewalski : de la préhistoire à aujourd’hui

Aujourd’hui, plusieurs populations de chevaux vivent toujours en liberté tout en étant considérés comme des animaux domestiques. c’est par exemple le cas du fameux mustang, à l’ouest des États-unis. le cheval de przewalski possède la réputation d’un animal sauvage et indomptable, cependant, il ne vit plus en liberté depuis les années 1970.   dans le monde, il ne reste plus que sept chevaux sauvages : le zèbre des plaines, l’âne sauvage d’afrique, le zèbre de grévy, le zèbre des montagnes, le kiang, l’âne sauvage d’asie et le cheval de przewalski. originaire de mongolie, il est l’ancêtre de nos montures préférées. l’histoire du cheval de przewalski le cheval de przewalski tire son nom de l’explorateur russe nicolaï prjevalski. c’est en 1879 qu’il découvre les premiers représentants de l’espèce en mongolie, dans les montagnes de la dzoungarie. considéré comme le dernier cheval sauvage au monde, c’est en 2018 que les analyses de tests adn affirment que l’équidé était en réalité domestiqué 5 500 ans plus tôt, au kazakhstan, par les botaï. cette espèce est alors redevenue sauvage au fil du temps, d’où son caractère impossible à domestiquer : le naturel est revenu au galop !   la présence du przewalski est observable dès le début de l’histoire du cheval, depuis la préhistoire : les peintures de la grotte de lascaux prouvent que l’équidé est présent, à nos côtés, depuis 10 000 ans.   désormais classé comme étant une espèce en danger, la race régnait sur l’europe entière et de nombreuses fresques préhistoriques, âgées de -30 000 à -9 000 avant j-c, le prouvent.   les caractéristiques du cheval de przewalski le cheval sauvage possède des caractéristiques très différentes de nos équidés domestiques. en effet, son aspect est massif et son encolure est prédominante. sa tête est plutôt grosse et sa crinière foncée, courte et rigide. sa robe est toujours isabelle, avec des zones plus sombres vers les membres. une raie de mulet souligne sa colonne vertébrale et son ventre est blanc. une particularité de cette race est l’absence du toupet sur le front.   aussi appelé « takh » en mongolie, l’animal mesure entre 1,20 et 1,40 m au garrot et pèse entre 240 et 300 kg. il habite dans les steppes et les semi-déserts, ce qui le rendent particulièrement résistant aux températures extrêmes. le cheval de przewalski peut vivre jusqu’à 25 ans.   au-delà de ses caractéristiques physiques très visibles et représentatives, la race possède une particularité unique. en effet, elle est dotée de 66 chromosomes, contrairement aux chevaux domestiques qui ne possèdent que 64 chromosomes. le caractère de la race comme tout animal sauvage, le cheval de przevalski possède des sens très développés et sont assez rapides et puissants. en effet, leur instinct est beaucoup plus aiguisé pour fuir les prédateurs, ce qui rend leurs coups de sabots assez fatals. son comportement fait de lui un cheval impossible à discipliner et à monter par nature.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !    ...

horse-ball

Le horse-ball

Le horse-ball est une discipline équestre se pratiquant avec plusieurs cavaliers. ce sport collectif convient aussi bien aux petits et aux grands : il développe l’esprit d’équipe, comme le polo. l’objectif principal revient à ramasser un ballon au grand galop en se faisant des passes dans son équipe pour marquer un but.   l’histoire du horse-ball l’origine de cette discipline s’inspire du pato argentin et du bouzkachi afghan. il mélange le rugby et le basket en ajoutant à cela, nos équidés préférés ! c’est en 1975, dans le sud-ouest de la france que le horse-ball débute son histoire : le jeu du ballon est donné par le pato et les règles sont tirées du polo. l’adresse de ce sport rappel les nombreux jeux, ainsi que l’engagement physique qu’il entraîne.   en argentin, « pato » signifie « canard », en effet, à l’époque, le but du jeu était d’attraper en plein galop un sac contenant un canard. le jeu débutait avec deux cavaliers qui tenaient le sac jusqu’à ce que le premier lâche prise, pour ensuite partir vers son équipe en étant poursuivis par les autres joueurs. le pato est interdit en 1882, jugé trop dangereux et revient en 1930 avec des règles plus calmes.   le horse-ball d’aujourd’hui apparaît en france en 1936, grâce au capitaine clave. cette pratique était tout d’abord utilisé par les militaires afin de se détendre.   l’équipement à avoir en horse-ball   pour le cheval la caractéristique principale de ce sport est la sangle de ramassage : elle relie les deux étriers sous le ventre du cheval et aide le cavalier à se baisser sans craindre de se retrouver sous le flanc de sa monture. la tension de la sangle maintient les pieds et stabilise le cavalier pour qu’il puisse se pencher sans danger. pour protéger les membres de l’animal, les cavaliers mettent des bandes de polo ainsi que des cloches afin de garantir une sécurité maximale. les joueurs de horse-ball utilisent également du chatterton sur les bandes pour qu’elles ne bougent pas en pleine action. le dernier équipement n’est pas particulièrement obligatoire mais il s’agit de la martingale fixe. en effet, elle évite au cheval de lever sa tête brusquement.   pour le cavalier comme pour la plupart des disciplines équestres, le port de la bombe est obligatoire. en fonction de la monture et du choix du cavalier, des gants, des éperons et des genouillères peuvent être portés. enfin, l’équipement le plus important reste le ballon : entouré par 6 anses en cuir, simplifiant le ramassage à terre.   les capacités que doivent avoir un cheval pour pratiquer le horse-ball deux races sont associées à cette discipline : le pur-sang et d’anglo-arabe. un bon cheval de horse-ball est un cheval maniable, rapide et endurant, capable. les bons joueurs savent anticiper le mouvement entraîné par le jeu. l’animal doit être plein de confiance, car certains chocs peuvent lui faire peur.   une préparation sur le plat est nécessaire afin de muscler son dos et favoriser sa réactivité. les aides du cavalier sont primordiales pour gagner un match de horse-ball et un travail est à faire quant à l’habitude du ballon. les règles du jeu deux équipes s’affrontent lors d’un match de horse-ball : 4 cavaliers par équipe, appuyés de 2 remplaçants jouent sur un terrain de 65 m par 25. un panier se trouve chaque extrémité, à 3,5 m du sol. concernant la durée de chaque partie, 2 périodes sont réparties en 10 min, séparées par une mi-temps de trois minutes.   afin de marquer un but, trois passes doivent être effectuées entre les joueurs : ils doivent récupérer le ballon le plus rapidement possible si celui-ci tombe à terre, c’est pourquoi 6 poignées sont fixées. il faut tenir fortement les sangles en cas d’arrachage de balle entre les cavaliers, qui se font des passes en provoquant des attaques. la plupart des joueurs se placent en situation d’attaque ou de défense. tout le long du match, il est interdit de descendre de sa monture.   cette activité est ludique et aborde l’équitation sous un angle plus amusant que d’autres disciplines comme le dressage, le saut d’obstacles où le hunter. l’adrénaline, la vitesse et l’excitation sont des sensations observables lors du horse-ball, c’est pourquoi on y trouve souvent plus d’hommes que dans les autres activités équestres.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

