cheval Clydesdale

L’impressionnant cheval Clydesdale

Le clydesdale est un cheval de trait originaire d’ecosse. il tient son nom de la vallée du clyde. c’est un des plus grands chevaux du monde : il mesure jusqu’à 1m83 au garrot. grâce à cette taille impressionnante et sa musculature exceptionnelle, il est généralement utilisé pour les travaux agricoles et forestiers. sa force de traction lui permet d’être une très d’une grande utilité dans les champs. leur nombre a légèrement augmenté au fil du temps, bien que cette race soit rare. en 2010, l'effectif mondial est d'environ 5 000 clydesdales et est principalement répandu au canada, en australie et en nouvelle-zélande.   l’histoire du clydesdale l’histoire de cette race remonte à de nombreuses décennies. c’est au xviiième que la demande de cheval de trait augmente. en effet, les hippomobiles sont de plus en plus utilisées : les chevaux de la vallée du clyde sont croisés avec des étalons de flandre et des midlands anglais. petit à petit, ces chevaux sont utilisés pour la traction en ville et le transport de charbon. c’est au xixème que les chevaux obtenus du croisement, sont ensuite à nouveau mélangés avec le shire, afin d’ajouter la docilité et la taille à leurs caractéristiques. lors de la première guerre mondiale, la demande de chevaux de trait diminue et l’effectif de la race est moins conséquent. désormais, le cheval clydesdale participe à des concours de labour qui jugent la capacité de tracer des sillons droits, faire demi-tour et avoir une démarche intéressante. de plus, ce cheval est utilisé comme monture lors de spectacles équins. en angleterre, dans le lake district, un centre d'équitation est spécialisé en clydesdale et s’occupe uniquement de cette race.   ainsi, au cours de l'histoire, le cheval clydesdale est devenu un compagnon précieux pour l'homme, en tant qu’animal de trait pour l'armée britannique ou comme assistant parfait auprès des colons australiens. puis, ces fidèles destriers sont remplacés par des machines dans de nombreux pays. les clydesdales sont alors élevés pour la compétition et donnent des équidés dociles, élégants et extrêmement fiables. caractéristiques du cheval clydesdale il a la particularité de posséder une tête plate avec les naseaux assez larges et ouverts. l’encolure du cheval clydesdale est rouée, son garrot ressort et son dos est plutôt court. concernant son arrière-main, elle est connue pour être très musclée. de plus, comme de nombreux chevaux de trait, il est facilement reconnaissable grâce à son poil long et soyeux qu'il porte sur ses jambes. il possède en générale la robe baie. son dressage est très simple et son caractère, malgré sa puissance et sa taille impressionnante, est d’une docilité déconcertante. son excellente personnalité fait de lui un cheval de trait parfait. un petit conseil concernant l’alimentation des chevaux comme les percherons ou les clydesdales : passez à l’alimentation adulte à un âge adapté, sans tenir compte de la taille de l’animal. en effet, de nombreux éleveurs le font de manière précoce et cette erreur limite leur développement en largeur.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

l’équithérapie

L’équithérapie : le cheval comme soutien

L'équithérapie est une méthode utilisée en complément de la médecine traditionnelle. qu’il s’agisse de personnes présentant des troubles psychologiques ou physiques, cette technique aide à améliorer la qualité de vie de nombreux malades. cette approche revient à faire intervenir l’animal auprès des individus en difficulté. elle apporte des bienfaits à des personnes âgées, en situation de handicap ou en détresse sociale. le cheval vient donc au secours de beaucoup de gens. l’équithérapie a un effet très positif sur le développement cognitif (capacités du cerveau qui permettent de communiquer, de percevoir l’environnement, de se concentrer, de se souvenir d'un événement et d'accumuler des connaissances). la médication équine est une technique abordée aujourd’hui par de nombreux hôpitaux français. cette pratique est excellente pour le corps et l’esprit des individus malades : le cheval est un des acteurs principaux de leur rétablissement et travaille en association avec le personnel soignant. il fait alors partie du corps médical et assure la bonne santé physique et mentale des personnes qu’il côtoie.   l’histoire de l’équithérapie l’équithérapie existe depuis des millénaires : son histoire débute en grèce antique pour guérir de nombreuses pathologies. la méthode connue actuellement (associer l’animal au personnel soignant directement) se développe depuis les années 1900 aux États-unis. c’est uniquement en 1969 que les premiers centres spécialisés dans l’équithérapie voient le jour. désormais, de nombreux établissements proposent cette médecine douce.   les avantages de la thérapie équine cette technique s’adapte aux adultes et aux enfants et stimule également les petits en bas âge. les animaux ont de nombreux bienfaits sur les hommes. en effet, physiologiquement parlant, le cheval transmet de la chaleur aidant les muscles à se relaxer. des pulsions rythmiques sont envoyées à la ceinture pelvienne et aux jambes, apportant de l’aide à la coordination des membres. la sensation provoquée lors de monte à cheval émet un mouvement moteur qui rassure les cavaliers souffrants. ce traitement animalier aide également à diminuer les troubles tels que le stress, la dépression, l’addiction et les problèmes obsessionnels.   le cheval au sein des maisons de retraite : l’exemple de peyo de nos jours, il n’est pas rare de voir un cheval au chevet des résidents d’ephad. en effet, c’est un allié précieux pour accompagner la solitude des personnes âgées. de réelles relations se créent entre l’animal et les habitants de la maison de retraite. c’est le cas de peyo, étalon champion de dressage qui fait souvent le tour de ces établissements afin de se laisser caresser tendrement. il fait preuve d’une douceur et d’une empathie incroyables : il ne s’approche jamais des perfusions et fait attention à être calme peu importe la situation. peyo est un étalon de 15 ans basé à dijon. il mène la visite entre 20 à 30 minutes dans les chambres des personnes âgées. une certaine alchimie se passe lorsqu’il est dans la maison de retraite. parfois, un souvenir revient grâce à la présence de l’animal. en effet, un ancien service militaire, une visite à la ferme ou même un moment de leur enfance leur remonte uniquement avec la simple vue de peyo. un grand silence est souvent observé quand l’équidé est entre les murs des ephad et les cris disparaissent d’un coup. peyo possède des qualités incroyables qu’il partage dans les maisons de retraite. cependant, son histoire n’était pas destinée à aider les personnes en difficultés. en effet, son propriétaire, hassen bouchakour raconte avoir acquis l’équidé quand il était encore un jeune poulain. peyo veut dire "serpillière" en patois car l’animal n’était pas apprécié par les autres chevaux durant son enfance et il revenait souvent avec des blessures. selon les dires d’hassen : « au début les choses n'ont pas été simples, il ne se passait rien avec peyo. tout ce que je lui demandais m'était refusé. et puis, lorsque je ne lui ai plus rien demandé, alors il m'a tout donné ! avec peyo, on a développé une véritable complicité, une confiance totale l'un envers l'autre. c'est un cheval très vigoureux, nerveux. on travaille ensemble et le plaisir est notre seul guide ». mais alors comment font peyo et tous les chevaux utilisés au sein des centres hospitaliers pour avoir de tels impacts ? pour le moment, personne ne le sait. mais chacune des visites semble avoir des effets miraculeux pour tous les patients concernés. certains animaux sont dotés d'une compassion naturelle et permettent d’apporter une forme de sérénité. bien évidemment, ils ne guérissent pas les maladies, mais ils apaisent les personnes, ce qui permet de réduire considérablement de nombreuses douleurs. ainsi, nos amis les bêtes peuvent être d’une immense utilité pour les personnes ayant des difficultés psychologiques et physiques grâce à un sixième sens qui leur permet d’être apaisant et de bonne compagnie ! besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !      ...

étriers

Le choix des étriers en équitation : conseils et astuces

Bien choisir ses étriers en équitation est une étape importante lors de l’achat du matériel. aujourd’hui, de nombreux modèles existent en fonction des goûts, de la discipline et de la morphologie du cavalier.   les étriers permettent de prendre appui symétriquement sur les deux pieds. ils sont reliés à la selle par des étrivières réglables. la descente de jambe du cavalier repose également sur cette partie qui aide à la monte. ainsi, ces accessoires sont conçus et déclinés selon de nombreuses variantes afin d’être bien adaptés pour le confort du cavalier et de sa monture. l’histoire de l’étrier dans l’équitation À l’origine, cet accessoire vient de chine, plusieurs siècles après jésus-christ. leur première fonction aide les cavaliers à se hisser sur la selle. cependant, les peuples turco-mongols auraient mis en place les étriers d’aujourd’hui afin d’apporter du soutien aux jambes pour davantage de confort et de facilité bien avant jésus-christ, selon certains historiens. désormais, les modèles sont conçus pour être de plus en plus légers. la sécurité : principale qualité recherchée lors du choix des étriers la sécurité de cet accessoire est également très importante : une multitude de modèles sont dessinés pour réduire les dommages causés lors d’une chute. ainsi, le choix d’un bon matériel impact directement sur les performances. celui-ci dépend essentiellement du niveau d’équitation du cavalier, du niveau de confort qu’il recherche et des pratiques à cheval. le choix des étriers en fonction de la discipline   certains critères priment en fonction de la discipline équestre. en cso (saut d’obstacles) et en cross, la qualité recherchée est l’amortissement afin de ne pas perdre l’équilibre lors de la réception des sauts. en dressage, le plancher de l’étrier doit être muni d’un grip pour accentuer la stabilité, primordiale dans cette discipline : ils sont souvent en acier et relativement lourds. la sécurité est néanmoins l’atout principal mis en avant par les marques, qui rivalisent de nouveautés sur ce thème. par exemple, la tendance du moment est un étrier aimanté : sa caractéristique magnétique lui permet d’obtenir une confiance incomparable. en effet, rester coincé dans un étrier lors d'une chute peut entraîner de dangereux accidents et l’ouverture dont dispose de ce nouveau produit évite problème à 100 %.   en fonction de la régularité de la monte (occasionnelle ou régulière), le choix de la paire d’étriers est important. pour le cavalier d’endurance, c’est un plancher large qui est à favoriser afin de soulager les jambes sur la durée.   le choix des étriers selon la morphologie du cavalier   de nombreux cavaliers connaissent des problèmes d’articulation après de longues années de monte : à chaque problème, sa solution ! il existe alors des étriers avec une inclinaison particulière réduisant la pression exercée par les étrivières sur les mollets. les étriers à cheval sont dotés de branches articulées pour soulager les tensions dans les genoux et dans les hanches pour permettre de garder les talons baissés et le dos droit. en conclusion, l’idéal avant de choisir ses étriers est de les tester tout en prenant en compte sa discipline équestre préférée et ses éventuels problèmes physiques. besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !      ...

