ethologie

L’éthologie pour une attitude plus éthique

qu’est-ce que l’éthologie ?  désormais, de plus en plus de cavaliers s’intéressent de près au bien-être de son cheval. des approches plus naturelles et compréhensives apparaissent. c’est de ça que découle l’éthologie. c’est l’étude comportementale des équidés dans leur milieu naturel, en groupe ou seul.  ainsi, grâce à une meilleure compréhension de son cheval, il sera plus facile d’interagir avec lui.  l’éthologie est une science. celle-ci cherche à analyser et à repérer tous les comportements sociaux de l’animal.   le cheval est l’ami de l’homme depuis des années, cependant, son dressage est basé sur la force et la domination. aujourd’hui, à travers l’éthologie, il est préférable d’obtenir une réaction de la part de l’animal en obtenant sa coopération et en comprenant ses attentes. ainsi, une confiance s’installe et une complicité également, le cheval a donc plus de facilité à nous écouter. les animaux n’ayant pas le même langage que nous, le couple humain-cheval doit avoir un langage commun pour se comprendre : c’est le principe de l’éthologie.   qualités recherchées en éthologie  Être patient : la patience est une qualité requise et importante pour instaurer une complicité avec un animal. comme pour le débourrage, le cheval n’a pas confiance en l’homme au début. il est donc très difficile de lui faire comprendre rapidement les choses lorsqu’il nous prend pour un prédateur et que son comportement naturel fait de lui une proie.   Être rassurant : ne pas trop en demander au cheval d’un coup. il doit se sentir bien aux côtés de son cavalier et laisser la peur derrière lui. un respect mutuel doit être instauré dès le début.  l’observation : c’est une notion importante pour entretenir une bonne relation avec le cheval. pour le comprendre, il faut savoir remarquer lorsque son comportement change ou lorsqu’il réagit différemment.   Être confiant : le cheval est un animal sensible, il ressent toutes les émotions qui l’entourent. il est alors très utile de savoir se contrôler face à la peur ou au stress.    le matériel en éthologie  le plus important étant l’harmonie entre le cavalier et sa monture, le matériel nécessaire est particulier. en effet, on utilisera un licol éthologique, qui est fin, avec des nœuds et non pas avec du fer comme pour les filets et licols normaux. l’usage du mors est donc évité. le rapport de force entre l’homme et le cheval n’existe plus.  l’usage de ballons, drapeaux, crécelles, bâches est également utile lors de la prise de confiance du cheval, ainsi, vous lui montrez que des objets pouvant lui faire peur aux premiers abords ne lui feront pas de mal. il s’agit donc de l’habituer avec des équipements qui lui seront familiers à force de stimuli.    deux techniques pour faire comprendre quelque chose au cheval  comme nous l’avons dit, apprendre le comportement du cheval à travers l’éthologie c’est avoir une relation basée sur le respect et la complicité. ainsi, l’apprentissage se fait autour de son bien-être.  le renforcement positif : il s’agit de lui donner une récompense lorsqu’il fait quelque chose de bien. par exemple si le but est de le faire marcher sur une bâche qui lui fait peur, dès qu’il y arrive, il aura une pomme.  le renforcement négatif : àl’inverse, ce principe consiste à mettre le cheval dans une situation inconfortable sans aller trop loin. il faut éviter les punitions telles que la cravache et instaurer des signaux faciles à distinguer pour chaque erreur de la part du cheval.  connaitre le comportement du cheval le cheval est un animal très expressif. ce n’est donc pas très compliqué de lire en lui ou de savoir l’humeur qu’il a. ses oreilles et ses yeux sont les premiers indicateurs. le cheval ne comprend pas notre langage, mais il possède un langage intuitif, c’est-à-dire qu’il comprend l’intention. le langage corporel du cheval, tout comme pour l’homme, représente une grande partie de la communication. il est important de se rappeler que le cheval réagit avec son instinct.  pour bien étudier le comportement de son cheval, il faut savoir que c’est un animal qui ne vit pas seul. dans son milieu naturel, il évolue au sein d’une harde dans laquelle les chevaux instaurent des relations de dominants-dominés. au sommet de cette horde il y a un ou deux étalons. ainsi, les chevaux qui sont privés de relations sociales ou qui sont souvent seuls (au box et sans interactions avec ses congénères), peuvent développer des troubles comportementaux et devenir agressifs.  l’émotion du cheval est donc facile reconnaitre. tout d’abord si ses oreilles sont en avant, il est attentif, si elles sont en arrière, il est énervé. le regard du cheval est également très significatif. la peur peut se lire dans un regard. les vocalisations peuvent également être un signe de peur de la part de l’animal à travers son souffle ou son ronflement. un cheval qui hennit la bouche ouverte fait passer un stress et donc un sentiment négatif.  besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

obstacles de cross

Les obstacles de cross : comment les différencier ?

Le cross est une des épreuves du concours complet d’équitation. il met en avant beaucoup de qualités chez le cheval. il doit être endurant et ne doit pas avoir peur d'un terrain inconnu. une épreuve de cross revient à effectuer un parcours chronométré, en pleine forêt, sur différents sauts d’obstacles. il en existe plusieurs, tous aussi originaux les uns que les autres. voici les principaux obstacles de cette discipline !   qu’est-ce que le cross ? l’épreuve de cross s’effectue lors d’un concours complet, après l’épreuve de dressage et de saut d’obstacle. le cheval doit être courageux car ses sens sont mis à rude épreuve. en pleine forêt, le cross est impressionnant. les obstacles de cross sont construits avec des matériaux naturels. il faut être rapide et agile pour réussir sur cette épreuve. plusieurs facteurs entrent en compte car le terrain peut être glissant, irrégulier et les obstacles sont massifs et dangereux pour le cavalier et le cheval. cette discipline est celle qui procure le plus d’adrénaline aux cavaliers ! les différents obstacles de cross : il existe une multitude d’obstacles variés auxquels les candidats peuvent faire face.   les directionnels : les directionnels sont là pour évaluer l’agilité du cheval et du cavalier. en effet, tourner au dernier moment et viser précisément le saut est une qualité primordiale en épreuve de cross. les obstacles sont assez gros, souvent en bois. des haies peuvent également être rajoutées sur le dessus. le saut est étroit et le cheval doit avoir confiance en son cavalier car sa vue panoramique est réduite à cause de la petite taille de l’obstacle.   les obstacles d’eau : un des obstacles les plus appréciés sont les obstacles d’eau comme les gués et les rivières naturelles. encore une fois cet obstacle joue sur le courage du cheval car il doit continuer ses foulées rapides dans l’eau sans se poser de questions. le cheval est un animal craintif de nature, il aura donc tendance à se méfier des reflets sur l’eau, d’un fond invisible ou même du bruit… les obstacles de cross panoramiques : l’obstacle panoramique est très vicieux, car la monture ne l’aperçoit pas directement ! comme son nom l’indique, il privilégie le panorama. généralement il s’agit d’une montée puis d’une pente. le cheval découvre donc la réception au dernier moment et peut être perturbé par cette surprise.   les obstacles de terre : on retrouve dans les obstacles de terre les trous, les contre-haut, les contre-bas, le piano, la butte… tous ces obstacles cherchent à déstabiliser le cheval en jouant sur son équilibre. le cavalier lui, doit avoir de bons appuis pour ce type d’obstacle. il peut également y avoir une combinaison de plusieurs obstacles comme le piano qui est une suite de contrebas (comme des escaliers).   obstacles de volÉe : ce sont les obstacles de cross les plus massifs, ils sont très larges et demandent donc au cheval une grande franchise de sa part. il peut aller jusque plus de quatre mètres ! il faut l’aborder avec une vitesse suffisante mais il ne pose pas beaucoup de problèmes lors du parcours.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebooket instagram !    ...