endurance du cheval

Travailler l’endurance du cheval

Comme pour les hommes, nos montures préférées ont besoin d’entraînement pour obtenir un cardio de qualité. afin d’entraîner correctement son cheval, il faut connaître son organisme et surtout, son système cardio-vasculaire. comme pour tous les athlètes, la respiration est primordiale : développer la musculature de son cheval passe alors par ses capacités cardiaques. Évidemment, son travail dépend de plusieurs critères tels que son âge, son lieu de vie, la période de l’année, etc.   le système cardio-vasculaire du cheval   le cœur les capacités cardiaques du cheval ont un impact important dans la gestion du travail de nos montures. afin de le gérer correctement, il faut comprendre leur anatomie. tout d’abord, le cœur est très gros : il mesure en général plus de 20 centimètres et pèse 4 kilogrammes. concernant son efficacité, il joue son rôle à merveille ! en effet, il bat moins vite au repos que celui de l’homme avec 28 à 40 battements par minute.   si sa fréquence cardiaque au repos est faible, elle augmente considérablement à l’effort en atteignant les 240 battements par minute. en général, plus animal est grand, plus sa fréquence cardiaque maximale est faible. le cheval est une exception à la règle, en activité, sa fréquence cardiaque maximale est bien plus élevée.   ainsi, le cœur du cheval est une machine particulièrement efficace, à l’image de sa puissance. il s’agit d’un muscle qui demande d’être entraîné pour résister à l’effort.   les poumons ces organes vitaux jouent un rôle primordial pour la respiration du cheval. ils permettent d’envoyer le sang faible en oxygène vers le tronc pulmonaire. ensuite, les poumons réoxygènent le sang afin de les envoyer au cœur, qui se charge de les distribuer dans l’organisme.   une autre particularité que possède nos montures préférées est qu’ils ne peuvent pas respirer par la bouche. leur palais est beaucoup trop long et mou pour permettre à l’air de passer correctement. leurs naseaux sont les seuls conduits respiratoires qu’ils possèdent, ce qui limite fortement la quantité d’air qui y passe. ils forcent alors beaucoup plus que les hommes afin de respirer.   la fréquence respiratoire se coordonne aux foulées au galop, c’est pourquoi le souffle du cheval est souvent plus audible à cette allure. la splénocontration est un phénomène que pratiquent nos équidés préférés pour contrer le manque d’oxygène : il contracte sa rate et libére l’oxygène qu’elle contient. tous ses globules rouges se répartissent alors dans le sang et captent mieux l’oxygène pour les apporter aux muscles en plein effort.    améliorer les performances en entraînant l’endurance du cheval afin de suivre la progression de votre cheval, le cardio est un très bon outil. en effet, si le système cardio-vasculaire de votre monture s’améliore, le rythme cardiaque est plus faible au repos, la fréquence cardiaque diminue pour réaliser un même effort et la récupération est meilleure. un entretien régulier du cardio développe les capacités musculaires du cheval et pour cela, un travail particulier est à fournir. il se fait généralement sur le plat, de manière fractionnée en utilisant les allures.   le pas étant une allure qui travaille tous les muscles, il est intéressant de partir en balade avec sa monture afin de l’entraîner sur des terrains différents. par exemple, marcher dans l’eau est un excellent moyen de développer sa musculature ainsi que son système cardio-vasculaire.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