la chaleur sur le cheval

Les effets de la chaleur sur le cheval

L’été est enfin là et la chaleur arrive à grand pas. nos amis à poils sont également touchés par les fortes températures et le combo ne fait pas toujours bon ménage. voici quelques explications et conseils à appliquer pour éviter les coups de chaud de sa monture. les effets de la chaleur sur le cheval les chevaux sont constitués de telle façon qu’ils supportent généralement mieux la chaleur que le froid. en été, les poils qui protègent la peau du soleil sont assez fins et ne mesurent pas plus de 2 cm : elle profite ainsi de la fraîcheur de l’air et les brises légères. chez les chevaux ayant la robe blanche, les rayons trop puissants peuvent provoquer des brûlures sur les régions dépourvues de poils. celles-ci provoquent des rougeurs, qui résultent ensuite le plus souvent par une desquamation (peau qui pèle). si vous avez assuré votre cheval chez equidassur, tous ces soins peuvent être pris en charge, n’hésitez pas à nous contacter. ce phénomène est dû au manque de protection de la peau, mais il n’influe pas sur la capacité du cheval à supporter la chaleur.   comme tout mammifère, le cheval maintient sa température corporelle constante, qui varie au repos entre 37,5° et 38,2°. en liberté, notre équidé préféré présente des troubles si sa température augmente trop, il transpire alors énormément afin de la baisser.   dans les climats chauds, le cheval se nourrit surtout la nuit car la chaleur augmente quand il mange, sous l’effet du processus digestif : c’est pour cela qu’il évite de se prêter à cette activité aux moments les plus chauds de la journée. en effet, l’herbe est plus fraîche et tendre le soir.   les précautions à prendre en cas de forte chaleur sur le cheval durant les saisons chaudes, il est fondamental que nos animaux à sabots disposent d’une grande quantité d’eau et qu’ils puissent y accéder librement. dans la nature, les hardes de chevaux se retrouvent dans différents points d’eau pour lutter contre la chaleur. en ce qui concerne les activités sportives, les fortes températures dérangent nos équidés préférés. ceux qui ne s’hydratent pas suffisamment subissent un coup de chaleur parfois très grave. quand elle est élevée et qu’elle coïncide avec un fort degré d’humidité, les risques sont augmentés. le mécanise de transpiration fait perdre à l’animal une quantité importante de sels minéraux, nécessaires au bon fonctionnement de son organisme. le sodium et le potassium, par exemple, sont indispensables au système cardiaque et musculaire.   protéger votre cheval de la hausse des températures les symptômes d’un coup de chaleur sont les suivants : des crampes, une augmentation de la fréquence cardiaque et respiratoire (parfois même jusqu’à l’asphyxie) et une augmentation de la température corporelle. dans les cas les plus sérieux, le cheval refuse de boire de l’eau et l’hydratation n’est possible qu’à l’aide d’un sérum physiologique. pour éviter une telle issue, il est conseillé de doucher le cheval et lui donner régulièrement à boire pendant les entraînements sous le soleil. si vous avez l’habitude de le laisser au box, faites en sorte que l’air circule bien, tout en faisant attention aux courants d’air qui peuvent rendre le cheval malade s’il n’est pas sec après la douche ! de plus, lors de vos balades, préférez les chemins ombragés et prévoyez vos pauses sous les arbres. par de fortes chaleurs, il est tout de même déconseillé de soumettre à une activité sportive les chevaux qui ne transpirent pas ou qui n’ont pas encore fait leur poil d’hiver. le confort et la santé de l’animal doivent passer avant le travail et la performance.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

tapis de cheval

Le tapis de cheval : élément indispensable au matériel d’équitation

Aujourd’hui, le bien-être du cheval est au centre des préoccupations des cavaliers. le matériel équestre se développe et différentes technologies s’adaptent aux caractéristiques de l’animal. tout l’équipement se fait en fonction de l’adaptation à l’anatomie du cheval : les cavaliers prennent conscience de l’importance de l’utilisation de bons produits. néanmoins, le tapis de cheval est parfois négligé pour privilégier les performances et l’esthétique. attention à bien placer la selle et l’amortisseur car ils peuvent à terme endommager le dos du cheval et avoir des répercussions sur la locomotion. les caractéristiques d’un bon tapis malheureusement, certains cavaliers font l’impasse sur cet équipement. le tapis de selle est souvent associé à un accessoire de mode permettant de changer les couleurs de l’équipement. cependant, cela paraît évident qu’il s’agit d’un indispensable pour la santé de votre monture. en effet, le garrot et la colonne vertébrale sont des zones qui subissent de fortes pressions dues à la selle et au poids du cavalier. c’est pourquoi, il est fortement conseillé d’opter pour un tapis de cheval adapté à son anatomie, bien dégarotté à l’avant et à l’arrière afin d’éviter des points de surpression de la selle.   concernant la matière, optez plutôt pour du coton : il permet d’éviter la transpiration et est hypoallergénique. son entretien est également très facile car une simple visite dans la machine à laver à basse température suffie (après avoir, bien évidemment, retiré les poils à l’aide d’une brosse douce). si possible, les doublures en coton nid d’abeille permettent une meilleure circulation de l’air afin de laisser la peau respirer. pour les petites séances peu intenses, le nid d’abeille synthétique fait l’affaire. cependant, cette matière à tendance à « mousser » très rapidement, ce qui va, à la longue, irriter le dos du cheval. le mouton est hypoallergénique, respirant et confortable pour le cheval. néanmoins, la selle ne doit pas prendre trop de place car comme pour nous, un gros pull sous une doudoune n’est pas un combo agréable. le lavage doit se faire à la main.   choisir un bon tapis de selle en fonction de son cheval nos équidés préférés ont des besoins différents : certains transpirent plus vite que d’autres, ont la peau plus ou moins fragile, etc. il faut alors se questionner sur plusieurs facteurs : la matière intérieure et extérieure, le passage de sangle et les passants autour du garrot. pour l’effet visuel, c’est l’extérieur qui prime mais pour le confort de l’animal, il faut se focaliser sur l’intérieur. les passants en scratch permettent de tenir la selle en place. cependant, il est préférable d’opter pour un tapis de cheval qui n’en possède pas : quand ils restent entre la selle et l’animal, un point de pression désagréable est créé et lui fait mal.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

Le Selle Français

Le Selle Français : une race particulièrement appréciée

Parmi les nombreuses races françaises chez les chevaux, l’une d’entre elles sort du lot et fait le bonheur des cavaliers. elle est connue dans le monde entier et est la commune de nombreux chevaux célèbres. en effet, le selle français est une race emblématique ! quelle est l’origine du selle français ? le selle français est originaire de juments autochtones françaises. celles-ci ont été croisées avec des pur-sang anglais et des norfolk dans les années 1800. À la suite de ce mélange, des animaux forts et courageux sont nés : ils sont alors utiles à cette époque pour faire la guerre. les trotteurs étaient également très intéressants pour leur endurance. l'anglo-normand est le cheval de base le plus reconnu pour le selle français. cependant, de nombreuses races françaises locales ont été élevées comme chevaux de selle tels que le vendéen, le charolais, le limousin et le corlay. le berceau de la race se situe en france dans la région de la basse-normandie. c’est au 19ème siècle que tous ces croisements mènent à la création de deux races : le trotteur français et l’anglo-normand. mais au 20ème siècle, celles-ci tendent vers des activités de loisirs et de compétitions. l’anglo-normand est alors une nouvelle fois mélangé à des pur-sang arabes, anglais, et anglo-arabes afin d’obtenir les caractéristiques d’un cheval de selle robuste, docile et beau.   les aptitudes et utilisations du selle français sa sélection est extrêmement tournée vers le saut d'obstacles depuis quelques années : le selle français est devenu un cheval de haute compétition faisant aujourd’hui parti des équipes internationales de saut d'obstacles et de concours complets d'équitation. cette race est particulièrement répandue dans les écuries grâce à son confort, sa facilité d’apprentissage et son caractère. de plus, son bon passage de dos, son excellent équilibre et son bon geste des antérieurs font de lui une super monture de saut d’obstacles. le selle français est très habile et regorge d’énergie. grâce à sa force très imposante, cette race est aussi présente en concours complet, dressage, trec et voltige, qui lui permettent d’être présente sur les podiums mondiaux de toutes les compétitions hippiques.   au-delà de son excellence à l’obstacle et de sa polyvalence, son caractère et sa gentillesse font du selle français un cheval parfait pour l’apprentissage des cavaliers débutants. mentalement, il aime être proche des hommes et se donne à fond pour satisfaire son cavalier. c’est un équidé intelligent, courageux et très dynamique. ainsi, il est parfaitement adapté aux compétitions quand il faut rester calme et concentré en cas de stress.   les particularités physiques du selle français la plupart du temps, cette race est facilement reconnaissable : ses allures sont régulières et amples. elle toise en général entre 1m60 au garrot et 1m75, même si certaines exceptions peuvent exister. en ce qui concerne son poids, il varie entre 400 kg et 500 kg. les membres de cet équidé sont solides et son encolure est assez longue. concernant les robes, elles peuvent être caractéristique de certaines races, comme l’appaloosa, mais pour le selle français, c’est le bai, l’alezan, le bai-brun, le gris et le noir qui sont les plus répandues. sa tête est très expressive et ses crins ne sont pas beaucoup fournis. on remarque tout de même chez le selle français de nombreuses marques (en tête et balzanes notamment). il est étonnamment possible de trouver un « défaut » à cette race : son ossature est un peu moins solide que chez d’autres chevaux demi-sang de sport. quelques chiffres à propos du selle français dans l’élevage de la race, 80 % de la reproduction est assistée à travers l’insémination artificielle (technique autorisée en france depuis décembre 1986, qui consiste à prendre la semence d'un étalon et à la conditionner afin de la déposer dans l’utérus d’une jument en chaleur). en france, on répertorie 8 000 éleveurs de selle français, 7 000 nouveau-nés sont à vendre et 12 000 juments sont saillies chaque année.   quelques selles français connus : baloubet du rouet, champion olympique en 2004, plusieurs fois champion du monde avec son cavalier brésilien rodrigo pessoa galoubet a et gilles bertrán de balanda jalisco b et michel robert le tot de semilly et eric levallois quito de baussy, champion du monde, champion d'europe, sur le podium des jeux olympiques en 1992 avec eric navet quidam de revel, médaille de bronze par équipe au jeux olympiques en 1992, champion international avec son cavalier hervé godignon (entraîneur de l’équipe colombienne). jappeloup de luze, champion du monde en 1988 avec son cavalier pierre durand   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