semaine de fontainebleau

Le rendez vous hippique de l’année : la grande semaine de Fontainebleau

C’est un des événements immanquables de l’année équine en france ! la grande semaine de fontainebleau rassemble, sur près d’une semaine, des milliers de spectateurs, cavaliers, éleveurs, prioritaires de chevaux et marchands, et ce autour de près de 1 800 chevaux âgés de 2 à 7 ans. ne manquez pas cet événement incontournable de la saison pour les jeunes chevaux. on vous dit tout pour organiser votre participation à la grande semaine de fontainebleau.   qu’est-ce que la grande semaine de fontainebleau et pour qui ? le but premier, c’est pour les éleveurs, propriétaires et cavaliers de france de se rencontrer et de présenter les meilleurs jeunes éléments de leur écurie. cette grande compétition s’articule autour de trois grandes disciplines : le cso, le style hunter et, tout nouveau de cette année, le dressage ! tous les chevaux doivent avoir âgés entre 2 et 7 ans maximum. le concours vise à identifier les étoiles montantes des circuits internationaux de demain et rendre les titres très convoités de champions de leurs générations aux gagnants.   quand et où se déroule la grande semaine de fontainebleau ? en 2020, la compétition se déroulera exceptionnellement du 28 septembre au 4 octobre, avec un planning en évolution, du fait des nouvelles mesures sanitaires. l’événement se passe à fontainebleau, au stade équestre du grand parquet, facilement accessible en voiture ou en train. si vous n'êtes pas motorisé, il vous faudra toutefois emprunter un taxi à la gare de fontainebleau-avon pour rejoindre le stade équestre.   quel est le programme en 2020 ? le programme s'est déroulé de la manière suivante : du 25 au 27 septembre 2020 : finales nationales de jeunes chevaux et poneys pour le dressage. normalement, la finale de dressage devait se dérouler dans l’antre de l’École nationale de saumur, mais compte tenu de l’actualité, elle se déroulera exceptionnellement au stade Équestre du grand parquet.   le mardi 29 septembre 2020 : journée qualificative en cso pour les chevaux de 4 à 6 ans.   le mercredi 30 septembre 2020 : finales nationales jeunes chevaux de saut d’obstacles pour les chevaux de 4 ans.   le jeudi 1er octobre 2020 : premier tour de qualification pour les chevaux de 5 ans et second tour de qualification pour les chevaux de 6 ans.   le vendredi 2 octobre : second tour de qualification pour les chevaux de 5 ans et finale pour les chevaux de 6 ans. premier tour de qualification pour les chevaux de 7 ans.   le samedi 3 octobre : second tour de qualification pour les chevaux de 7 ans, petite finale pour les chevaux de 5 et finale pour les chevaux de 6 ans. Épreuves régionales de cycle libre et premier tour pour le hunter chevaux.   le dimanche 4 octobre 2020 : c’est la grande journée qui vient clôturer la semaine de compétition en beauté, avec la grande finale pour les chevaux de 5 ans et 7 ans, ainsi que la finale du hunter et celle du cycle libre des épreuves régionales.   bien d’autres événements viendront rythmer les grandes compétitions de cso, dressage et hunter chevaux au cours de la semaine, comme le femelles selle français, une compétition de juments et pouliches entre 2 et 3 ans. vous pourrez également vous balader au village des exposants, où seront présents plus de 80 exposants, marchands, éleveurs, ainsi que les associations nationales de race et les associations régionales d’Éleveurs.   organisez votre venue pensez à réserver vos billets à l’avance. la grande semaine de fontainebleau s’articule autour des magnifiques terrains que sont le grand parquet, la carrière des princes ou d’odelant, ainsi que le petit parquet. vous pourrez vous garer sur place et trouver toutes les commodités pour passer une journée sympathique, avec restauration (restaurants et stands à emporter de toutes les cuisines du monde) et possibilités d’hébergements aux alentours.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

obstacles en cso

Les obstacles en CSO : comment les différencier ?

Le saut d’obstacles (cso) est l’une des disciplines les plus réputées et reconnues du monde de l’équitation. présente aux jeux olympiques et dans les plus grands tournois hippiques, cette discipline permet aux plus grands cavaliers et à leur monture de briller par leur dextérité, puissance et précision en binôme. partant pour vous lancer à l’assaut de la course à saut d’obstacles ? découvrez les différents obstacles de cette discipline !   qu’est-ce que le cso ? durant le cso, ou course de saut d’obstacles, cavalier et monture doivent sauter plusieurs obstacles de différentes catégories, hauteur, longueur ou dangerosité. le tout sans faire tomber les barres, en restant tout simplement sur son cheval de la meilleure manière possible d’un point de vue technique, et dans le meilleur temps imparti. quels sont les différents obstacles en cso ? il existe différents types d’obstacles, en voici les principaux : l’obstacle droit Également appelé obstacle vertical, c’est l’obstacle le plus simple qui existe. on dispose des barres de manière horizontale et fixées grâce à des piliers verticaux à chaque extrémité. les barres cylindriques sont disposées plus ou moins hautes selon le niveau de difficulté. on peut également utiliser des palanques (des barres plates) ou des barrières. l’oxer l’oxer consiste en deux obstacles droits disposés l’un derrière l’autre, rendant le saut d’obstacles plus long et profond, donc plus technique à sauter. le cheval doit donc faire preuve de plus de puissance et de dextérité pour couvrir l’obstacle. les deux obstacles peuvent être plus éloignés en distance que la hauteur des barres de chaque obstacle. le spa le spa fait partie des obstacles de volée, c’est-à-dire, construit avec minimum trois niveaux d’obstacles consécutifs et à des hauteurs de barres différentes. pour le spa, les 3 barres qui s’enchaînent sont de plus en plus hautes. ce qui demande techniquement d’anticiper dès le début du saut la hauteur du dernier obstacle. l’oxer polonais c’est une variante de l’oxer simple. au lieu d’avoir deux ou plusieurs obstacles présentant des barres horizontales, on dispose les barres de tous les obstacles en croix. cela a le mérite de faciliter le passage du cheval au centre de l’obstacle, ou la hauteur est la moins haute. les obstacles double & triple les obstacles doubles et triples sont un enchaînement de deux ou trois obstacles simples, chacun séparé par une distance entre une et trois foulées. la difficulté de ces obstacles réside dans le fait que la distance soit limitée pour préparer sa monture à sauter, demandant une grande maîtrise du terrain et de la foulée de son cheval. la rivière comme son nom l’indique, la rivière consiste en un petit plan d’eau, devant lequel se trouve un obstacle. le cheval devra donc tout sauter et atterrir de l’autre côté du plan d’eau sans encombre. c'est un peu comme s’il sautait un lit d'une rivière dans le sens de la largeur.   l'obstacles de terre il consiste en un en monticule de terre dépassant le niveau du sol. on peut y disposer des obstacles variés pour accroitre la difficulté.   le bidet le bidet fait partie des obstacles de soubassements. situé à même le sol ou sous un obstacle élémentaire, il a pour objectif principal de rajouter des difficultés. le bidet consiste uniquement en un petit plan d’eau peu profond. les montures les plus sereines n’y feront pas vraiment attention en passant l’obstacle, quand il pourra bloquer les plus craintives. le fonctionnement d'un parcours de saut d'obstacles maintenant que vous connaissez les principaux sauts d’obstacle, sachez que plusieurs critères rentrent en compte, au-delà du saut des seuls obstacles, pour réussir votre course. parmi les principaux :  la hauteur ou longueur des obstacles. forcément, plus c’est difficile, plus cela fait des points.  le contenu des obstacles : si des difficultés y sont rajoutées, comme des soubassements par exemple (bidet, pneus, etc.), la difficulté augmente et le nombre de points avec.  la vitesse imposée et le chrono minimum à faire.  le type de terrain et son niveau de pente, tenant compte que les sols en sable sont les plus doux pour les pieds des chevaux. les meilleurs championnats de cso de l’histoire de l’équitation ? si vous souhaitez vous améliorer dans cette discipline en observant les meilleurs, pensez à regarder les plus grands championnats de cso, ou mieux encore, à vous y rendre. bien évidemment, rien de plus prestigieux que le concours de saut d’obstacles des jeux olympiques ou des championnats du monde. mais pensez aussi à vous rendre au concours hippique international de genève, le cso de france, le master pro ou bien encore, le jumping international de france, se déroulant en principe à la baule.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebooket instagram !...