yeux du cheval

Prendre soin des yeux du cheval

Le cheval étant une proie pour de nombreux prédateurs dans la nature, ses sens sont aiguisés et très importants. la vue est alors indispensable et les yeux du cheval requièrent une attention particulière. ils sont en contact direct avec l’environnement extérieur et deviennent alors vulnérables face aux agressions. afin d’assurer un confort optimal et une santé irréprochable à votre cheval, il convient de prendre soin de ses yeux. la vue du cheval est alors essentielle à sa survie et de puissantes paupières la protègent.   le fonctionnement de la vision du cheval nos équidés préférés possèdent deux yeux positionnés latéralement. ils ont une pupille allongée, leur permettant de bénéficier d’une vision de 340° afin de repérer les éventuels prédateurs. ainsi, le cheval voit de sa hanche droite à sa hanche gauche. le positionnement des yeux du cheval l’aide à distinguer rapidement les mouvements aux alentours. cette vision panoramique permet aux troupeaux de toujours rester sur leurs gardes en cas de danger.   la position latérale ajoute néanmoins deux zones aveugles. en effet, le cheval ne peut pas voir devant lui, au-dessus et en dessous à moins d’1m20 : voir ses pieds lui est donc impossible. la seconde zone d’angle mort se trouve derrière lui.   l’anatomie des yeux du cheval afin de bien voir, les yeux possèdent des récepteurs appelés tiges et cônes : ils servent à capter les lumières vives et faibles. de plus, ils ont également un tapetum lucidum (couche faisant rebondir la lumière qui se perd), qui donne l’aspect fluorescent quand les phares d’une voiture croisent l’œil du cheval. c’est pour cela que les chevaux voient quand il fait très sombre, sans forcément avoir une vision précise à ce moment-là.   les différentes pathologies en général, ce sont les parties superficielles qui sont les plus touchées par les maladies oculaires. il s’agit donc des paupières, de la cornée, l’iris et le cristallin. plusieurs causes déclenchent ces pathologies : infection, traumatisme, etc. comme pour l’homme, les yeux du cheval sont des organes très fragiles. on observe alors un grand nombre de maladies : conjonctivite, ulcère cornéen, glaucome. c’est pourquoi, quelques précautions sont à prendre pour éviter tout problème : protéger l’animal avec un masque contre les insectes et appliquer des produits de soins en font partie.   les ulcères un ulcère est une petite blessure, traumatique, provoquée généralement par un élément extérieur. cet accident écorche la cornée et provoque un ulcère. par exemple, si le cheval n’a pas fait attention, il a pu se mettre une branche dans l’œil. même si ce problème est arrivé rapidement, il s’infecte facilement et doit être repéré instantanément afin d’être pris en charge. en effet, si les bactéries et les germes s’installent alors que la blessure de la cornée se referme, des abcès se forment et la gravité de la pathologie évolue. la kératite la kératite impacte également la cornée et est engendrée par une infection bactérienne. il s’agit du problème de l’œil du cheval le plus fréquent.   la conjonctivite cette inflammation touche la surface interne des paupières et le blanc de l’œil du cheval : elle se repère généralement par des rougeurs, des larmes, un gonflement et parfois un liquide jaune s’écoule. de nombreux facteurs causent cette pathologie : les poussières et autres particules présentes dans l’environnement de l’animal pénètrent facilement dans l’œil. en été, les mouches transmettent également les conjonctivites, il est alors primordial de tout faire pour les éloigner de nos équidés préférés. si vous repérez les symptômes d’une conjonctivite, il est conseillé d’appeler un vétérinaire, qui prescrira un collyre ou une pommade afin de diminuer l’inflammation. la cataracte la cataracte est caractérisée par l’opacification du cristallin, celle-ci peut être discrète ou marquée. il est important de la repérer le plus tôt possible afin d’éviter les probabilités d’évolution. À l’intérieur de l’œil, le cristallin agit comme une lentille, qui, en cas de cataracte, perd sa transparence. la pupille est alors blanche, comme si un voile s’était déposé sur l’œil du cheval. une chirurgie est alors indispensable et le cristallin est aspiré progressivement à l’aide d’une sonde. en cas de cataracte aggravée, le cheval perd la vision. si vous avez une assurance pour votre cheval, les frais vétérinaires sont pris en charge en cas de maladie des yeux : découvrez les offres Équidassur.  traiter les maladies des yeux du cheval les yeux sont des organes fragiles et importants, les atteintes aigües doivent être traitées en urgence chez le vétérinaire. les pathologies oculaires sont faciles à reconnaître, car très visibles. une simple conjonctivite fait pleurer le cheval, tout en gardant l’œil ouvert, tandis qu’un ulcère le ferme.   en cas de petite infection, du sérum physiologique ou une solution désinfectante aideront à évacuer les particules microbiennes. si les premiers soins ne sont pas suffisants, une pommade, un antibiotique et un collyre seront prescrit par un vétérinaire à la suite d’un diagnostic. en préventif, il est conseillé de mettre un masque aux montures en été pour éviter les mouches ainsi que les poussières en cas de vent. certains animaux sont plus touchés par les uvéites et infections oculaires, un masque anti-uv est conseillé. enfin, pour faciliter le repérage de chaque pathologie le plus rapidement possible, une surveillance quotidienne est recommandée.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

le polo

Le polo : sport équestre aux racines lointaines

le polo est un sport qui se pratique à cheval, au même titre que le horse-ball et le pony-games  cette discipline connaît la réputation d’être réservée à l’élite en raison de son coût élevé car chaque joueur doit avoir un piquet de 4 montures. c’est pourquoi une citation existe pour évoquer le polo : « le sport des rois et le roi des sports ».   l’histoire de la discipline les racine du polo viennent du sixième siècle avant notre ère. en effet, c’est dans les steppes perses que le jeu débute. il s’agit d’abord d’un entraînement de guerre à cheval qui ont aidé attila et gengis khan de conquérir les empires. c’est alors le premier jeu de balle et de maillet du monde qui commence à être pratiqué par les meilleurs guerriers, les princes et les rois. sa réputation élitiste débute alors dès son origine.   une fois l’invention du polo effectuée, c’est au xixème siècle qu’il s’exporte en occident et plus particulièrement en angleterre. les britanniques fondent le premier club de polo à silchar dans l’himalaya en 1859. il se développe ensuite en afrique du sud, australie, argentine, États-unis, france, etc. il est importé en argentine par les immigrants anglais et c’est en 1875 que david shennan organise le premier match. ils sont aujourd’hui champions du monde depuis des années. le principe du polo le polo se découpe en 5 disciplines : le polo, le paddock polo, le polo poney, le polo indoor et le polo sur neige.   le classique il est composé de deux équipes entre 2 et 4 joueurs, qui s’affrontent pour mettre la balle dans le but de l’adversaire. ce sport est assez connu pour être parfois violent et impressionnant. tout d’abord, le polo se pratique sur un terrain de gazon coupé très court. aux extrémités se trouvent un but de 7,20 mètres de largeur. une balle de 8,5 cm (en plastique) et un maillet (tête en bois et rotin de bambou d’une longueur d’environ 1m30) sont nécessaires pour le jeu. un match est divisé en 4 à 8 périodes de 7min30, appelées des chukkas, entrecoupées de pauses de 3min pour changer de cheval. le terrain mesure 275m de long et 145m de large, soit 39 875 m2 et 40 hectares (4 fois un stade de football). on y ajoute ensuite des zones de décélération de 28 mètres qui servent à ralentir après le grand galop effectué pour atteindre le but.   le paddock polo c’est le même principe que le polo classique, cependant 2 équipes de 3 joueurs s’affrontent sur un terrain en sable ou en herbe plus petit que le polo classique (160m de long sur 80m de large). de plus, les balles utilisées sont en cuir et mesurent 11,5 cm.   le polo poney deux équipes de 3 joueurs jouent soit en extérieur soit en intérieur. le terrain varie entre 150m de long avec 75m de large maximum et 40m de long avec 20m de large minimum. deux périodes de 10 minutes avec pause de 3 minutes. il est possible d’en faire dès 8 ans.   polo sur neige c’est une variante du paddock polo avec une balle rouge. les chevaux sont cramponnés pour ne pas glisser.   généralités et règles du jeu les arbitres ont un sifflet pour intervenir sur le jeu mais le rythme des périodes est donné par une cloche ou une trompe et après chaque but, les équipes changent de camp sur le terrain et le jeu reprend par un lancer de balle au centre du terrain. les règles du jeu visent essentiellement à préserver la sécurité des joueurs et des chevaux : il est autorisé de pousser un joueur pour le gêner épaule contre épaule mais il est interdit de couper la ligne matérialisée par la trajectoire d’une balle en mouvement en avant du dernier joueur qui vient de la frapper. il est également interdit de zigzaguer devant un adversaire pour l’empêcher de jouer. les fautes s’appellent des foules et sont sanctionnées par des coups francs sur place. trois arbitres peuvent les appliquer : deux à cheval et un sur le côté du jeu uniquement si les arbitres à cheval ne s’entendent pas sur une faute. les points accordés aux joueurs de polo sont appelés les handicaps. les meilleurs du monde possèdent 10 handicaps.   l’équipement pour jouer au polo le polo peut être un sport très physique et parfois dangereux pour le cavalier et le cheval, il est donc primordial d’avoir un équipement permettant de protéger les deux. voici le matériel nécessaire pour le cheval : - une selle adaptée au dos de chaque monture - un harnachement solide - des bande de polo   pour le cavalier : - un casque possédant une grille de protection - des gants - des lunettes de protection - des genouillères en cuir épais - un maillet   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