assurance cheval

L’assurance cheval : un indispensable pour le propriétaire

Par définition, une assurance cheval est un contrat avec un assureur que vous payez tous les mois afin que cette cotisation lui permettre de vous reverser une certaine somme d’argent en cas de sinistre. assurer son cheval est une étape importante quand on devient propriétaire. ainsi, le couvrir est recommandé car c’est un équidé fragile malgré son importante corpulence. le cavalier est responsable des dommages matériels et corporels que peut causer l’animal. si vous n’êtes pas protégés par une assurance cheval telle que equidassur, cela peut vous coûter très cher. quelles sont les conditions pour assurer mon cheval ? la garantie de base est l’assurance mortalité, qui peut se compléter par une assurance vétérinaire : cela permet de mettre en place une mutuelle cheval. cette assurance est valable pour tous les équidés, que ce soit un poulain, une jument ou un étalon. l’assurance pour nos montures est une des assurances équestres à souscrire, tout comme la responsabilité civile propriétaire.   quelles options s’offrent au propriétaire ? tout d’abord, les garanties de base sont la mortalité et le vol de l’animal. À cela peuvent s’ajouter les frais vétérinaires : suite à accident, une maladie, une opération, etc. la protection juridique et la responsabilité civile cheval sont également des options à prendre en compte lors de l’achat car elles entrent dans vos dépenses quotidiennes.   la responsabilité civile est le minimum à posséder quand vous devenez propriétaire. il s’agit d’une obligation légale imposant à toute personne de réparer les dommages causés par son animal. un accident est vite arrivé et tout événement imprévisible provoquant des séquelles (corporelles, matérielles ou immatérielles) est soumis à la responsabilité du propriétaire.   pour ce qui est de souscrire une couverture plus complète, il est primordial de faire le point sur les besoins de l’animal et de prendre en compte de nombreux facteurs : demandez-vous si votre matériel d’équitation a une grande valeur par exemple. de plus, si votre cheval est souvent transporté et qu’il travaille intensément pour préparer des compétitions, il est alors judicieux de souscrire une assurance assez complète, qui inclut les frais vétérinaires. une fois que les besoins sont bien définis, vous pouvez effectuer un devis après avoir consulté les formules proposées par Équidassur.   dans quels cas une assurance cheval vous est utile ? malgré ses nombreuses qualités, l’équitation est un sport dangereux. un animal reste imprévisible et les accidents à cheval sont vite arrivés. même si tous les propriétaires de nos équidés préférés ne s’en servent pas forcément pour la monte, cet animal reste fragile. avec une assurance, l’indemnisation prend la forme d’un capital qui vous est versé en cas d’invalidité ou de décès. tout propriétaire qui se respecte connaît la valeur exorbitante des frais vétérinaires. en effet, soigner un bête de 700 kg n’est pas une mince affaire. cette prise en charge est l’option la plus demandée par les possesseurs de chevaux. par exemple, si votre animal se blesse (fourbure, colique, tendinite), votre assureur peut prendre les soins à sa charge.   qu’est ce qui n’est pas assuré avec une assurance cheval ? lors de la signature du contrat, l’assurance permet de couvrir de nombreux imprévus afin de vous éviter de sortir une grande somme d’argent du jour au lendemain. en revanche, certains cas ne sont pas toujours couverts : les risques de la vie privée les dommages aux bâtiments et écuries les pertes d’exploitation les activités non déclarées au contrat les risques automobiles, tracteurs et matériels agricoles   quelles sont précisément les avantages d’Équidassur ?   de nombreuses garanties optionnelles peuvent être souscrites : atteintes à l’environnement gardien d’animaux défense de l’assuré dont la responsabilité est garantie défense pénale et recours protection juridique : aide - recours – conseil responsabilité du dépositaire de matériel, de productions responsabilité du fait des retenues d’eau ; promotion et commercialisation ;   les garanties complémentaires sont : la mortalité mortalité générale des chevaux et poneys invalidité totale permanente des chevaux vol des chevaux (si la mortalité générale est acquise) castration des chevaux mortalité du cheval confié ou en pension pour un séjour temporaire poulain à naître ; mortalité des poulains. frais vétérinaires en cas d’accident et maladie frais d’équarrissage   l’assurance de personnes accidents corporels des cavaliers et des grooms invalidité des cavaliers et des grooms accidents corporels des collaborateurs bénévoles   les dommages aux biens dommages accidentels aux attelages et sulkys vol du matériel de sellerie dommages aux semences équines et à leurs conteneurs besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

La punition dans l’équitation

La punition dans l’équitation

La punition dans l’équitation est un phénomène marginal car la plupart des cavaliers souhaitent monter et s’amuser avec leur monture tout en obtenant un respect mutuel. néanmoins, même à haut niveau, certains cavaliers pensent beaucoup trop aux performances avant le bien-être de l’animal. il arrive alors que les punitions soient trop grandes pour l’animal et que la peur s’installe dans la relation cavalier/cheval.     d’où vient l’origine de la punition dans l’équitation ? de nombreuses personnes ont déjà entendu dire qu’un cheval obéit s’il est dominé. en effet, il est courant d’entendre dans les centres équestres que la monture du nouveau cavalier va essayer de le « tester ». malheureusement, de nombreuses rumeurs font croire que le cheval n’obéit que si nous ne nous laissons pas marcher sur les pieds. ainsi, à cause de cette vision erronée du dressage équin, la punition est justifiée. en revanche, on oublie souvent que le cheval est un animal de troupeau, c’est-à-dire qu’il suit naturellement une hiérarchie et un leader. une fois cette hiérarchie définie, l’animal est totalement docile. À l’état sauvage, l’étalon ne dirige pas son groupe en utilisant la domination. une relation de confiance et de respect donne envie au cheval de bien faire pour rendre son cavalier fier. les aides naturelles nous permettent de nous faire comprendre auprès de notre équidé préféré sans passer par les cravaches et éperons. pour que le cheval associe la punition à la faute commise, il faut agir directement. en effet, l’animal comprend qu’une bêtise est faite seulement 2 secondes avant la punition, au-delà de ce délai, il n’arrive pas à faire le lien.   l’ajout d’un stimuli désagrégeable quand l’animal ne répond pas à vos demandes est une punition qu’il comprend rapidement. par exemple, si votre cheval mord, vous lui tapotez le nez de manière à ce qu’il n’apprécie pas le geste, afin qu’il n’ait pas envie de le refaire. il est également possible de lui faire comprendre que son comportement n’est pas approprié en lui retirant ce qu’il trouve d’agréable. par exemple, s’il prend l’habitude de taper du pied dès que sa nourriture arrive, faites demi-tour avec son fourrage, dès qu’il le fait.   apprendre au cheval grâce aux aides naturelles l’équitation classique est basée presque entièrement sur le renforcement à l’aide des punitions. c’est-à-dire que nous apprenons au cheval à nous obéir, à travers des stimuli qu’il n’apprécie pas : pour avancer nous serrons les jambes (parfois avec des éperons pour les plus lents), nous tirons sur la bouche pour s’arrêter, etc. cette technique de renforcement négative est certes efficace depuis des décennies, mais il est possible d’obtenir un bon apprentissage avec des méthodes plus douces. ainsi, les aides naturelles sont suffisantes : l'assiette, les jambes, le talon, les mains, la caresse et la voix peuvent très bien diriger le cheval. que penser de la punition dans l'équitation ? comme chez l’homme, l’apprentissage ne peut pas être effectué sans punitions (il faut savoir ce qui est bien et ce qui est mauvais). certaines techniques plus douces peuvent être adoptées. il est primordial de savoir gérer le timing entre la demande et la punition. cela peut se jouer à 2 secondes : si le cheval ne fait pas l’association entre son action et la punition, il ne peut pas associer le geste correctement. l’éthologie peut être une approche permettant de mieux aborder ce système de punition dans l'équitation. en effet, avoir des connaissances sur les réactions du cheval, ses motivations et ses incompréhensions permet d’adapter nos comportements face à leurs « bêtises » et leur apprendre des nouvelles choses beaucoup plus facilement ! attention cependant à ne pas basculer dans l’excès : la punition reste une petite violence qui, à force d’acharnement, peut nuire à la confiance fragile que l’animal place en nous. afin de garder une relation saine et agréable avec sa monture, essayez de vous renseigner sur sa nature. nombreux sont les cavaliers qui font des erreurs involontaires et inconscientes, puis, braquent l’apprentissage de leur cheval : apprenez à l’écouter ! comment faire passer la punition positivement ? nos équidés préférés sont des animaux intelligents et imprévisibles. ils apprennent extrêmement bien à partir du moment où le stimuli est bien dosé et est retiré au bon moment (quand le cheval répond positivement et qu’il effectue le comportement désiré). par exemple, si vous continuez à serrer les doigts sur les rênes et que vous provoquez un sentiment désagréable dans la bouche de votre cheval tandis qu’il avait répondu à votre action, il ne va pas comprendre que c’est effectivement ce que vous attendez. tout est une question de timing !   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !      ...