pansage du cheval

Un bon pansage du cheval : explications et Astuces

Étape cruciale durant la prise de soin du cheval, le pansage doit être fait dans les règles pour optimiser son effet, nettoyer le cheval efficacement et créer une relation de confiance avec son cavalier. découvrez l’importance du pansage et comme bien panser son cheval ici.   qu’est-ce que le pansage et pourquoi faut-il panser son cheval ? le pansage du cheval consiste principalement à le nettoyer après une session d’exercice avec lui. mais il a également d’autres atouts, comme celui de masser le cheval, détendre ses muscles et vivifier sa circulation sanguine. c'est aussi le moment privilégié pour observer des blessures ou anomalies potentielles. avant tout, le pansage reste le meilleur moyen d’apprendre à connaître son cheval, et de créer une belle relation de confiance et de complicité entre le cavalier et sa monture. le plaisir doit donc être de mise, tant pour vous que pour lui !   le matériel pour panser son cheval en priorité, vous aurez besoin des outils suivants pour bien panser votre cheval : une étrille un bouchon, également appelé brosse dure une brosse douce une brosse à crin un cure-pied une éponge douce en option, vous pouvez rajouter des démêlants, pinceaux et pots de graisse ou élastiques, à votre convenance pour apprêter votre cheval comme il se doit !   comment bien panser son cheval ? selon votre fréquence de pansage et votre habitude de l’exercice, panser votre cheval devrait vous prendre entre 20 et 30 minutes. À chaque fois, nous vous conseillons de passer par les étapes suivantes : Étriller votre cheval À l’aide de l’étrille et en effectuant des mouvements circulaires sur les parties charnues (uniquement) du cheval, vous enlevez la plus grosse couche de terre, poussière et poils sur lui. brosser son cheval avec le bouchon À l’aide de cette brosse aux poils durs, vous pouvez enlever le surplus de poussière, paille et terre, déjà bien dégagées avec l’étrille, en effectuant des mouvements secs et droits dans le sens du poil. passer la brosse douce dernière étape concernant la robe du cheval, la brosse douce vous permet de lustrer la robe de votre monture en douceur. du fait de la douceur de cette brosse, vous pouvez vous permettre de la passer également sur des parties plus sensibles ou osseuses, comme les pattes, la tête et sur l’encolure.  utiliser la brosse à crin l’heure est venue de peigner le toupet, la crinière et la queue de votre cheval. allez-y doucement, en commençant par le bas, puis en remontant progressivement vers le haut de la crinière. n’hésitez pas à utiliser un spray démêlant si cela vous aide ! cureter les pieds avec le cure-pied cette étape est primordiale, et doit être effectuée avant et après chaque entraînement ou session avec votre cheval. grâce au cure-pied, vous pourrez retirer le surplus de terre, de cailloux et de paille accrochés sous les sabots. c’est aussi un bon moyen de vérifier régulièrement la ferrure de votre cheval. peaufiner avec l’éponge douce en utilisant de l’eau clair et une éponge douce, vous pourrez nettoyer les parties les plus sensibles de votre cheval : sa tête, ses oreilles, ses naseaux ou bien encore près des yeux.    besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebooket instagram !  ...