akhal téké

L’Akhal-téké : le cheval du désert à la robe dorée

L'akhal-teke fait partie des plus anciennes races de chevaux domestiques. en effet, il a développé de nombreuses capacités au contact de l’homme telles que la vitesse et l’endurance. contrairement à de nombreux chevaux utilisés pour l’équitation sportive ou même de loisir, l’akhal-téké est fin et moins musclé. c’est cette silhouette qui lui vaut néanmoins la réputation de cheval luxueux et élégant. contrairement au quarter horse, l’akhal est l’une des races les plus rares et exotiques du monde.   l’histoire de l’akhal-téké cette race tire son nom de la tribu téké qui élève la race depuis plus de 3 000 ans et de l’oasis akhal dans lequel les plus beaux élevages se trouvent. son origine remonterait aux iv ème et iii ème siècles av. j.‑c au turkménistan. en effet, des ossements d’équidés ont été retrouvés dans les tombeaux d’anciens peuples nomades comme les scythes. l’histoire de la race continue lors de son exportation durant l’antiquité. ainsi, ce cheval incarne une nation toute entière. les caractéristiques de l’akhal-téké l’akhal-téké est un cheval avec une morphologie longue et fine qui a été formée sous des conditions climatiques rudes. ses allures sont fluides et élégantes. avec une petite tête et des membres minces, il est souvent comparé à un lévrier. c’est un cheval qui donne une l’impression de voler une fois qu’il galope. son poil est soyeux et court. il possède un large éventail de couleurs. il est notamment représenté par la robe dorée car c’est la plus prédominante. celle-ci ajoute également à la race cette réputation de cheval majestueux et prestigieux. en effet, la structure unique du poil de l’akhal-tékké laisse passer la lumière par un côté et réfracte l’autre côté, laissant apparaître les beaux éclats de lumière que nous connaissons. le gène de dilution de la couleur crème donne également à la race les robes palomino, cremello et perlino avec parfois de beaux yeux clairs.   le caractère de la race l’akhal-téké est un animal exigeant et très intelligent. Élevé par les nomades, il a l’habitude d’être au contact de l’homme. ce qui fait donc de lui un cheval assez difficile face aux cavaliers qui ne sont pas leur unique maître. au travail, il est très fiable, volontaire et confortable. il sera plus heureux en extérieur toute l’année car c’est une race très rustique ayant eu pour habitude de vivre dans des conditions de vie compliquées mais libres.   l’utilisation sportive de l’akhal-téké cette race est particulièrement douée en concours complet et en endurance. il reste cependant performant dans d’autres disciplines équestres. la rareté de ce cheval ne permet pas de connaitre toutes ses qualités sportives car il y a peu de représentants qui évoluent en haut niveau de compétition. un akhal-téké a remporté la médaille d’or olympique de dressage en 1960 à rome : abzent, monté par serguei filatov. besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