l'entorse du cheval

L’entorse du cheval

qu’est-ce que l’entorse du cheval ? la plupart du temps, l'entorse du cheval est causée par un choc brutal. en effet, ilpeut trébucher, heurter une barre pendant un entraînement ou donner un coup de pied dans la porte du box. une fatigue excessive associée au surmenage peut également provoquer cette maladie. dans ce cas, un ou plusieurs ligaments sont endommagés et provoquent une douleur intense à l’animal. les muscles, les tendons et les articulations à proximité peuvent également être touchés. ce n'est pas un problème facile : si l'entorse n'est pas traitée rapidement, cela affecte la vie sportive de votre monture. c'est pourquoi, vous devez aller rapidement chez le vétérinaire en cas de doute. de plus, les entorses peuvent toucher tous les types de chevaux : allant du poulain au cheval de sport. que l’animal vive dans un box ou sur l'herbe, il peut être sujet à cette blessure. une entorse affecte généralement le pied et les jarrets de l'animal, mais peut parfois s’étendre à la phalange du pied.   Évaluer la gravité de l’entorse du cheval au cours de l'effort, certains exercices peuvent dépasser les limites physiologiques de l'articulation (flexion, hyper extension ou rotation excessives) : les ligaments peuvent être surchargés. si seules quelques fibres ligamentaires sont déchirées ou étirées, l'entorse est alors dite "légère", si une partie du ligament est déchirée, elle est classée "modérée", si c’est une des insertions, l'entorse est considérée comme "sévère". quand le ligament est touché et enlève une partie de l'os, il peut également s'accompagner d'une fracture. toutes les articulations des chevaux possédant des ligaments peuvent être malheureusement affectées. cependant, il s’agit principalement des articulations entre le pied et la phalange du pied qui sont touchées.   le traitement à suivre la boiterie est généralement présente, mais la gravité de l’entorse du cheval n'est pas toujours liée à celle-ci. un contrôle peut être effectué, au cours duquel le cheval se déplace à différentes allures et fléchit les articulations suspectées d'être touchées. il n'est pas recommandé d'effectuer une anesthésie mais le diagnostic sur les articulations touchées pour éviter une détérioration de la maladie est primordial. si une entorse est suspectée, des examens d'imagerie supplémentaires sont à faire : principalement une échographie de la zone et une radiographie en cas de suspicion de fracture. le traitement primaire pour une entorse comprend une période de repos dans le box, durant parfois plusieurs mois, pour déplacer l'articulation. l’onde de choc est également un très bon traitement pour les ligaments. en effet, elles ont un effet analgésique et diminuent les tensions musculaires. c’est une alternative efficace dans de nombreuses maladies telles que les lésions présentes au niveau des insertions tendineuses et ligamentaires, ou encore l’arthrose. pendant la phase aiguë et inflammatoire, les traitements les plus utilisés sont les compresses froides sur les zones, l'hydrothérapie et l’argile. si l’entorse du cheval est grave, un plâtre peut être placé pour immobiliser la jambe jusqu’à 6 semaines. en effet, si le cheval continue son activité physique, il risque d’aggraver sa blessure. il vous faut alors chouchouter votre équidé préféré jusqu’à son rétablissement !   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

le mash

Le mash : aliment tendance pour le cheval

Le mash est un aliment plutôt à la mode pour le goûter de son équidé préféré. en effet, on lui trouve énormément de bienfaits. tout d’abord, il aide à la digestion, hydrate et rafraîchit nos chevaux. qu’est-ce que le mash ? un mash est un aliment humide (composé à 50 % d’eau), très riche et digestible. il s’obtient suite à la cuisson de plusieurs aliments (céréales, son de blé, mélasse, carbonate de calcium, graines de lin, etc.). vous pouvez donc très bien le fabriquer vous-même, malgré le fait qu’il en existe des tout prêts dans certains magasins.   les vertus du mash le cheval est un animal puissant, impressionnant et plein de muscles. pour réaliser les efforts que nous lui demandons, il a besoin d’énergie, qu’il trouve dans son alimentation. certains chevaux de sport sollicitent énormément leur musculature et ont besoin de beaucoup de compléments. un effort soutenu et prolongé demande alors une nourriture plus riche en glucides afin de stocker l’énergie égale à celle qu’ils dépensent (sous forme de glycogène). cette alimentation est riche en reconstitue les réserves pour alimenter la structure musculaire après un effort sportif intense. les flocons de céréales permettent d’absorber l’eau et apportent alors des propriétés réhydratantes au mash : en lendemain de compétition ou d’entraînement intensif, le cheval transpire beaucoup. en fonction des matières premières présentes dans la ration, les vertus sont plus ou moins importantes. en effet, s’il y a beaucoup de graines de lin, le gros intestin est sollicité pour faire un appel d’eau et humidifie les crottins : le transit est favorisé. l’effet laxatif peut également être retrouvé dans le son de blé. néanmoins, attention à ne pas en abuser car distribués en excès, des troubles digestifs peuvent être occasionnés.     quand utiliser cet aliment ? ce mélange de céréales peut remplacer un repas de concentrés lors du retour de compétition, d’un jour de repos ou d’une journée aux températures extrêmes. par exemple, en période de grand froid, le cheval s’hydrate beaucoup moins qu’en temps normal : le mash permet alors de stabiliser ce manque d’eau. ainsi, le mash est un aliment très intéressant par sa digestibilité et le niveau élevé d’hydratation qu’il apporte. cependant, il faut bien connaître ses équidés préférés afin de ne pas leur donner une quantité trop importante et à fréquence trop élevée : cela doit rester un complément au fourrage quotidien. le mash fait-maison ou prêt à l’emploi ? l’avantage le plus intéressant quand le mash est fait par le cavalier est qu’il contient exactement les aliments et les portions dont le cheval a besoin. ainsi, en fonction de la cuisson, les céréales deviennent plus ou moins digestibles. en revanche, l’acheter directement en magasin est plus pratique et ne nécessite pas de matériel particulier à côté. le mash est donc un aliment potentiellement intéressant par sa digestibilité et sa teneur élevée en eau, à condition d’être utilisé à bon escient. en effet, il est encore trop souvent distribué dans des quantités importantes ou avec une fréquence trop élevée. les bonnes pratiques de distribution sont donc essentielles à son efficacité.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !    ...