preparation du cavalier

La préparation du cavalier en compétition : 7 conseils

on parle souvent de préparation physique de sa monture avant d’attaquer une nouvelle saison de concours hippiques. la préparation physique et mentale du cavalier est pourtant tout aussi importante, voire centrale dans le processus de réussite. car un cavalier stressé transmettra son anxiété à sa monture, ce qui promet quelques mauvaises surprises à l’arrivée. prévoyez donc la meilleure préparation physique et mentale pour optimiser votre réussite. voici comment.     Étape 1 : donnez-vous des objectifs ne pas se donner d’objectifs clairs, atteignables et mesurables en début de saison est le meilleur moyen de s’éparpiller, de se démotiver ou même, de paniquer en cours de route et à l’arrivée de certains concours. conséquences : de mauvais résultats, beaucoup de stress et un cheval qui en pâtie aussi. sans parler des risques plus importants de blessures. posez-vous deux minutes et donnez-vous des objectifs clairs. un concours à réussir ? un niveau régional ou national à atteindre ? un type de discipline dans lequel s’améliorer ? faire connaissance avec votre nouvelle monture en compétition ? notez-le et vous pourrez passer à la seconde étape : bâtir votre planning de saison.   Étape 2 : planifiez votre saison de concours en amont maintenant que vous savez quels sont vos objectifs, planifiez votre planning de compétitions pour vous donner les meilleures chances d’y arriver. listez-vous tous les concours qui vous intéressent potentiellement, ainsi que leurs dates, niveau de difficulté et prérequis de qualification. vous allez pouvoir opérer un tri progressif en fonction de vos critères géographiques, de niveaux, de coûts et de fréquence de compétition. pensez également au temps de trajet et de repos de votre monture entre deux compétitions. une fois ce travail fait en quelques heures maximum, vous aurez une vision déjà plus claire de ce qui vous attend pour la saison à venir, et comment vous y préparer au mieux.   Étape 3 : préparez votre planning d’entraînement avec votre monture toujours dans un souci de clarté, anticipez en début de saison un planning d’entraînement avec votre monture. inutile d'être précis au jour près. mais listez-vous les types d’exercices que vous voulez travailler en priorité chaque mois, ou quelques semaines avant une compétition précise, pour avoir un programme le plus complet possible : trotting, galop, vie en paddock si ce n’est pas encore le cas, saut d’obstacles, balade, dressage, endurance... variez les exercices en fonction des concours à venir et de la forme de votre cheval. le mot d’ordre : travailler & se faire plaisir ensemble !   Étape 4 : préparez-vous physiquement vous devez être aussi préparé que votre monture physiquement, voire plus. car un cheval ne peut être performant que si son cavalier est tout à la fois souple, tonique et concentré. la préparation du cavalier avant une compétition demande également du sport à coté. pour la partie cardio, privilégiez des sports comme la natation, la course et la gym. pensez à faire des exercices d’abdos et de gainage régulier. il est également important pour un cavalier d’être le plus souple possible, pour ne faire qu’un avec son cheval. privilégiez donc aussi des pratiques douces et musclant en profondeur, comme le yoga ou le pilates. peu de temps avant les compétitions, mangez sainement et dormez le temps qu’il faut, à des heures régulières. et n’oubliez pas de prévoir un certificat médical en début de saison pour participer aux concours.   Étape 5 : préparez-vous mentalement c’est la préparation du cavalier passe aussi par le mental, il fait aujourd’hui souvent la différence, dans les compétitions de haut niveau. au-delà des critères techniques et physiques, un bon cavalier est avant tout un cavalier serein, centré et le plus détendu possible. car s’il y a bien une chose de sûre, c’est que tout le stress du cavalier est ressenti par son cheval, très sensible au moindre changement d’humeurs de son cavalier et à sa peur. il est donc primordial de travailler son mental sur le long terme. pratiquer des exercices de respirations et de relaxation aide à se calmer sur le long terme. les exercices de visualisations et d’affirmations positives font aussi des merveilles, pour être ancré dans le moment présent et plus serein les jours de compétitions.   Étape 6 : anticipez vos compétitions l’ennemi du cavalier et de sa monture, c’est encore une fois le stress et le manque de préparation. tout ce qui peut concourir à calmer la paire sur le sujet est bienvenu. de fait, anticipez. quelques semaines avant le concours, prévoyez un planning d’entraînement plus précis. privilégiez les rituels réguliers de préparation avec votre monture. cela permettra de lui donner des repères rassurants, de la calmer et d’augmenter sa confiance en vous les jours de compétitions, dans un environnement nouveau et souvent, anxiogène. et vous concernant, révisez vos parcours, enchaînements par cœur, jusqu’à la veille au soir. repérez les lieux le jour j un peu avant la compétition, pour être le moins destabilisé possible par la nouveauté. et faites-vous confiance à l'instant t !   Étape 7 : équipez-vous ! avoir son équipement complet et prêt à l’emploi participe aux rituels pouvant calmer le cavalier et sa monture. en début de saison, listez-vous ce dont vous avez besoin au quotidien et pendant les concours : équipements, outils de pansage, accessoires de transport et tenues de concours. préparez votre matériel la veille de partir, pour ne rien oublier. vous êtes prêt, il n’y a plus qu’à briller maintenant !     besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebooket instagram !  ...

la préparation du cheval de complet

La préparation d’un cheval de complet : le guide pratique

Pour programmer l’entrainement de son cheval de complet, il faut se fixer des objectifs. l’objectif principal de l’entraînement au concours complet ? bien préparer son cheval pour qu’il puisse donner son maximum, sans se blesser et sans subir de contraintes physiques trop importantes. comment préparer un cheval au concours complet ? À savoir avant de commencer l’entraînement de votre cheval de complet : l’entraînement améliore les qualités physiques, physiologiques, techniques de l’animal et du cavalier ou de la cavalière. il prépare aux sollicitations intenses de la compétition. durant l’entraînement, la préparation du cheval de complet devra être progressive et entrecoupée de phases de récupération suffisantes. les entraînements seront proches des exercices de la compétition. il faut donc définir les objectifs de chaque séance d’entraînement. les séances devront être personnalisées et les situations d’entraînement devront être variées. en définissant des objectifs définis, il sera possible d’évaluer l’avance ou le retard dans la préparation. en effet, celle-ci peut être perturbée par les conditions météorologiques ou les incidents de santé. il ne peut y avoir d’amélioration de la performance sans travail et donc, sans fatigue. il ne faut en aucun cas supprimer les séances intenses ou les espacer trop fortement. pendant la compétition, cela conduit à des contraintes extrêmes auxquelles les chevaux ne sont pas préparés.   organisation de la programmation la programmation de l’entraînement débute à la remise en travail. elle suit la période de repos qui vient après l’objectif principal (op) de fin de saison précédente. elle est cadencée par les objectifs intermédiaires (oi) : épreuves de préparation ou épreuves de sélection.   la progression il est important de bien enchaîner les cycles. souvent, la partie préparatoire « endurance générale » est occultée par la préparation. le cheval de complet commence alors ses galops spécifiques sans mise en condition réaliste préalable. pourtant, cette phase de 4 à 6 semaines est indispensable à la préparation des efforts. cette période est allongée chez le jeune cheval et plus courte lorsqu’elle sépare deux macrocycles au sein d’une même saison sportive.   la récupération du cheval de complet pour améliorer une caractéristique, il faut durcir l’entraînement en quantité, voire en intensité. les séances rapprochées et la récupération incomplète interdisent les cycles intensifs prolongés sans cycle de restauration (désaturation selon les auteurs). la compétition principale (op), doit toujours être précédée d’un cycle de récupération d’environ 15 jours. certains cavaliers pris par le temps ont tendance à augmenter la quantité de travail dans une période pré-compétitive. c’est une erreur. les enchaînements entre phase intense de développement et phase de restauration sont indispensables à l’amélioration de la performance. l'organisation des cycles la phase préparatoire : la préparation physique générale participe à la mise en condition générale du cheval. elle prépare à l’intensité future de l’entraînement spécifique.   la phase de développement : elle consiste en un ou plusieurs cycles de préparation physique et technique (ppt). c’est une phase particulièrement soutenue. ici, on recherche le développement des capacités musculaires et cardiaques du cheval. entre deux cycles intenses, un cycle de préparation technique et de restauration (ptr) est nécessaire. le travail continu sera modéré, propre à restaurer les réserves énergétiques du cheval et à réduire le niveau de fatigue.   la phase de compétition intermédiaire : la phase de pré-compétition avant les objectifs intermédiaires (pré-oi) est caractérisée par une montée en puissance progressive. il faut prendre en compte le temps d’habituation du cheval à l’environnement et le délai de récupération du transport. le cycle post compétition intermédiaire (post-oi) assure la récupération de la compétition. il intervient avant l’enchaînement vers une nouvelle phase développement. il inclut le bilan vétérinaire et l’analyse de la performance. pour évaluer la condition du cheval, des mesures de lactatémie en fin de cross de compétition peuvent être effectuées.   la phase de préparation terminale avant l’objectif principal : cette phase contient deux cycles : un micro cycle de préparation spécifique (pps). il est totalement orienté vers le développement de la puissance maximale aérobie. les autres activités contribueront uniquement à la récupération sans recherche technique ; un cycle de préparation technique et de restauration (ptr) où tout est organisé autour d’un travail continu et modéré. le but est de restaurer les réserves énergétiques, de réduire le niveau de fatigue et de développer la qualité technique des présentations. si votre cheval court régulièrement (environ toutes les 4 à 6 semaines) sur des épreuves de niveau et de type similaire, la phase entre deux compétitions devient une phase de maintien. elle devra être à dominante technique et les galops seront espacés et de moindre intensité.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

equipement de son cheval

Quel équipement faut-il pour son cheval ?