la voltige

La voltige : sport équestre et discipline artistique

Combinaison entre la gymnastique et l’équitation, la voltige est une discipline pouvant être qualifiée de sport artistique et acrobatique. les représentations s’apparentent à un spectacle et la difficulté des exercices effectués est impressionnante. la voltige peut être pratiquée en cercle ou en ligne droite.   les origines de cette discipline comme de nombreuses disciplines équestres actuelles, la voltige trouve son origine au sein des pratiques militaires. en effet, le principe débute dans les arènes romaines ou les militaires effectuent des exercices de voltige dans le but d’améliorer leur assiette et leur équilibre pour tenir plus longtemps à cheval lors des combats. l’adresse du cavalier est alors mise en avant il y a au moins 2 500 ans. les mouvements sont alors montrés dans les arènes face à un public impressionné par tant d’assurance sur le dos d’un animal en mouvement. dans l’antique crète, la discipline artistique est également présente car les jeunes acrobates se servaient des cornes de taureaux comme point d’appui sur le cheval.   plus tard dans l’histoire, la voltige sert de tactique de guerre pour les indiens d’amérique : la monte sans selle est alors pratique pour se lever sur le dos du cheval et se servir des armes. les prestations ressemblent donc plus à de la gymnastique qu’à la voltige en cercle connue aujourd’hui. c’est à l’époque de louis xiv que la discipline artistique apparaît réellement sous la forme de spectacles pour le roi. la voltige est ensuite introduite dans les sports équestres en 1924 lors des jeux olympiques d’anvers mais c’est qu’en 1987 qu’elle est reconnue par la fédération française d’Équitation (ffe). aujourd’hui, bien que très sportive et impressionnante, la voltige ne figure pas dans les disciplines olympiques.   la voltige en cercle la voltige en cercle tire son origine dans les exercices militaires ainsi que les pratique du cirque. même si ce n’est pas visible aux premiers abords, la voltige est un travail d’équipe : le voltigeur a confiance en son cheval ainsi que le longeur qui maîtrise son allure et sa trajectoire. la beauté de ce sport allie des compétences sportives très exigeantes telles que l’équilibre, la prise de risque, la musculation, la souplesse et la gymnastique.   la voltige en ligne droite tout d’abord, la voltige en ligne droite ne requiert pas l’utilisation du même cheval que pour la voltige en cercle. en effet, en ligne droite, les voltigeurs effectuent leurs figures sur des petits chevaux rapides. le matériel est également différent : leur harnachement dit « cosaque » possède des coussins, plusieurs sangles ainsi qu’un pommeau vertical. la ligne droite, d’au moins 60 mètres, permet à l’animal de s’élancer au grand galop et au voltigeur de trouver son parfait équilibre sur le côté. cette discipline est pratiquée dans le cadre de spectacles ou de tournages de films. en effet, les voltigeurs en ligne droite sont souvent considérés comme des cascadeurs.     le matériel nécessaire le voltigeur effectue des figures spectaculaires sur le dos du cheval. pour cela, l’animal doit posséder un caractère calme avec un excellent tempérament. en effet, la confiance et le dressage sont des piliers primordiaux dans cette discipline artistique afin d’éviter les écarts brusques du cheval en cas de peur. le cheval de voltige peut être de différentes races et tailles mais sa qualité principale est son allure régulière. son équipement est très important pour éviter les blessures et assurer une stabilité au voltigeur. la base du matériel est le tapis de voltige : l’épaisseur n’excède pas 3 cm mais la mousse est assez dure. il mesure 1 mètre de longueur et 90 cm de largeur. un surfaix avec une sangle, deux poignées et deux courroies latérales permettent de protéger le cheval des éventuels frottements dus aux plis. la mousse molle est ajoutée ente le tapis et le surfaix pour protéger le garrot. concernant la bride, le mors chantilly ou à olives est le plus utilisé et relié à une longe de 9 mètres de long. les enrênements sont ajustables en fonction du travail de l’animal ainsi que les objectifs à atteindre. une fois que l’équipement du cheval est au complet, celui du voltigeur est encore à préparer. pour cela, la sécurité est le premier critère pour effectuer les figures sereinement. ainsi, le voltigeur est vêtu d’une tenue moulante (justaucorps ou académique) en lycra ou en fibres élastiques. afin de monter sur le dos de l’animal avec un confort optimal, le cavalier porte des chaussons de voltige (similaires aux chaussons de gymnastique), en cuir avec une semelle en plastique.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

quarter horse

Le quarter horse : race de cheval la plus populaire du monde

Le quarter horse est une des races les plus répandues, avec 4,6 millions de chevaux dans le monde. cette caractéristique fait de lui une monture très populaire quelle que soit l’activité pratiquée. en effet, c’est un animal parfait pour le sport et le loisir. l’histoire de la race le quarter horse est originaire des plus anciennes races du continent américain. apprécié depuis toujours pour sa robustesse et ses capacités physiques importantes, il est utilisé pour les courses de sprint d’un quart de mile : d’où son nom. souvent associé à l’équitation western, cette race est connue depuis le xvième siècle aux côtés des cow-boys américains et de nombreuses disciplines leur sont dédiées.   les caractéristiques du quarter horse le quarter horse possède une petite tête assez large et courte. le poitrail également large ainsi que les épaules obliques et très musclées lui valent la réputation de cheval puissant. son encolure est rouée, longue et forte. le dos de cette race est particulièrement court et robuste. avec une croupe arrondie et une arrière-main particulièrement forte. la taille du quarter horse varie entre 1,50 m et 1,60 m ce qui fait de lui un petit cheval rapide sur de courtes distances. en effet, il possède des membres durs, fins et courts. concernant la robe de cette race, toutes les couleurs unies peuvent exister.   son espérance de vie est comprise entre 20 et 30 ans car il peut connaître des maladies génétiques telles que l’hyperkaliémie périodique paralysante (anomalie liée à une mutation au niveau des canaux sodiques). de plus, le quarter horse est parfois sujets à des problèmes osseux au niveau du pied, ce qui entraîne des boiteries. il doit donc impérativement posséder une ferrure adaptée s’il est amené à parcourir des terrains variés.   ses caractéristiques puissantes lui permettent de facilement vivre en extérieur. son alimentation varie en fonction de l’activité qu’il pratique : un cheval de western n’a pas les mêmes besoins en énergie qu’un quarter horse de randonnée.   le caractère du quarter horse le quarter horse est une race particulièrement affectueuse, dotée d’une intelligence et une vivacité remarquable. en plus d’un mental d’exception, il est docile face à l’homme et sait être calme quand il le faut. au-delà de son caractère particulièrement coopératif, il possède des capacités sportives reconnues depuis des années. en effet, cette race est élevée pour être endurante et rapide sur de courtes distances. même si son utilisation a toujours été portée vers le sport, le caractère du quarter horse fait de lui un excellent compagnon de randonnée tout en étant énergique si besoin.   l’utilisation sportive de la race depuis plus de 300 ans, il est entraîné pour sprinter. il est aujourd’hui associé à l’équitation western car c’est une monture idéale pour le cow-boy : son caractère doux et docile rend l’approche du bétail plus facile qu’avec d’autres races de chevaux. le halter est également une discipline (plus répandue aux États-unis) dans laquelle le quarter horse est présenté en main.   si les races de chevaux vous intéressent, retrouvez nos articles sur le pur-sang arabe et le frison. besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram ! ...