Devenir propriétaire d’un cheval

Devenir propriétaire d’un cheval : les étapes à prévoir

Devenir propriétaire d’un cheval demande beaucoup d’entretien. il est primordial de s’assurer d’avoir assez de temps à lui offrir avant de l’acquérir. ce n’est pas une décision à prendre à la légère suite à un caprice passager.     obtenir un cheval, c’est du temps et de l’argent ! la dernière peut plus facilement se mesurer. en calculant tous les prix que vous aurez à débourser, il est possible de se faire une idée du budget pour entretenir son animal. sans compter sur le fait que des extras peuvent s’ajouter tels que l’équipement, les stages ou même certaines blessures et maladies qui peuvent malheureusement survenir sans prévenir. le futur propriétaire doit donc être certain de pouvoir subvenir aux besoins de sa future monture, sans se retrouver en faillite à chaque fin de mois. avoir son cheval revient à adopter une nouvelle personne au sein de la famille et cela doit être un plaisir et non un fardeau !   première étape pour devenir propriétaire d'un cheval : l'achat pour devenir propriétaire, la première dépense à faire est l’achat de l’animal. la fourchette de prix varie énormément : elle oscille entre 200 euros pour un cheval récupéré avant l’abattoir à 4 millions d’euros pour les chevaux de course les plus réputés. selon son usage, votre équidé préféré allègera votre portefeuille. un cheval de sauts d’obstacle est un animal de sport et il est, par conséquent, plus cher qu’un cheval de loisir. au-delà de son utilisation au travail, d’autres critères entrent en compte dans la détermination du prix de l’animal : son âge, ses aptitudes, sa race, s’il possède ou non des papiers, même la couleur de sa robe et son sexe peuvent avoir un impact sur le coût final !   la pension du cheval pour une pension complète, comptez entre 400 à 500 euros par mois en fonction de la région dans laquelle vous habitez. celle-ci comprend l’eau, la nourriture, l’entretien de son lieu de vie, etc. renseignez-vous sur le prix des pensions, des vétérinaires, maréchaux, ostéopathes et dentistes qui peuvent régulièrement venir visiter les écuries. des demi-pensions peuvent également être envisageables : deux cavaliers se partagent le cheval et s’organisent pour le monter chacun leur tour. cet arrangement peut-être une excellente alternative. non seulement car elle permet d’alléger les dépenses en les partageant, mais également car elle permet au propriétaire n’ayant pas le temps de s’occuper de son cheval tous les jours, de ne pas le laisser inactif. attention cependant à bien choisir son demi-pensionnaire en fonction du niveau de votre équidé préféré. en effet, si l’équitation de l’autre cavalier est excellente, il peut faire progresser votre monture et cela n’est que bénéfique !   le matériel pour devenir propriétaire d’un cheval cette dépense se fait en général une seule fois, mais les sommes peuvent monter très rapidement. en effet, on retrouve le matériel de repos (kit de pansage, licol, couvre-rein, couverture, entretien des cuirs), le matériel pour pratiquer la monte (selle, filet, tapis, guêtres), le matériel de transport (protections, bandes de repos, protège-queue) et la trousse des premiers soins (thermomètre, bétadine, cicatrisant, compresses). le total de tous ces achats peut aller de 400 à plusieurs milliers d’euros en fonction de la marque et de la qualité désirée. car oui, en équitation, comme dans de nombreux sports, la mode peut énormément jouer sur le budget !   l’assurance du cheval le cheval est un animal impressionnant par sa taille, sa musculature et sa fougue, mais il est néanmoins très fragile. en effet, trop de poussière dans sa nourriture, une brindille toxique au pré, une mauvaise digestion ou même simplement un taux d’humidité trop élevé peut le rendre malade. malheureusement, nos amis équidés ne peuvent pas vomir quand un aliment n’est pas adapté à leur alimentation, une colique est alors vite arrivée, ainsi que la mort suivie. pour éviter d’avoir à subir le deuil de votre monture (ou de son compte en banque), prenez-soin de vous assurer dès l’achat de l’animal !   tout d’abord, cela vous permet de dormir sur vos deux oreilles, mais également car la plupart des frais vétérinaires vous sont remboursés. soigner une bête de plus de 700 kilogrammes n’est pas une mince affaire : les frais grimpent rapidement. qu’il s’agisse d’une visite de contrôle, du dentiste, du maréchal-ferrant ou pire, d’une grosse opération d’urgence, en étant assuré, vous éviterez de finir en litige avec votre banque. equidassur vous accompagne au mieux à travers une police d’assurance très large : responsabilité civile, bâtiment, organisation des concours, véhicules, etc. vous pouvez même assurer le sable de votre carrière si besoin !   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !   ...

le hunter

Le hunter

qu’est-ce que le hunter ? le hunter est un mélange de dressage et de sauts d’obstacles. c’est-à-dire qu’il faut être très appliqué et très bien toiletté comme on pourrait le faire en dressage. en revanche, on se retrouve sur un tour similaire au cso. cette discipline associe le fun et l’adrénaline du saut avec la rigueur du dressage : c’est une qualité qui manque à beaucoup de cavaliers de cso. le hunter est souvent décrit comme une reprise de dressage comprenant des obstacles à franchir, ou inversement, comme un parcours d’obstacles avec des exercices de dressage entre les sauts. quelle est l’origine du hunter ? le hunter est issu de la chasse à courre. c’est pour cela qu’on peut retrouver beaucoup d’obstacles naturels. c’est particulièrement développé aux États-unis où il constitue les bases de l’apprentissage de l’obstacle. aux usa, il faut faire deux saisons de hunter avant de pouvoir faire du cso ! cette discipline prend sa source dans l’équitation d’extérieur telle que le parcours de chasse. elle est, comme un parcours d’obstacles avec des exercices de dressage entre chaque saut. le hunter s’adresse à des cavaliers aimant la perfection et le travail bien effectué. ainsi, la communication précise avec son animal est primordiale dans cette discipline. un bon cheval de hunter doit être droit, avec une bonne rectitude afin de ne pas être déséquilibré par les sauts pour effectuer par la suite les bonnes figures de dressage. sa réceptivité aux aides du cavalier doit être irréprochable et exemplaire.   quels sont les avantages de cette discipline elle permet vraiment d’améliorer son équitation. on va avoir principalement trois catégories : le hunter style, où le modèle principal est jugé, le style du cheval et sa locomotion. le hunter équitation : cela concerne plus le cavalier, on recherche sa meilleure posture, on attend qu’il soit maître de son cheval. le hunter mixte est un mélange des deux : le cavalier et le cheval sont tous les deux jugés. À la base, il s'agit d'un tour de cso classique auquel on ajoute des petites difficultés entre les obstacles. on peut notamment retrouver des changements de pieds entre les obstacles qui seront imposés. une note sera mise après. des transitions peuvent également être demandées. un obstacle à sauter au trot, faire des sauts de puce, venir sauter un obstacle à faux. Évidemment, comme un parcours de cso, il faut respecter le nombre de foulées entre les obstacles. pour cette discipline, vous n’êtes pas notés sur le nombre de refus, le nombre de barres tombées ni sur la vitesse. les notes sont ajoutées au fur et à mesure de la réalisation des contrats (foulées, transitions, etc.). ce qui donne une note finale pour déterminer le classement. il est donc impératif de respecter tout le trajet comme une reprise de dressage. la beauté du parcours est le plus intéressant pour le jury.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !    ...

Le sommeil du cheval

Le sommeil du cheval

Leur sommeil se réparti en 3 phases et se divise en petites périodes tout le long de la journée. pendant la nuit, ils restent éveillés environ 5 heures et dorment durant les 4 heures restantes, en sommeil lent ou paradoxal. au cours de la journée entière, ils ne dorment guère plus de 2 petites heures. le repos est fondamental pour les chevaux car il joue un grand rôle dans leur stratégie de survie, notamment au cours de l’hiver. leur organisme consomme énormément d’énergie pour maintenir une température corporelle constante, prolongeant par conséquent les moments d’inactivité : ils économisent ainsi de l’énergie tout l’hiver. les chevaux se reposent donc de différentes manières : certaines propres à leur espèce et d’autres similaire à celles utilisées par d’autres animaux. les phases principales de sommeil chez le cheval trois phases existent : la phase d’endormissement et de somnolence, la phase de sommeil lent et phase de sommeil paradoxal ou profond. le phase de sommeil profond est plus facilement observable chez les chevaux vivant en liberté. en effet dès lors qu’ils se sentent en confiance, grâce à des bruits familiers par exemple, ils relâchent tous leurs muscles. chaque phase de sommeil est déterminée par l’environnement du cheval, notamment le climat, l’état du terrain ou encore la richesse du pâturage. si les périodes de repos et de sommeil d’un cheval se font trop rare, cela signifie sans doute qu’il n’est pas à l’aise dans son environnement et qu’il manque de calme. ce besoin de repos a évidemment une influence sur son rendement sportif. la mélatonine est l’hormone du sommeil, elle est produite par la glande pinéale qu’on trouve en grande quantité dans le plasma sanguin, en particulier la nuit.   qu’est ce qui influe la qualité du sommeil du cheval ? en effet, la concentration de mélatonine dans le sang dépend du temps d’exposition à la lumière naturelle, en outre, cette hormone est également responsable des variations saisonnières de la reproduction des chevaux. la quantité d’heure de lumière stimule la production de sérotonine qui sert de neurotransmetteur à la mélatonine.   la fréquence des phases de repos et de sommeil du cheval au cours d’une journée dépend donc grandement de son exposition à la lumière. quoi qu’il en soit les phases ne représentent pas plus de 20 % en moyenne de l’emploi du temps journalier du cheval. un cheval soumis dans le cadre d’une discipline sportive aura besoin de périodes de repos plus longues. lorsqu’un cheval est attaché dans une écurie avec une corde trop courte, on l’empêche également de se reposer (même en somnolant). il en est de même lors des longs voyages au cours desquels ils sont attachés à un camion. dans ces cas-là, il est conseillé de faire des pauses régulières et assez longues pour permettre aux chevaux de se détendre. même l’alimentation peut influer sur les tailles et la durée du sommeil du cheval. par exemple, si l’avoine est remplacée par du foin, il aura tendance à dormir davantage. de plus, les chevaux au pré qui ne disposent pas de supplément sous forme de céréale, dorment généralement plus que leurs cousins qui vivent au box et reçoivent une ration normale. enfin, l’âge du cheval conditionne aussi la durée et la fréquence de son sommeil : les chevaux plus âgés demandent plus de repos. cependant, il s’agit surtout dans ce cas-là, d’un sommeil léger ou lent.   les particularités liées à son instinct sauvage Étant un animal de proie, le cheval dort le plus clair de son temps debout. grâce à sa morphologie, il bloque une articulation et se retrouve alors sur trois appuis constants. c’est très pratique pour les équidés car cela leur permet de pouvoir facilement s’enfuir si un prédateur d’approche du troupeau. il relâche donc ses muscles et repose son corps. le cheval va se coucher en moyenne 45 min par jour s’il se sent très en sécurité. quand il se couche, il passe alors en sommeil paradoxal et repose son esprit, ce qui favorise les phases d’apprentissage, la concentration et les performances physique. et oui, le cheval rêve pendant le sommeil profond. on peut alors observer à ce moment-là, un relâchement total de notre monture. dans la nature, nos équidés préférés ont besoin d’être en groupe pour dormir. en effet, plusieurs tours de garde sont organisés dans les troupeaux tout le long de la nuit. c’est pourquoi, jamais plus de la moitié des chevaux se couche en même temps. en revanche, les chevaux dominants peuvent s’allonger plus longtemps que les autres, ce qui n’est pas très équitable. aujourd’hui, malgré la domestication de nos montures adorées, ces comportements restent présents au pré comme au box. ainsi, même au box, veuillez à ne pas trop isoler votre cheval pour qu’il puisse voir ses congénères et se sentir en sécurité pour bien dormir.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

garde républicaine

Zoom sur le métier de garde républicain.