Chaque cheval a des besoins spécifiques. certains sont plus rustiques d’autres et ont donc moins besoin de matériel. toutefois, tous les chevaux ont des besoins communs. l’équipement essentiel du cheval, c’est quoi ?   la selle, équipement équestre par excellence il est indispensable que la selle soit parfaitement adaptée à la morphologie du cheval. avant d'être achetée, une selle s'essaye directement sur le dos du cheval. votre confort de cavalier est important, mais celui de votre monture l’est encore plus. l'arçon ne doit pas lui bloquer les épaules et le pommeau ne doit pas appuyer sur son garrot. une selle mal adaptée peut provoquer des lésions, notamment au niveau des vertèbres. le frottement de la selle sur le garrot ou une autre partie du dos peut aussi engendrer des plaies. n'hésitez pas à solliciter le sellier pour qu'il se déplace et vous fasse essayer plusieurs selles. avec les selles, vous devrez acquérir des étriers et une sangle. cette dernière sera ergonomique, en cuir ou en nylon, voire élastique. pour éviter les irritations, vous pouvez recouvrir la sangle d'un fourreau en mouton. si vous faites du saut d’obstacle, pensez à la bavette.   equipement pour son cheval : le tapis et l'amortisseur pour éviter tout contact entre la peau du cheval et la selle, le tapis doit être plus large que la selle. il absorbe aussi la transpiration. l'amortisseur protège le dos de l'animal en amortissant les chocs provoqués par le cavalier. il se place entre le tapis et la selle.   le filet le filet est choisi en fonction de la discipline. toutefois, il existe de nombreux modèles polyvalents. il doit être bien adapté à la tête du cheval et bien réglé pour éviter tout risque de blessure. vérifiez la longueur des montants (place du mors dans la bouche), la muserolle (peut empêcher de respirer) et la sous-gorge (on doit pouvoir passer son poing fermé entre la sous-gorge et la gorge).   les protections comme pour le filet, les protections dépendent de la discipline pratiquée. elles seront aussi choisies en fonction de la taille du cheval. les protections des membres du cheval sont les guêtres, pour les membres antérieurs et postérieurs, ainsi que les cloches et les protège-boulets. ces derniers sont particulièrement conseillés pour les chevaux qui ont tendance à marcher sur les glomes avec leurs postérieurs. les protections ne doivent pas comprimer les tendons de l'animal.   les couvertures : équipement pour son cheval indispensable la couverture sera choisie en fonction de la taille et de la morphologie du cheval. le mieux est d’avoir plusieurs couvertures : une couverture de box, pour le protéger du froid (pas nécessairement imperméable) ; une couverture d'extérieur (imperméable) quand le cheval est au pré ; une couverture séchante, quand l'animal a travaillé et beaucoup transpiré. la couverture doit toujours être propre, surtout si elle est bien ajustée. attention à ne pas couvrir votre cheval lorsqu’il est mouillé par la transpiration. il faut toujours attendre que le cheval soit sec avant de « l'habiller ». une trousse de soins : la pharmacie d’écurie pour pouvoir soigner toute éventuelle blessure, une trousse de soin sera nécessaire. elle comportera au minimum : désinfectant ; pommade au zinc ; ciseaux ; pince à épiler ; thermomètre digital ; bande adhérente ; pince à tiques ; ouate pour bandages ; bandage adhésif. avec tout ce matériel, vous êtes prêt.e à recevoir dignement votre premier cheval à la maison ! besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

peur des chevaux

Comment ne pas avoir peur des chevaux et ne pas les effrayer ?

Le cheval est un animal particulièrement sensible et craintif. c’est par essence un herbivore prédaté, qui avait autrefois pour habitude d’être chassé. tout mouvement brusque, agression verbale ou physique le terrifie. de par leur sensibilité, les chevaux perçoivent aussi la peur des autres mammifères qui les entourent. ainsi, si vous êtes apeuré.e en approchant un cheval, celui-ci le sentira et pourrait s’inquiéter aussi. si vous avez peur, le cheval aura peur aussi, alors, que faire ?   la peur du cavalier : comment s’en défaire ? qu’elle soit consciente ou inconsciente, la peur est une source de blocage. elle empêche le cavalier de profiter pleinement de sa passion. les peurs les plus courantes sont la peur de perdre le contrôle de sa monture et la peur de tomber. parfois, la peur est en lien avec une activité spécifique (trotter ou galoper, sauter, aller en balade) ou un cheval en particulier. le danger de la peur, c’est que la peur peut envahir le cavalier et lui faire perdre ses moyens. de plus, il transmet sa peur à sa monture, ce qui peut amplifier la situation et le danger.   l’importance de comprendre et d’accepter sa peur quelle que soit l’origine de la peur, il est important de l’identifier et de l’accepter afin de pouvoir s’en libérer. ensuite, il est important d’analyser objectivement les situations où vous avez eu peur. avoir une vue objective des circonstances dans lesquelles vous avez ressenti de la peur vous permet d’apprendre de vos erreurs et de ne pas continuer à les reproduire. À terme, cela permet de trouver des solutions pour vous aider à dépasser vos peurs. la peur est une émotion, et il est tout à fait possible de la maîtriser. comment faire pour dépasser sa peur à cheval ? la posture : travaillez sur vous-même et sur vos émotions. respirez profondément et ne bloquez pas votre respiration. relaxez-vous et adoptez une posture décontractée. le monologue intérieur : concentrez-vous sur votre objectif et pas sur ce qui risque d’arriver. dites-vous que le cheval est votre ami, et que si vous restez calme, il ne peut rien vous arriver. lorsque l’on souhaite dépasser sa peur à cheval, il est essentiel de faire les choses progressivement. décomposez les difficultés en petits sous-objectifs. procéder de cette façon vous permettra d’aller un peu plus loin à chaque séance et d’obtenir de petites « victoires » qui vous aideront à reprendre confiance. par exemple, si vous avez peur des allures vives, allez de plus en plus vite, mais très progressivement. si vous n’arrivez pas à vaincre votre peur, ne restez pas seul face à elle. faites-vous accompagner par un professionnel. si votre enseignant n’est pas compréhensif, changez d’enseignant ! et si ça ne marche pas ? vous pouvez faire appel à un psychologue ou à un autre professionnel de la thérapie.   mon cheval a peur, comment l’aider ? tout d’abord, éclaircissons un point : un cheval ne sait pas faire semblant d’avoir peur. comme tous les animaux, ils vivent dans le moment présent et ne font que réagir à ce qui les entoure. certains chevaux prendront peur plus facilement que d’autres selon leur tempérament, leur passé et leur humeur.   faut-il punir un cheval qui a peur ? les chevaux ont souvent peur de ce qu’ils ne connaissent pas et gardent longtemps la mémoire d’une mauvaise expérience. comme ce sont des animaux à l’instinct de fuite exacerbé, la punition n’entraînerait qu’une surcharge émotionnelle. la punition est la pire des réactions face à la peur.   que faire face à un cheval qui a peur ? la méthode la plus efficace face à la peur pour la majorité des chevaux : l’indifférence. comment faire ? ignorez la peur de votre cheval, resterez le plus décontracté et impassible possible. une fois le cheval calmé, revenez à ce que vous étiez précisément en train de faire le plus rapidement possible. soyez calme et indulgent, c’est la meilleure méthode. en restant parfaitement calme, votre cheval prendra confiance en vous parce que votre attitude sera rassurante.   avec les chevaux, les meilleures armes sont la patience, la persévérance et le calme.   pour que les situations nouvelles et inconnues deviennent moins effrayantes, confrontez-y votre cheval régulièrement, mais doucement. la présence du cavalier et la confiance que le cheval lui accorde ont une importance déterminante. un cheval qui a confiance en son cavalier se fiera à lui et calquera son comportement sur le sien. besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