insuffisance rénale chez le cheval

L’insuffisance rénale chez le cheval

Dans l’organisme de nos équidés préférés, les reins sont au cœur du processus de nettoyage. en effet, ils aident à l'élimination des substances qui sont difficilement évacuées par les crottins. il s’agit d’un organe primordial qui aide à maintenir l'équilibre acido-basique (régulation de l’élimination des ions hydrogène permettant de conserver l’équilibre acido-basique du corps) et électrolytique (le sodium, le potassium et le chlore ont une concentration dans le sang qui doit être contrôlée.). avec le foie, le rein est chargé d'éliminer les déchets de l'animal : c'est alors le deuxième organe majeur du corps du cheval. situés dans l'abdomen, sous les lombaires du cheval, ils mesurent entre 14 et 18 centimètres de long. comme chez de nombreux mammifères, ces organes sont touchés par des maladies. l’insuffisance rénale chez le cheval est une pathologie connue chez l’homme pouvant également toucher nos montures, bien que moins répandues. qu’est-ce que l’insuffisance rénale chez le cheval ? tout d’abord, l’insuffisance désigne l’incapacité d’un organe d’assurer ses fonctions (insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque, etc.). ainsi, dans le cas d’une insuffisance rénale chez le cheval, le rein ne fonctionne pas correctement. ce sont en général les animaux plus vieux qui sont concernés par ce problème. dans l’organisme, chaque organe possède un rôle important : celui du rein est fondamental. c’est pour cela qu’il faut agir rapidement, car un dysfonctionnement rénal peut s’avérer mortel.   afin de comprendre ce phénomène, il faut tout d’abord comprendre l’utilisation de cet organe. l’unité fonctionnelle et structurale du rein est le néphron, qui filtre le sang et intervient dans la formation de l'urine. ainsi, pour filtrer le sang, deux étapes interviennent : - la filtration glomérulaire - la réabsorption par le sang des substances essentielles (comme l'eau et les sels minéraux).   la formation du sang permet donc d’éliminer les mauvais éléments, les déchets et les toxines en les transformant en urine. si les néphrons ne fonctionnent plus, il est impossible de les remplacer et les lésions sont irréversibles : la filtration du sang n’est plus aussi efficace.   les symptômes les premiers signes visibles lors du dysfonctionnement rénal du cheval sont : - difficulté à uriner -hyperthermie - apparition d’ulcères au niveau des muqueuses de la bouche - congestion des muqueuses.   des analyses sanguines doivent alors être effectuées impérativement en clinique et la conformation s’effectue par une éventuelle échographie du rein. deux types d’insuffisance rénale peuvent exister : l’aigüe (ira), qui apparaît soudainement et la chronique (irc), plus progressive.   les origines de l’ira (insuffisance rénale aigüe) l’insuffisance rénale aigüe est à l’origine de trois problèmes différents en fonction de leur localisation. dans un premier temps, la baisse du débit sanguin rénal du cheval ne vient pas directement du rein : le problème apparaît avant la filtration. dans ce cas, le dysfonctionnement rénal est dû à la quantité insuffisante de sang qui arrive au rein. ensuite, la perte de liquide à la suite d’une hémorragie ou une déshydratation baisse également le débit sanguin et crée des lésions directement dans les reins. enfin, si le cœur est touché, en cas d’insuffisance cardiaque, il n’envoie pas assez de sang vers les reins, et le dysfonctionnement rénal est également inévitable.   les origines de l’irc (insuffisance rénale chronique) concernant cette pathologie, elle concerne plus souvent les chevaux âgés, car les organes s’affaiblissent naturellement et sont alors moins fonctionnels. deux problèmes sont alors à l’origine d’une insuffisance rénale chronique : l’origine congénitale, due à la prédisposition de certaines races de chevaux et l’origine acquise, à la suite d’une infection, d’une tumeur ou d’une maladie.   il est également fréquent que certaines ira soient détectées trop tardivement et évoluent en irc. le rein devient également défectueux en cas de maladie auto-immune (comme la dermatose, le pemphigus foliacé, le lupus érythémateux cutané, la pelade, ou alopecia areata, et le vitiligo) car les cellules immunitaires détruisent petit à petit les cellules rénales.   le traitement à effectuer peu importe l’origine et le type d’insuffisance, la réhydratation du cheval est la priorité. elle est généralement associée à une perfusion. dans tous les cas, la réhydratation du cheval est primordiale et est complétée par une perfusion.   en cas d’ira, il faut agir très rapidement afin d’éviter l’élimination des cellules rénales car celles-ci ne peuvent pas se renouveler. la concentration de substances azotées dans le sang (urémie) conduit à une anémie : une transfusion sanguine est alors mise en place. l’insuffisance rénale aigüe peut également se traiter à l’aide d’antibiotiques aminosides. dans tous les cas, l’intervention d’un vétérinaire est nécessaire dès les premiers soupçons de symptômes. concernant l’irc, hormis le traitement de la cause originaire, il est possible de compenser la diminution de fonction rénale des protéines de qualité et une bonne hydratation.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

drainage du cheval

Le drainage du cheval

qu’est-ce qu’un drainage ? même si à l’état sauvage, le cheval est totalement capable de se drainer lui-même, c’est désormais plus compliqué avec sa nouvelle alimentation et son mode de vie. le drainage vise un organe et aide à sa « réinitialisation » : il permet à l’organisme d’évacuer tous les déchets accumulés. les organes tels que le foie et les reins sont les premiers visés par la détoxification. en effet, ils sont à l’origine de l’élimination des déchets du métabolisme par l’urine. le recours au drainage peut se faire si le cheval semble fatigué, mais également à la suite d’une alimentation inadaptée, d’une insuffisance rénale, d’un traitement médical, d’un engorgement ou d’un effort trop important. de nombreux médicaments sont chimiques et ne sont pas toujours évacués de l’organisme dans leur intégralité, le drainage du cheval permet alors de bien le nettoyer. quelle est l’utilité d’un drainage ? l’alimentation de nos équidés préférés a beaucoup changé entre son état naturel et sa domestication. en effet, ils sont souvent nourris à base de concentrés, granulés, foins, etc. ces aliments sont plus ou moins digestes pour le cheval et peuvent être très riches : ce qui entraîne parfois la création d’enzymes dans le colon, provoquant une acidose. les parois du colon sont très fragiles et la fermentation des enzymes provoque des complications en rendant la paroi poreuse. la fourbue est un exemple de pathologie provoquée par une alimentation trop riche et sucrée.   la nutrition de nos montures est donc totalement différente et les déchets et toxines sont moins faciles à éliminer. d’autres facteurs comme le stress et les médicaments rendent l’organisme du cheval moins « propre » naturellement. le drainage va donc venir rééquilibrer le tout !   quand effectuer un drainage sur son cheval ? deux saisons sont recommandées pour procéder à un drainage : l’automne et le printemps. cela vient de la médecine chinoise qui associe le foie au printemps et les reins à l’automne.   en fonction des besoins et des problèmes de l’animal, plusieurs drainages s’offrent à vous :   - la phytothérapie classique - les teintures mères - la gemmothérapie - l’homéopathie   en quoi consiste le drainage du cheval ? l’organisme fournit un effort beaucoup plus important lors du drainage, en effet, les toxines sont dirigées vers le colon pour être évacuées par les crottins et les urines. une fois le drainage du cheval effectué, son bien-être est remarquable car les déchets sont tous évacués. cependant, cette technique doit être effectuée par des professionnels pour rétablir l’équilibre du corps et ne doit pas être pris à la légère. si votre animal suit une alimentation saine et un rythme de travail adapté, il n’aura pas forcément besoin d’être drainé.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