La garde républicaine est une subdivision de la gendarmerie nationale. celle-ci se divise en plusieurs régiments :  la cavalerie, l’infanterie et les formations musicales (dont fait partie l’orchestre de la garde républicaine et le chœur de l’armée française). cette cavalerie fondée en 1254, sous le roi louis ix, est un emblème national connu dans le monde entier. quel est le rôle du garde républicain ? les cavaliers de la garde républicaine ont deux missions principales. dans un premier temps, ils doivent assurer les missions tournant autour des chefs d’État et des personnalités relativement importantes, avec surtout, des missions de représentation de l’État. dans un second temps, ils sont là pour assurer le maintien de l’ordre à travers plusieurs missions publiques. on les retrouve par exemple dans un match de football afin de gérer la foule : ils assurent la sécurité en général. ou encore, ils sont sur le bassin d’arcachon pour limiter les vols ou sur la côte d’azur quand il y a beaucoup de touristes à surveiller. il est donc important avant tout d’être gendarme : c’est la base du métier.   devenir membre de la garde républicaine il faut tout d’abord passer par une école de gendarmerie avant de se spécialiser dans la cavalerie. une fois cette demande effectuée, il peut y avoir plus ou moins d’attente en fonction des places qui se libèrent. au niveau de la taille, contrairement aux idées reçues, il n’est désormais plus obligatoire de faire 1m70. une fois la place obtenue, un cheval est attribué au gendarme, en général plutôt âgé, avec assez d’expérience pour permettre au garde d’apprendre le métier. une fois le cheval attribué, le cavalier s’occupe du box et de tous les soins nécessaires au bien-être de l’animal. Évidemment, il s’agit d’un univers militaire, ainsi tous les bâtiments se doivent d’être beaux et propres, pas un seul brin de paille ne doit apparaître dans l’écurie. pour exercer ce métier, l’univers militaire doit être apprécié et se soumettre aux ordres facilement n’est pas un problème. les chevaux de la garde républicaine concernant nos équidés préférés, la garde républicaine en possède un petit peu moins de 500. deux pôles existent à paris dans lesquels sont divisés les différents escadrons. en général, le garde monte deux à trois chevaux par jour en fonction de ses missions.   les critères d’un cheval de la garde républicaine un cheval y rentre à l’âge de 4 ans en général. ils sont choisis pour leur calme, leur docilité et leur mental d’acier. le critère physique joue également un rôle important, en effet, sa taille doit être suffisamment grande pour que le garde regarde la foule de haut. pour la majorité des animaux, ce sont les selle-français, car ils font partie du patrimoine. au niveau de la robe, les chevaux bais, alezans et gris sont favorisés. tout simplement parce que chaque robe répond à un critère particulier dans la garde : alezan fait partie du premier escadron, bai du deuxième et bai brin du 3eme. il s’agit tout simplement de différents corps dans l’armée. la fanfare privilégie les chevaux gris, qui sont beaucoup plus porteurs en général puisqu’ils doivent garder un équipement plutôt lourd. ces chevaux vont être travaillés régulièrement pour passer diverses embûches qu’ils vont retrouver lors des missions. ils doivent donc être habitués à monter des escaliers et sauter des obstacles en feu pour les désensibiliser au maximum. la monte en bride les chevaux de la garde sont montés en bride : cela fait partie du folklore de la tenue officielle de représentation. ils ont besoin d’une action rapide et efficace au cas où un cheval dégénère en pleine intervention. de plus, le garde républicain travaille en général avec une seule main donc nécessite une certaine rapidité. cependant, en écurie, ils sont travaillés en mors normal, adapté à chaque cheval. sous cette bride sans muserolle, un licol est toujours présent pour attacher le cheval à n’importe quelle situation. les cavaliers de la garde savent gérer leurs actions car ce sont d’excellents cavaliers.   la retraite des chevaux de la garde républicaine concernant la retraite de ces chevaux, avant, ils étaient envoyés à la boucherie ou aux laboratoires pour des tests sur les animaux. mais aujourd’hui, trois possibilités s’offrent à eux : soit ils sont récupérés par le cavalier qui les a travaillé et éduqué, soit ils sont repris par un particulier, soit par une association qui s’occupe de leur trouver une famille et les mettre au pré. une belle fin de vie leur est assurée dans tous les cas ! si vous avez d’autres questions et souhaitez visiter la garde républicaine à paris, plusieurs portes ouvertes sont régulièrement organisées.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !      ...

ostéopathie équine

Médecine douce : l’ostéopathie équine

qu’est-ce que l’ostéopathie ? l’ostéopathie équine est une médecine manuelle, c’est-à-dire que le médecin va surtout toucher votre cheval a différents endroits. de cette façon, il va réussir à réharmoniser et rééquilibrer le fonctionnement global du corps de l’animal. nos chevaux sont des athlètes, et comme tout sportif, ils doivent être suivis régulièrement. l’ostéopathie animalière est considérée comme une médecine douce intervenant quand l’animal a une souffrance. il va regarder les structures musculaires et osseuses et décèle les problèmes associés aux chevaux de sports quelle que soit leur utilisation. quand on les travaille, on leur demande toute sorte d’exercices qui ne sont pas naturels : se plier à droite, à gauche, lever la tête, sauter, etc. ils peuvent également se blesser en s’amusant avec leurs congénères dans le pré. il y a donc énormément de facteurs qui peuvent déclencher une tension qui va devenir une gêne et éventuellement une douleur. dans tous les cas, le cheval ne sera pas bien dans son corps. c’est pour ça que l’ostéopathe est important pour permettre à l’animal d’être plus performant mais surtout pour se sentir mieux et ne plus avoir de douleurs. c’est comme nous, dès qu’on a une petite gêne quelque part, tout notre corps se dérègle au fur et à mesure, il est donc important de traiter ce petit problème avant qu’il ne devienne trop grand.   les formations pour devenir ostéopathe équin il y a 3 principales façons de devenir ostéopathe équin. la première est la plus officielle : passer par une école de vétérinaire. avant l’année 2011, il était obligatoire d’être vétérinaire pour pouvoir devenir ostéopathe. ce métier fait débat car certains disent que ce ne sont pas des médecines rapprochées car le vétérinaire va traiter avec des médicaments et les ostéopathes ont une approche plus naturelle. vous pouvez également choisir de partir faire une formation dans diverses écoles. il en existe plusieurs et les prix varient énormément. en sachant que si vous passez par une école vétérinaire, la formation est beaucoup plus longue avant de se spécialiser. uniquement 4 écoles sont officiellement reconnues par les membres du sfoae (syndicat des formations en ostéopathie animale exclusive) : l’ifa à tarascon, l’eoa à rennes, le niao dans le 76 et l’esoaa dans le 74. dans toutes ces formations, vous retrouvez des cours théoriques : il faut maîtriser tout le corps de l’animal (les muscles, l’ossature, les viscères). un ostéopathe équin doit s’arrêter à une limite bien précise s’il n’a pas fait d’études vétérinaires. il ne peut pas soigner. par exemple, si votre cheval a une fracture, il n’a pas de connaissances nécessaires pour s’occuper de ce problème. l’ostéopathe soulage et permet au cheval de se sentir mieux, mais il ne traite pas les maladies et les blessures.   ostéopathie équine : déroulement d'une séance l’ostéopathe peut agir sur tout le corps de l’animal. durant une séance, les chevaux sont manipulés : on leur étire les antérieurs pour venir décoincer les éventuelles tensions. en fonction du pratiquant, la séance est plus ou moins impressionnante. concernant le prix, une intervention coûte en moyenne entre 50 et 100 euros selon la réputation du praticien et de la région.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