chevaux en automne

Tous nos conseils pour protéger votre cheval en automne

L’automne arrive et son lot de vent, de pluie et de chute des températures aussi. À chaque changement de saison, nos animaux sont soumis à de nouveaux risques sanitaires. alors que faire, pour que votre cheval vive le changement de saison le mieux possible ? voici 9 conseils pour aider son cheval à affronter l’automne et l’hiver à venir, en toute sérénité.   comment préparer un cheval à l’automne ?   vermifuger le cheval comme chaque changement de saison, l’arrivée de l’automne présume une nouvelle administration de vermifuge. en fonction de l’âge de votre animal, de son poids, de son état de santé, de son mode de vie et de son environnement, vous devrez adapter les doses. demandez conseil à votre vétérinaire sur le choix de la molécule et de l’intérêt d’une vermifugation. vermifuger son cheval permet de prévenir les infestations par tous parasites internes adultes, larves et vers compris. cela protégera votre cheval des nombreuses pathologies, telles que les coliques, diarrhées ou la perforation intestinale.   traiter le cheval contre les tiques de nombreuses solutions existent pour prévenir l’infestation de tiques chez le cheval. sprays, répulsifs aux huiles essentielles, comprimés au sélénium… À vous de choisir la meilleure option ! les tiques, au-delà d’être gênantes pour le cheval, entraînent des maladies comme la piroplasmose et la maladie de lyme. ces deux pathologies sont graves et dangereuses pour la santé du cheval. bien diagnostiquées, elles se soignent assez facilement. empêcher le cheval de manger des glands les glands sont toxiques pour les chevaux à cause des tanins qu’ils contiennent. les glands verts sont les plus toxiques. les symptômes sont : constipation, diarrhée, perte d’appétit, coliques, urines foncées et épaisses, hémorragie intestinale et parfois, mort du cheval. si la pâture de votre cheval contient des chênes, changez-le de pâture ou installer des clôtures autour des arbres.   tondre son cheval en automne chez le cheval, les poils courts doux et épais servent d’isolant contre le froid. les poils longs en surface, servent à se prémunir de l’humidité et gardent la peau du cheval au sec. il faut donc adapter la tonte du cheval en fonction de son travail (intensif ou non) et de sa condition de vie (pré ou box). si le cheval ne travaille pas ou peu, il n’est pas nécessaire de le tondre. une couverture séchante après le travail peut suffire. tondre un cheval lui permet de diminuer sa transpiration et facilite le séchage après le travail. plus il sèche vite, moins il est susceptible d’attraper froid. si vous souhaitez tondre, la tonte commence à la fin de l’automne. c’est à ce moment que les chevaux font leur poil d’hiver et commencent à transpirer plus abondamment.   installer un abri à cheval le froid et l’humidité entravent la thermorégulation chez le cheval. la pluie est donc un facteur dérangeant pour lui. un cheval au pré doit pouvoir s’abriter sous un abri trilatéral, exposé au sud ou à l’est qui le protège du vent et des intempéries.   aérer les box et ventiler les écuries pour les chevaux en box, il sera nécessaire de bien ventiler les écuries. en effet, les dépôts de poussières et les courants d’air peuvent engendrer des maladies pulmonaires. entretenir les pieds du cheval en automne l’humidité peut abîmer les fourchettes, rendre les cornes molles, etc. pour protéger les pieds d’un cheval, appliquer régulièrement de la graisse ou de l’huile adaptées à la saison. le goudron de norvège, par exemple, permet d’assécher et de garder la fourchette saine.   soigner les pieds d’un cheval en automne pour prévenir et éviter de tondre les membres et les fanons, il faudra doucher les membres après le travail. en effet, il est nécessaire d’enlever la boue et le sable. le plus important est de penser à bien sécher les pâturons. parfois, avec le froid et l’humidité, des blessures peuvent apparaître : les crevasses: elles sont souvent liées à une humidité persistante sur les membres, qui favorise l’apparition de germes ; la gale de boue: elle se développe avec l’humidité et infecte les pâturons. elle peut entraîner des lésions de la peau, comme des crevasses ou des plaies. en cas de lésion, vous pourrez tondre pour mieux nettoyer.   adapter l’alimentation en automne adapter l’alimentation en fonction de la qualité de la pâture, de l’activité du cheval et de son état de santé. si besoin, complémenter en foin. par ailleurs, les chevaux adorent ronger le bois et les branches à certaines périodes de l’année, en particulier en automne. avant, les prairies étaient bordées de haies et les animaux pouvaient facilement complémenter leur ration en mangeant dans les haies. les chevaux raffolent des branches et des tailles d’arbres. attention cependant, tous les arbres ne conviennent pas. il faut proscrire tout ce qui est exotique, ornemental et conifère. donnez-leur du noisetier, du saule, de l’aubépine, du frêne et des arbres fruitiers. n’oubliez pas non plus des plantes comme les orties et les charbons qui, une fois fauchées et un peu séchées, sont des aliments très appréciés   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram ! ....