comportement du cheval

Les troubles du comportement du cheval

quels sont les origines des troubles du comportement du cheval ? il est possible, dans la vie d’un cavalier, de tomber un jour sur un cheval ayant des problèmes comportementaux. ceux-ci surviennent à la suite de plusieurs soucis : un mauvais contact avec l’homme, un traumatisme, une angoisse, une douleur, etc. le bien-être du cheval est donc au cœur des préoccupations s’il possède des troubles comportementaux. par exemple, si l’écurie est mal gérée, sans vie sociale ou que le régime alimentaire ne convient pas à l’animal, son comportement le fera ressentir. dans un autre cas, si l’équidé a subi un traumatisme lié à l’homme dans son passé, peu importe son environnement, il faut énormément d’amour et de patience pour gérer ses troubles.   que faire en cas de troubles ? si votre cheval refuse de se laisser approcher et que ses comportements sont anormaux seul ou à l’écurie, c’est qu’il y a un problème à régler. en effet, dans tous les cas, il est important d’appeler un spécialiste du comportement animal pour ne pas se mettre en danger face à l’impulsivité de nos équidés préférés. il vous aide à trouver des solutions afin d’avoir un cheval en bonne santé mentale et physique. il est important d’agir dès que les symptômes surviennent pour qu’ils soient plus faciles à soigner. de plus, si vous le laissez mal se comporter, il risque de se blesser ou de blesser un autre cheval.   il faut également porter attention aux signaux que votre animal vous fait. par exemple, s’il ne se laisse pas toucher à un endroit particulier ou si un endroit le rend agressif, c’est qu’il souhaite sûrement vous expliquer qu’il a mal. ainsi, avant d’avoir recours à un spécialiste du comportement, il est judicieux d’appeler un vétérinaire pour vérifier qu’un problème de santé n’est pas à l’origine du problème.   comment aider un cheval ayant des troubles du comportement ?   améliorer son environnement dans le bien-être et la psychologie des animaux, l’environnement joue un rôle primordial. la plupart des chevaux angoissés se sentent mieux une fois que le lieu qui les entourent est propice à la détente. certains animaux sont également stressés à l’idée d’être enfermés dans un box, s’il n’en a pas l’habitude ou s’il préfère la vie au pré. en effet, les interactions sociales au sein d’un troupeau aident toujours le cheval à se sentir mieux, même si le risque de blessures est plus élevé en cas de conflit avec ses congénères.   améliorer son alimentation dans la nature, le cheval grignote en continue tout au long de la journée. À travers cette habitude, il se détend et cela est bénéfique sur l’acidité de l’estomac et les ulcères gastriques. un cheval ayant des troubles du comportement a besoin d’être occupé sans arrêt afin d’éviter le stress : mettre en place du foin à volonté ou un filet à foin est conseillé.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