La rectitude du cheval

La rectitude du cheval

qu’est-ce que la rectitude du cheval ? la rectitude est un mot que vous entendez très régulièrement depuis votre début de carrière de cavalier. cette notion de rectitude vient avec celle d’incurvation : c’est le fait de demander au cheval d’être droit en ayant ses épaules dans l’alignement de ses hanches. plus généralement, c’est tracer un trait droit qui part des oreilles du cheval en passant par son garrot jusqu’à sa croupe. sur les cercles, son incurvation doit également être symétrique. comme nous, certains chevaux sont plutôt droitiers ou gauchers : il est donc important, grâce à l’entraînement, de devenir ambidextre dans la pratique équestre afin d’obtenir la bonne symétrie. il n’est jamais trop tôt pour soigner la rectitude pour éviter que le déséquilibre ne s’installe et cause préjudice à votre cheval. la rectitude du cheval à l’obstacle la précision est un facteur important en saut d’obstacles. le décalage de la trajectoire est un comportement récurent dû au manque de rectitude. cependant, cette mauvaise habitude peut causer préjudice à l’entraînement et à la musculature de votre monture. celle-ci se décale à droite ou à gauche pour sauter et se propulse de façon dissymétrique sur ses postérieurs, ce qui rend le saut compliqué et mal effectué. À terme, ce défaut peut même entraîner des problèmes articulaires. il est donc primordial de veiller à la rectitude de votre équidé préféré à l’abord, au plané et à la réception de l’obstacle. Être dans des meilleures conditions d’équilibre et donc plus confortable pour lui. la répartition égale du poids sur les deux côtés est très importante. un cheval possédant une bonne rectitude fait donc preuve d’une souplesse égale des deux côtés.   la rectitude du cheval en dressage cette discipline équestre demande beaucoup de rigueur, surtout quand il s’agit d’effectuer des figures. en effet, pour le rassembler par exemple, la rectitude de l’animal doit être parfaite. le cheval doit être assez droit et discipliné pour pousser symétriquement ses postérieurs sur un contact égal des deux rênes : le but est de pousser en direction du centre de gravité. ainsi, sans rectitude, cette figure est impossible car l’équilibre ne peut pas être au rendez-vous. concernant le rassembler, il nécessite force et souplesse de la part de votre monture. avec un peu de temps et un travail régulier, la base se construit petit à petit pour arriver à cette figure de haute école.   exercices pour l’améliorer la toute première étape pour redresser un cheval est de redresser le cavalier. ce dernier doit savoir comment utiliser son espace et son corps pour faire progresser son équidé préféré. plus le cavalier est droit plus il est à même de corriger correctement la position de l’animal. parfois pour le cheval, il est plus confortable en fonction de la position du cavalier de ne pas avoir de rectitude : la musculature joue un rôle central dans son amélioration. À l’obstacle, n’hésitez pas à sauter des lignes (plusieurs obstacles successifs dans un même alignement séparées par au moins 3 foulées). ainsi, ce travail montre au cheval que loin avant l’obstacle il doit faire attention à être bien au milieu et droit tout le long. une fois que la trajectoire des lignes et bonne, sautez des doubles (uniquement deux foulées entre les obstacles). une autre astuce vise à mettre en place des couloirs de barres, posées au sol parallèlement, avant et après l’obstacle. si votre cheval a tendance à se décaler avant ou après le saut, il sera entouré par les barres comme un effet de mur. la monture doit comprendre qu’il doit passer dedans. petit à petit, resserrez-les pour être plus précis sur le tracé, puis essayez de vous en passer. une fois que le cheval est droit et dans de bonnes conditions d’équilibre, le saut sera bon. l’épaule en dedans est également un exercice pouvant être employé afin de faciliter la rectitude du cheval. plus la monture avance dans l’entraînement et plus il parvient à alléger son avant-main, en reportant son poids sur ses postérieurs. pour une bonne réalisation de l’épaule en dedans, il est donc important de veiller à ne pas le laisser quitter son bon équilibre (sur son épaule extérieure par exemple). vous pouvez quitter cet exercice en effectuant une volte : si le cheval n’est pas en équilibre sur cette volte, c’est qu’il ne l’était pas non plus dans son épaule en dedans. afin d’entraîner l’équilibre du cheval, il faut vérifier à ce qu’il ne se penche pas à l’intérieur de sa courbe. longer une piste au galop à faux demande au cavalier de garder le cheval parfaitement en ligne, sans flexion et droit d’épaules et de hanches.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

la fourbure du cheval

La fourbure du cheval : explications, causes et soins

Malheureusement, nos équidés préférés sont des animaux très fragiles qui nécessitent de nombreux soins tout au long de leur vie. la première cause de mortalité des chevaux est la fameuse colique. cependant la seconde est la fourbure du cheval et ce n’est pas une pathologie à prendre à la légère. pourtant peu connue, cette maladie demande des soins urgents dès les premiers symptômes. par ailleurs, il est important de garder en tête que cette pathologie peut être secondaire à une maladie plus générale. elle peut avoir comme point de départ, par exemple, une affection gastro-intestinale. qu’est-ce que la fourbure du cheval ? cette pathologie se caractérise par une inflammation et une congestion du pied du cheval, généralement des antérieurs. dans le pire des cas, il peut y laisser son sabot. les tissus vascularisés du pied ont pour rôle de maintenir correctement la 3ème phalange dans le sabot. sans ces tissus, l’os bascule et s’effondre vers le bas en provoquant de fortes douleurs d ans le pied du cheval. le basculement de la 3ème phalange comprime le réseau de vaisseaux sanguins et entraîne une congestion du pied. la fourbure peut même empêcher l’animal de se lever, ainsi, il reste couché et attrape des coliques. néanmoins, si le diagnostic est effectué assez tôt, le cheval peut être rapidement soigné mais la guérison totale est compliquée.   comment reconnaître la fourbure du cheval ? plusieurs degrés de gravité se manifestent lors de la formation d’une fourbure. le problème est que parfois aucun symptôme ne se voit jusqu’à ce que de vives douleurs apparaissent. on les distingue ainsi : la fourbure aiguë : très intense mais courte la fourbure chronique : plus longue dans le temps avec quelques crises aiguës. une fourbure se reconnaît dans un premier temps avec la position de l’animal : il a du mal à avancer et marche « comme sur des œufs ». il est important de vérifier régulièrement les pieds de vos chevaux pour remarquer les éventuels signes d’une fourbure. voici les comportements inquiétants qui peuvent vous alarmer : pieds chauds et douloureux piétinements réticence à se déplacer ou à donner les pieds lors du curage boiterie basculement du poids sur les postérieurs comme s’il voulait s’assoir cheval souvent couché si la fourbure est chronique, la forme du pied change de plus, lors d’une forte inflammation du pied, le pouls ressenti entre le boulet et le paturon augmente énormément.   quels facteurs peuvent causer la fourbure du cheval ? diverses causes peuvent causer une fourbure. en effet, une alimentation trop riche en sucre et en azote (quand l’herbe est trop concentrée par exemple) ou inadaptée, des maladies infectieuses et endocriniennes comme le syndrome de cushing sont des facteurs réguliers. trop d’injections de corticoïdes en cas de toux peuvent également provoquer des inflammations. une trop grande quantité d’absorption d’eau froide par un cheval en sueur ou un effort trop important sur du sol dur peuvent également être à l’origine de la maladie. cette pathologie est également liée à des surcharges comme le surpoids, l’âge et le sexe (les juments sont plus touchées). quels sont les traitements à prodiguer ? tout d’abord, en termes de prévention, il faut limiter les facteurs à l’origine si les chevaux sont déjà prédisposés à la fourbure. la première chose à faire est d’appeler le vétérinaire, car il est impossible de traiter cette maladie en tant que simple propriétaire. Éviter les mouvements et le mettre sur un sol très souple est important : un cheval malade au box avec une litière épaisse est le mieux à faire. c’est dès la 3ème semaines après le début des symptômes qu’il est possible de juger la gravité et les séquelles de la fourbure grâce à la radiographie. le diagnostic repose sur ces radios car certains chevaux peuvent avoir les symptômes d’une fourbure pour un abcès de pied. pour le traitement, elles aident à positionner les os qui sont éventuellement tombés afin d’adapter le traitement à la maréchalerie. concernant le traitement, celui-ci dépend de nombreux paramètres : votre vétérinaire vous conseillera les meilleurs soins à prodiguer à votre cheval. en général, il faut commencer par des anti-inflammatoires pour faire redescendre la douleur et d’autres prescriptions sont données pour que le pied retrouve une circulation sanguine normale. votre équidé préféré doit éviter de bouger, prendre de l’aspirine et refroidir le membre concerné par la fourbure. puis, une ferrure orthopédique permet de réduire son inconfort. ainsi, l’application de ce traitement permet de diminuer l’évolution de la bascule et de la descente de la 3ème phalange. si la fourbure est trop avancée (perte du sabot, perforation de la sole), l’euthanasie est alors envisageable.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

pierre de sel

La pierre de sel : essentielle pour nos chevaux

Les pierres à lécher, ou la pierre de sel sont des éléments indispensables aux rations des chevaux. il existe différents blocs très bénéfiques à nos équidés préférés en fonction de leurs envies et leurs besoins. choisir la pierre de sel la plus adaptée à son cheval il existe plusieurs types de pierres : la pierre blanche il s’agit de la plus concentrée en sel (100 % de sodium), elle est totalement blanche, se trouve dans le commerce et pèse entre 12 et 25 kilogrammes. sa composition basique fait de la pierre blanche la plus populaire grâce à sa simplicité et son efficacité dans l’apport en minéraux. de plus, c’est la moins onéreuse du marché !   la pierre de sel rose de l’himalaya moins concentrées que la pierre blanche, la pierre à sel rose est une source de chlorure de sodium, de potassium et de magnésium. elle peut se mettre directement dans la mangeoire du cheval ou se suspendre dans son box car elle est très résistante.   la pierre brune enfin, la moins concentrée en sodium est de couleur marron et contient beaucoup d’oligo-éléments : c’est intéressant pour compléter la ration des chevaux, notamment quand ils ont des carences en zinc, en vitamines ou en cuivre. toutefois, méfiez-vous des petits gourmands qui peuvent avoir tendance à abuser de cette pierre appétissante ! la fixation des pierres à lécher sur un support permet au cheval d’y accéder en libre accès. il auto régule son sodium donc il n’y a pas de risques d’excès. afin de la fixer, un anneau peut être suspendu avec une ficelle pour ensuite enfiler la pierre de sel.   l’intérêt de la pierre de sel les animaux se fournissent en vitamines et minéraux à travers l’alimentation. cependant, il arrive que la nourriture ne suffise pas à satisfaire tous ces besoins. par exemple, un cheval qui fournit un effort intense, perd beaucoup de minéraux avec la sudation importante qu’il effectue. certains blocs ont également d’autre propriétés avec l’ajout de certaines huiles essentielles qui jouent en la faveur d’un soutien respiratoire. certaines pierres à lécher, enrichies en chondroprotecteurs, vont quant à elles favoriser les articulations.   des blocs à lécher contre les insectes il existe aujourd’hui des pierres de sel ayant la propriété de repousser les insectes. pour ce faire, le principe est très simple : en ingérant certaines substances comme l’aïl, le cheval dégage des odeurs qui repoussent naturellement les bestioles nuisibles. l’importance de la pierre de sel physiologiquement, les animaux savent ou se diriger pour obtenir les éléments dont ils ont besoin. le cheval sait donc à quel moment il est nécessaire pour lui d’aller vers sa pierre à lécher. le sel contenu dans les blocs donne soif et augmente l’appétit de nos équidés préférés. en effet, la fermentation est positive pour la flore intestinale et apporte donc au cheval les bienfaits pour avoir une digestion plus efficace. le sel ne se stocke pas, il doit donc être consommé directement après l’effort. la base de l’alimentation de nos montures (fourrage, herbe, friandises, concentrés) ne possède pas le sodium nécessaire pour couvrir les besoins d’un cheval qui travail.   l’inconvénient des pierres à lécher pour le cheval l’inconvénient majeur dépend des goûts des chevaux. en effet, certains en raffolent et d’autres ne semblent jamais ressentir l’envie ou le besoin d’y toucher. de plus, une surconsommation de sel entraîne un grand besoin en eau et donc une quantité d’urines plus élevée, ce qui demande un entretien plus régulier de la litière.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