travail a pied cheval 2

Le travail à pied et aux longues rênes : guide pratique

Le travail à pied et aux longues rênes est idéal pour prendre contact avec votre cheval. ces exercices permettent de vous mettre en communication avec lui. de nombreux chevaux aiment travailler sans cavalier sur le dos. ces techniques sont donc parfaites pour nouer de nouveaux liens et pour lui apprendre de nouvelles choses. comment travailler à pied et aux longues rênes avec son cheval ?   pourquoi travailler à pied avec son cheval :   travailler à pied, c’est le meilleur moyen de faire connaissance. vous pouvez observer la façon dont votre compagnon se déplace et pose ses pieds. vous pouvez mieux voir les moments où il se décontracte ou au contraire se raidit. autant de signes que l’on ne perçoit pas forcément en selle. avoir une vision extérieure du cheval permet de mieux le visualiser. essayez de focaliser votre attention sur la ligne du dessus, des oreilles jusqu’à la queue. l’énergie doit circuler le long de cette zone. de nombreux chevaux ayant été montés présentent une sorte d’atrophie musculaire à cet endroit. en effet, la selle, des enrênements trop contraignants ou des embouchures trop dures créent une zone de cassure, où l’énergie ne circule plus. le travail à pied, au travers de différents exercices, permet de libérer ces zones de blocage. il est important de laisser le cheval se servir de son corps sans contrainte. quinze à vingt minutes de longe sont particulièrement bénéfiques avant la monte. si vous travaillez à pied régulièrement, votre communication deviendra en plus subtile. vous allez apprendre le langage du cheval.   comment bien travailler aux longues rênes et à pied ? tout d’abord, il est important de rester concentré.e. votre cheval pose des questions, soyez prêt.e à lui répondre ! si vous êtes au téléphone, en train de regarder ailleurs ou de bavarder, la question du cheval reste sans réponse. il est primordial d’être “à l’écoute”, de savoir déchiffrer son langage. c’est une question d’habitude et de bon sens naturel. travailler à pied et établir une vraie communication est un gain de temps une fois en selle. mais comment faire ? c’est très simple. quand le cheval va dans le sens de l’objectif choisi, vous relâchez la pression. À l’inverse, s’il s’en éloigne, vous maintenez ou renforcez la pression. l’essentiel est de placer le cheval dans le confort ou dans l’inconfort, afin de l’emmener à aller dans votre sens. pour ce faire, il existe de nombreuses nuances. le confort, c’est aussi cesser une action, récompenser par une friandise ou une caresse, rentrer à l’écurie… mettre le cheval dans l’inconfort, c’est maintenir une forme de gêne. celle-ci l’incite à venir ou à revenir dans la situation où il peut évoluer sans contrainte, dans une sorte de liberté surveillée. l’inconfort, ce n’est jamais une violence ou une agression physique ! il faut en quelque sorte montrer au cheval le chemin qui mène vers la solution : le confort. À terme, le travail à pied doit devenir un moment de complicité et de compréhension mutuelle.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram ! ...

enrenements cheval

Les enrênements : comment bien les utiliser ? Guide pratique

Les enrênements sont définis comme un ensemble de courroies agissant sur l'embouchure du cheval. cela signifie qu’ils agissent sur l'attitude physique du cheval, généralement en travaillant sur le placement de la tête et de l'encolure. mais pourquoi utiliser des enrênements ? parce qu’ils permettent de parfaire l'attitude du cheval, mais aussi de le muscler correctement. enfin, de bons enrênements facilite la monte. alors, comment utiliser les enrênements ? et quels enrênements utilise-t-on pour quel travail ?   comment utiliser correctement les enrênements ? il est tout d’abord nécessaire de préciser que les enrênements requièrent une solide formation de cavalier, ainsi qu’une bonne connaissance des notions de biomécanique du cheval. ceci afin d’appliquer des précautions d'emploi, indispensables à la santé et au bien-être de l’animal. il existe des enrênements pour le travail monté et pour le travail à pied, principalement à la longe. les enrênements servent de limite supérieure et interviennent pour la plupart sur l'orientation de l'encolure. la majorité des enrênements limitent l'élévation de la tête et donc la capacité du cheval à n’en faire... qu’à sa tête ! ainsi, lorsque l'attitude du cheval se modifie, l'enrênement agit. s’ils sont correctement utilisés, le cheval cède et l'enrênement se détend. il est primordial que leur action ne soit que ponctuelle et qu’elle cesse dès lors que le cheval retrouve une attitude juste. le choix de l'enrênement dépend du travail effectué avec le cheval, mais aussi de son niveau de dressage et de sa formation physique. par exemple, pour le travail sur le plat, on utilisera le gogue ou les rênes allemandes. les enrênements en selle nécessitent une monte très fine du cavalier. en effet, il doit être capable d'utiliser de façon distincte les rênes de filet et celles de l'enrênement.   quel type d’enrênements pour quel exercice ? les élastiques : deux élastiques en caoutchouc attachés soit latéralement au surfaix du cheval, soit entre ses antérieurs. ils sont fixés aux anneaux du mors et servent à muscler le dos du cheval et à le « placer ». il ne faut surtout pas les attacher trop court. le cheval est censé les tendre en se « posant » sur le mors. l'élastique extérieur sera légèrement plus long que l'intérieur, afin de permettre au cheval de s'incurver. cet enrênement est utilisé dans le travail à la longe pour empêcher le cheval de donner des coups de tête vers le haut. il sert aussi en voltige, pour les mêmes raisons. les rênes fixes : elles sont utilisées pour obtenir le ramener et fonctionnent comme les élastiques. ce sont deux rênes attachées latéralement au surfaix du cheval. le cheval les tend en se portant en avant. le chambon : il s'attache sous le ventre du cheval, passe par une poulie sur la têtière et s’attache avec des mousquetons au mors. il sert à consolider les muscles du dos du cheval. parfois, il est utilisé pour modifier un défaut d'orientation de la ligne du dessus (le cheval est creux). il oriente l'encolure du cheval vers le bas et l'étire loin devant. le chambon tire sur la bouche du cheval et se détend lorsque celui-ci se relâche et cède. il ne doit être utilisé qu’au pas ou au trot, pendant de courtes séances et uniquement à la longe. c’est un enrênement sévère et contraignant. le réglage doit se faire très progressivement et le cheval doit avoir été échauffé et détendu avant la mise en place. les martingales : elles limitent l'élévation de la tête du cheval et canalisent les mouvements latéraux. ce sont des enrênements durs, réservés aux cavaliers émérites. la martingale fixe : une courroie fixée à la sangle sous le ventre du cheval et à la muserolle, maintenue en place par un collier. c’est un enrênement sévère, utilisé avec les chevaux qui lèvent excessivement la tête pour se soustraire à la main. la martingale à anneaux : une courroie fixée à la sangle sous le ventre du cheval, se séparant en deux courroies terminées par des anneaux dans lesquels coulissent les rênes de filet et maintenue en place par un collier. elle force le cheval à baisser la tête et l'encolure lorsque les rênes sont tendues.   les gogues : le gogue fixe : une courroie fixée à la sangle terminée par un anneau de poitrail et une courroie fixée à la têtière terminée de chaque côté par une poulie à la hauteur du frontal. deux cordelettes partent de l'anneau de poitrail et passent de chaque côté, à travers la poulie de têtière, puis à travers l'anneau du mors de filet, pour revenir se fixer à l'anneau de poitrail. le gogue fixe sert à maintenir la tête du cheval en place et provoque l'abaissement de l'encolure. il permet ainsi de muscler le dos du cheval. le gogue commandé : c’est la version améliorée du gogue fixe. il permet de mieux doser les effets de l'enrênement. les cordelettes du poitrail sur le gogue fixe sont ici tenues par le cavalier. le cavalier cède dès que le cheval est placé. rênes allemandes ou coulissantes : les rênes coulissent dans les anneaux du mors et s'attachent soit à la sangle (entre les antérieurs ou sous le ventre), soit sur les côtés (sous les quartiers de la selle). si le travail est non monté, elles sont fixées à un surfaix avec des anneaux latéraux de réglage. les rênes coulissant dans les anneaux du mors sont montées dans des positions différentes en fonction du but recherché. utilisées montées, elles permettent de placer le cheval en lui fléchissant la nuque.   rêne colbert : la rêne colbert passe sur l'encolure du cheval et traverse les anneaux. il est recommandé d'utiliser un filet à aiguilles pour éviter que le mors soit tiré sur le côté de la bouche.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