muserolle

Choisir la bonne muserolle

avant-propos : equidassur ne prend pas partie sur l’utilisation de la muserolle, ce texte est à but informatif. cependant, passionnés par les chevaux, nous sommes avant tout pour la défense du bien-être animal, donc si vous faites le choix de l’utiliser, pensez à ne pas trop la serrer pour ne surtout pas blesser votre cheval, voir nos conseils dans l’article ci-dessous.   dans l’équipement du cheval, le filet est un indispensable. c’est un harnachement comprenant un mors et une paire de rênes. la muserolle est une pièce maitresse du bridon. afin de rendre ce matériel plus ou moins sévère, elle peut prendre différentes formes. qu’est-ce que la muserolle ? il s’agit du lien entre l’embouchure et le filet. celle-ci joue un rôle fondamental dans la formation de l’animal : elle lui montre comment gérer la pression des mains sur le mors afin que d’agir en fonction de ces actions.   il existe différentes tailles et formes de muserolles et chacune d’elles possèdent diverses spécificités. le cavalier doit impérativement bien choisir sa muserolle en fonction de son cheval ainsi que son type de monte. certaines personnes ont tendance à être plus forts dans leurs actions tandis que d’autres sont plus doux.   les différents types   la muserolle française c’est la muserolle la plus commune et utilisée, surtout pour les chevaux de clubs permettant aux débutants d’avoir une main neutre. une fois qu’elle est attachée, elle passe au-dessus du mors et en dessous des rênes. une technique est souvent utilisée pour savoir si c’est trop serré : il faut pouvoir passer deux doigts entre le nez du cheval et la muserolle. elle est assez simple à ajuster, mais ne doit tout de même pas être trop serrée, au risque de gêner la monture. elle est également idéale pour un jeune cheval débutant le travail.   la muserolle allemande ce type est fait pour empêcher que le mors ne bouge dans la bouche du cheval. en effet, la bouche est fermée assez bas par cette muserolle car elle passe sous le mors et la commissure des lèvres. elle sert à éviter le changement de direction précipité car le cavalier contrôle mieux le bout du nez de sa monture. l’utilisation de la muserolle allemande demande un peu d’attention car elle empêche la mobilité de la bouche : il faut alors l’utiliser avec parcimonie lors d’un vrai travail de dressage par exemple. si l’animal doit effectuer un effort respiratoire important ainsi qu’une activité sensée le détendre, une muserolle moins complexe est alors recommandée. ainsi, la muserolle allemande permet d’éviter au cheval de passer la langue au-dessus du mors : le cavalier doit avoir la main douce et être assez expérimenté pour l’utiliser.   la croisée elle est plus complexe à ajuster, en effet, ses lanières se croisent en plein milieu du chanfrein : le cheval est exposé à de potentielles blessures. sa forme particulière est généralement accompagnée par un renfort en mouton au croisement afin d’éviter les frottements désagréables. cette muserolle est employée pour agir sur la mâchoire et le chanfrein afin de rendre l’ouverture de la bouche impossible. la combinée la muserolle combinée est une muserolle française à laquelle un noseband est ajouté. les deux parties se règlent séparément. la muserolle française utilisée permet de réduire l’ouverture de la bouche sans bloquer l’articulation de la mâchoire contrairement à la muserolle précédente, tandis que le noseband bloque l’ensemble de la bouche afin de garder le mors immobile. comme pour l'allemande, il est important de ne pas trop serrer le noseband afin de laisser l’animal respirer correctement. de plus, le noseband peut impacter le cartilage du cheval et causer des lésions. ce type de muserolle est alors adaptée pour un cheval cherchant à fuir régulièrement, sans raison, la main du cavalier.     la double muserolle il s’agit d’une muserolle assez sévère combinant l’allemande et la française. elles peuvent être indépendamment réglées afin de varier leur effet sur le cheval en fonction de la monte. elle est utilisée en général sur les chevaux de cso  afin de limiter l’ouverture de la bouche en gardant le cheval concentré tout le long du parcours.   les accessoires diverses possibilités existent afin d’ajouter des accessoires pour personnaliser le filet de son animal. par exemple, des paillettes et de la moumoute, sont disponibles pour rendre le matériel plus esthétique. de nombreux accessoires pour les muserolles sont également utilisés pour le confort de l’animal. en effet, beaucoup de chevaux à la peau fine se blessent avec les frottements, l’utilisation d’un fourreau en mouton ou d’un pad est utile.   quelle muserolle pour son cheval ? adapter sa muserolle est donc une question récurrente lors du montage du filet. il est primordial de l’ajuster en fonction de la morphologie de la monture : la forme de son os nasal, le volume de sa mâchoire, de ses muscles, etc. une fois ce critère intégré, les besoins du cheval doivent être réfléchis. par exemple, s’il a tendance à jouer avec son mors, une muserolle combinée est recommandée. la muserolle peut également être changée tout au long de l’apprentissage du cheval car il évolue dans son travail. en général, pour un cavalier débutant, il est idéal d’utiliser la muserolle française, réduisant l’impact d’une main trop forte. en effet, si les actions sont trop fortes et qu’elles sont associés directement à une correction, le travail du cheval n’est pas optimisé et cela peut devenir dangereux.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

clôture

Bien choisir la clôture pour ses chevaux

Afin de garantir un espace sécurisé à nos chevaux, il est primordial d’installer des clôtures. il faut réfléchir au matériel utilisé, la taille, la matière, la couleur, le type de barrière, poteaux, etc. le profil de la clôture parfaite est choisi en fonction des chevaux qui vont l’occuper. ils sont de nature craintive et comptent sur leur vision. c'est pourquoi on préfère une clôture large très visible pour les chevaux. il est important de choisir une clôture qui correspond au comportement de l'animal. comment faire son choix et quels sont les avantages et inconvénients des différents types de barrières ?  en fonction du caractère des chevaux les chevaux stables tels que les poulinières et les poneys de club représentent un risque d’accident beaucoup moins élevé. en effet, ils ne se blessent pas en essayant de s’enfuir ou en percutant la clôture. en cas de blessure due à une clôture, nos offres Équidassur prennent en charge les frais vétérinaires. la hauteur idéale est donc de 1m30 pour ces équidés. cependant, toujours attirés par l’appel de la nourriture, nous ne sommes pas à l’abri qu’ils passent la tête sous les fils pour accéder à l’herbe plus fraîche qui se trouve derrière. afin de les en dissuader, les clôtures électriques peuvent être une solution efficace. pour les chevaux plus nerveux, il est important de jouer avec l’effet visuel. la hauteur doit alors leur faire peur et les faire reculer face à l’envie de sauter la barrière : 1m50 à 2m est raisonnable.   le nombre de lisses pour une bonne clôture le nombre de lisses est déterminé par la hauteur de la clôture, qui dépend des caractéristiques des chevaux qui habiteront le pré. selon l’animal, plusieurs possibilités s’offrent à vous :   hauteur de clôture = 130 cm à 2 lisses hauteur de clôture = 155 cm à 2 ou 3 lisses hauteur de clôture = 185 cm à 3 ou 4 lisses   les différents types de clôture pour que les chevaux respectent la limite imposée par la clôture, ils doivent la penser infranchissable. pour cela, tout est pris en compte : la taille entre les poteaux, le nombre de fils, l’intensité de l’électricité, etc. au-delà de ces critères, l’animal doit se sentir à l’aise dans son habitat pour ne pas avoir envie d’en sortir.   le ruban : il existe plusieurs largeurs différentes. le plus utilisé est celui de 4 cm, car plus voyant, même s’il est plus fragile face au vent. l’usure est fortement influencée par les critères extérieurs. le cordon : entre le ruban et le fil, le cordon conduit bien l’électricité tout en étant assez visible pour les chevaux. cependant, la matière est très résistante et risque de blesser l’animal s’il fonce dedans. le fil électrique : peu visible car trop fin, mais excellent conducteur électrique. il peut renforcer une clôture constituée d’autres éléments comme le ruban par exemple. les clôtures en bois : elles sont les plus durables et les plus coûteuses. leur durée de vie peut diminuer au fil du temps car les chevaux s’y frottent et certains insectes peuvent les attaquer, mais elle reste les plus rentables.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

0.025
0.025
0.025
0.025
0.025
0.026
0.026
0.026
0.026
0.026
0.03
0.03
0.03
0.03
0.03