les friandises pour chevaux

Les friandises pour chevaux : lesquelles choisir ?

l’utilité de des friandises pour chevaux les friandises pour cheveux ne sont évidemment pas nécessaires à son alimentation et font partie de la catégorie des compléments alimentaires. néanmoins, elles peuvent se révéler très utiles dans certaines situations. après un effort fourni, il est important de le récompenser. les friandises peuvent donc appuyer la récompense du cheval et lui expliquer notre fierté. il est possible de créer des friandises avec certaines plantes, fruits et produits naturels. pour l’éducation du jeune cheval, ce moyen de récompense est également très efficace. les bonbons sont très attractifs et permettent à l’animal d’accélérer certains apprentissages : attention à ne pas en abuser et à toujours rester juste avec les quantités. dans le cas contraire, votre cheval peut acquérir de mauvaises habitudes comme fouiller dans les affaires de son cavalier par exemple.   les apports bénéfiques des friandises pour chevaux les friandises peuvent aider nos amis les équidés à lutter contre l’ennuie au box et au pré, elles sont comme un objet de distraction. parmi ces bonbons, la pierre à lécher est la plus répandue et constitue une alternative en termes d’apports en minéraux, oligo-éléments, vitamines, etc. de plus, pour les chevaux qui ne sont pas au pré, les fruits vont leur fournir la vitamine c manquante. en hiver, les carottes sont intéressantes car elles sont riches en bêta-carotène. les friandises industrielles sont des sortes de biscuits (disponibles dans les commerces spécialisés). notons toutefois que dans beaucoup de marques de friandises pour chevaux, nous pouvons trouver des huiles essentielles, des plantes comme le thym, la camomille, etc. les propriétés de celles-ci sont d’apporter un soutien respiratoire et de favoriser les défenses immunitaires. À côté de cela, les récompenses peuvent également s’effectuer avec de simples fruits et légumes tels que les pommes, poires, carottes, à toujours dénoyauter et couper, pour éviter l’étouffement. plus original, l’artichaut cru est très bénéfique pour l’élimination et la santé des reins du cheval.   les bonbons industriels pour les chevaux pour commencer, dirigez-vous plutôt vers les produits prônant le sans ogm, sans colorants, sans arômes de synthèse et sans sucre industriel. c’est aussi un excellent moyen pour faire prendre des compléments alimentaires « cachés » par le goût du bonbon. en s’inspirant du goût des fruits et légumes traditionnellement offerts à nos montures, les friandises proposent un large panel d’arômes. nos équidés préférés sont de grands gourmets : ils aiment lorsque leurs papilles sont stimulées au maximum avec des goûts différents ! en effet, il est même possible de trouver des friandises à l’ortie, excellentes pour la santé du cheval. l’ortie dispose de nombreuses vertus pour l’organisme : fortifiantes, reminéralisantes, diurétiques, dépuratives et antirhumatismales. elle permet d’accélérer la régénération des tissus et aide nos montures à se remettre de certaines blessures. contrairement aux fruits classiques, les friandises possèdent la qualité de ne pas moisir en 3 jours. en effet, votre paquet de bonbons pour chevaux vous tient plus longtemps qu’une pomme du jardin, c’est pourquoi de nombreux cavaliers décident de se pencher vers ces récompenses industrielles. néanmoins, comme nous, il est préférable de varier ces petits plaisirs en alternant avec des fruits et des légumes.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

entretenir la litiere du cheval

Bien entretenir la litière du cheval

Savoir entretenir la litière du cheval est une tâche qu’aucun cavalier ne peut y échapper. en effet, il s’agit du bien-être de nos équidés préférés qui est en jeu, ainsi que sa santé ! avec un manque de formation ou du mauvais matériel, l’entretien peut devenir la bête noire de certains. certes, enlever les crottins de nos montures n’est pas une activité bien passionnante, mais elle est néanmoins indispensable.   qu’est-ce que la litière du cheval ? il s’agit du matelas dans le box : son but est de le protéger de l’humidité et du froid en isolant la dureté du sol. il faut rechercher du volume et da souplesse (pour que le cheval se couche), l’absorption (de l’urine), et l’absence de poussière. selon les problèmes de santé respiratoires de certains chevaux, la base du box peut changer. plusieurs paramètres vont définir ce qu’il y a de mieux pour nos équidés préférés. la litière peut donc être composée de paille, de copeaux de bois, de tourbe, de lin ou de pellets de bois ou de papier. des asséchants à ajouter existent désormais pour une absorption optimale de l’urine. la paille est la matière la plus utilisée pour le matelas du cheval : elle lui lévite de s’ennuyer en la grignotant tout au long de la journée et stimule leur intestin. cependant, nombreux sont les chevaux intolérants à la paille. ceux-ci sont le plus souvent sujets aux allergies et aux coliques. elle développe également la poussière et peux amener nos montures à contracter des problèmes respiratoires (emphysème pulmonaire). de plus en plus d'écuries font appel à des sociétés de curage qui passent une fois par semaine et de nombreux éleveurs laissent s'accumuler l'hiver le fumier qu'ils recouvrent de paille propre pour à la sortie de l'hiver, à l'aide d'un tracteur avec fourche, curer l'ensemble du boxe ou de la stabulation. quand faut-il entretenir la litière du cheval ? si votre cheval vit toute la journée au box, il est primordial de le changer tous les jours. avec un nettoyage quotidien, entretenir la litière du cheval deviens de plus en plus simple et rapide. dans l’idéal, il faut une cure le matin et le soir.   comment entretenir la litière du cheval ? la propreté du lieu de vie de votre équidé préféré est indispensable à son confort : il doit tous les jours être sec. pour cela, il est primordial tout d’abord de se pencher sur les crottins en les ramassant avec les plaques d’urine mouillée, en laissant la paille propre. c’est avec des fourches à dents rapprochées que nous nettoyons la litière. en général, les chevaux font leurs besoins au même endroit. une fois nettoyé, il faut remettre de la paille ou des copeaux (en étalant surtout sur les côtés des parois pour un confort optimal). certains chevaux sont plus propres que d’autres et nous facilitent la tâche. dans les deux cas il est important de retourner le box dans tous les sens pour ne pas oublier d’excréments. la paille a pour inconvénient de coller au crottin et sera donc plus onéreuse puisqu’il faudra la changer en plus grosse quantité. environ 2 fois par semaine le box est totalement vidé, si possible passé au jet, séché quelques heures, puis garni de nouveau en paille bien propre. en été particulièrement, il faut curer la litière le plus souvent possible : la chaleur favorise le développement des bactéries. en effet, l’entretien quotidien ne suffit pas à détruire tous les organismes qui se développent tels que les parasites, champignons et bactéries. il est indispensable de faire de temps en temps un nettoyage complet en vidant tous les boxes en récurant tous les tapis, les surfaces du sol, des mangeoires, derrière les tuyaux, etc. pour éviter que le cheval ne respire trop de poussière, il est recommandé de l’attacher loin de nous pendant le nettoyage de son box. on utilise plusieurs instruments pour l’entretien de la litière tels que le râteau, la fourche, le balais, la pelle, la brouette etc. selon vos préférences ainsi que la configuration du box, un matériel est plus efficace qu’un autre.   que faire du fumier enlevé lors de l’entretien ? les propriétés du fumier sont bien connues pour les plantes, en tant qu’engrais, cependant, veillez à ne pas le laisser à même le sol car le jus peut infiltrer les nappes phréatiques et les contaminer. il est judicieux de le conserver dans une fumière étanche ou des sacs plastiques. on adapte la superficie de la fumière en fonction du délai de stockage et de la quantité produite : c’est obligatoire pour un centre équestre d’en posséder une. la production moyenne de fumier pour un cheval sur paille est entre 36 à 40 kilogrammes, (soit 14 kg de crottin + 9 l d’urine + 13 à 17 kg de paille = 36 à 40 kg de fumier). un accélérateur de compostage permet de simplifier cette étape, en termes d’odeurs mais également de logistique pour éviter au fumier de prendre trop de place.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

0.025
0.025
0.025
0.025
0.025
0.026
0.026
0.026
0.026
0.026
0.03
0.03
0.03
0.03
0.03