aptitudes en fonction de la race du cheval

Les aptitudes en fonction de la race du cheval – guide complet

Chaque cheval est différent. toutefois, en fonction des races, certains aspects se dégagent. zoom sur les aptitudes spécifiques aux principales races de chevaux de france. quelle race de cheval pour quel type de discipline ?   l’anglo-arabe les chevaux anglo-arabe sont d’origine française. on en voit donc beaucoup sur l’hexagone. ils sont puissants, rapides, résistants, intelligents et courageux. ils sont bons dans la plupart des disciplines équestres. ils excellent dans le dressage, le cso, le cce, l’endurance et les courses. dotés d’une morphologie proportionnée et généralement musclée, ce sont des chevaux à tête fine. leur robe est généralement grise (la plus commune), alezane, baie ou baie-brun.   l’appaloosa selon la légende, l’appaloosa est un cheval qui fut capturé par les nez-percés, une tribu indienne des États-unis. son succès, dû à sa robe souvent tachetée, le sauva de la disparition dans les années 1930. intelligent, calme, franc, vif et athlétique, ce cheval requiert tout de même un certain niveau d’équitation. il est bon dans les disciplines d’équitation western et de dressage. c’est un cheval au corps court, musclé et à la tête fine. sa robe est le plus souvent tachetée léopard et parfois être blanche.   le camarguais le cheval de camargue est un pur produit français. dans sa région d’origine, cette race est élevée en semi-liberté. initialement conçue pour aider à guider les troupeaux de taureaux, ce cheval est idéal pour faire de la randonnée et des jeux équestres, comme le horse-ball. franc, dynamique, résistant, courageux et endurant, c’est une excellente race. c’est un cheval à la morphologie bien développée, à la tête carrée et à la robe grise.   le frison le frison tire son origine de frise, en hollande. sa couleur noire uniforme et ses longs crins lui valent parfois le surnom de « perle noire ». c’est un cheval magnifique qui fait des émules dans les concours de beauté. puissant, sensible, intelligent, avec une bonne mémoire et le pied sûr, c’est un excellent cheval de dressage et d’attelage. c’est un cheval massif, musclé et délié aux lignes pures. son poitrail est bien développé et sa croupe est plus fine. sa robe est toujours uniformément noire.   le pur-sang anglais en france, le pur-sang anglais, surnommé thoroughbred, est principalement élevé dans les départements du calvados et de l’orne. cette race de cheval est relativement récente. les pur-sangs anglais font partie des chevaux les plus rapides au monde. courageux, sensible, vif et quelque peu lunatique, ce cheval est assez difficile à monter. les disciplines dans lesquelles il excelle sont la course, le cso, le dressage et le cce. le corps du pur-sang anglais est longiligne et athlétique et sa tête est fine et rectiligne. il peut être bai, alezan ou gris.   le pur-sang arabe le cheval pur-sang arabe est originaire du moyen-orient. c’est l’une des plus anciennes races de cheval au monde. beaucoup de races de chevaux sont en partie composée de pur-sang arabe. de nombreux cavaliers et amateurs de chevaux considèrent cette race comme la plus pure et la plus fine. c’est un animal sensible, intelligent, vif, maniable, sociable, obéissant, mais nerveux. il est donc réservé à des cavaliers confirmés, tout comme son homologue anglais. c’est un cheval excellent en équitation western, en dressage et en endurance. le pur-sang arabe est un cheval au corps fin et proportionné avec une tête fine et concave. toutes les robes sont admises, les plus courantes étant gris, alezan, bai et noir. le barde surnommé le cheval de barbarie par les écrivains romains, le barde est une race ancienne, originaire d’afrique du nord. c’est un cheval qui s’adapte aussi bien aux cavaliers débutants qu’aux cavaliers confirmés. le cheval de race barde est un animal polyvalent, résistant et endurant, parfait pour les longues randonnées. doux, sociable, intelligent, vif, équilibré, docile et courageux, il excelle également en attelage, en endurance, en dressage, en cso et en trec. les chevaux barde ont un corps fin et musclé et une tête fine. ils sont gris, bais ou alezans.   le selle français la selle français est, comme son nom l’indique, majoritairement d’origine française. cette race provient des croisements de chevaux normands, vendéens, hollandais, arabes et anglais. ce sont des chevaux de grande taille, taillés pour le sport. ils se révèlent d’excellents compagnons, parfaitement adapté aux cavaliers débutants et aux compétiteurs confirmés. sensibles, intelligents, faciles et dociles, ils sont excellents au dressage, à la voltige, en cso et en cce. ce sont des chevaux grands, forts et musclés avec une tête fine et une robe alezane, baie ou baie-brune.   le trotteur français le trotteur français est une race de cheval très récente, puisqu’elle est apparue au xxème siècle. elle est issue de la popularité grandissante des courses en grande-bretagne et aux États-unis. c’est un cheval endurant et robuste, calme, gentil et vif. toutes ces qualités en font le cheval le plus populaire dans les centres équestres. de fait, il est aussi bien destiné aux cavaliers débutants qu’aux plus confirmés. les trotteurs ont un corps long et musclé avec une tête droite et une robe alezane ou baie.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

acheter un cheval comment faire

La visite d’achat de votre cheval : que faut-il savoir ?

Vous rêvez d’acquérir votre propre cheval, mais vous n’êtes pas tout à fait sûr.e de faire le bon choix ? la visite d'achat d'un cheval par un vétérinaire équin est essentielle. elle a lieu juste avant la signature d'achat définitive et évite bien des déceptions. elle vous protège notamment contre les vices rédhibitoires (maladie, problème physiologique…). voici quelques conseils sur la visite d’achat vétérinaire qui vous permettront de franchir le cap sereinement !   qu’est-ce que la visite d’achat et de quoi vous préserve-t-elle ?   avant la visite d’achat : avant la visite d'achat d'un cheval vous avez trouvé la monture qui vous correspond, et vous avez pris le temps de l'essayer ? c’est parfait ! maintenant, le vendeur doit vous présenter tous les papiers de votre nouveau compagnon, à savoir : le livret signalétique (ou document d'accompagnement du cheval) avec ses origines, son signalement et l’attestation concernant la mise à jour des vaccins ; la carte de propriété ou carte d'immatriculation à jour des endos. le cheval peut aussi avoir un livret spécifiant qu'il est « plein papier » ou un livret où il est déclaré onc (origines non constatées).   déroulement de la visite d’achat de votre cheval : la visite d'achat permet de déceler d'éventuels vices rédhibitoires ou pathologiques qui ne vous permettraient pas d'utiliser votre cheval comme prévu. faites toujours appel à votre vétérinaire plutôt qu’à celui du vendeur et soyez présent le jour de l’examen. cet examen représente un certain coût (environ 350 € ou plus si examens complémentaires). généralement, un accord est passé avec le vendeur : si la visite est positive, vous prenez en charge le coût de la consultation ; si la visite est négative, le vendeur prend en charge la facture ; vous et le vendeur partagez les frais. une fois ces formalités établies, le vétérinaire examine minutieusement le cheval. il procède à un examen général clinique et à une visite orthopédique. ensuite, il donne ses conclusions et son avis sur l'état général de santé du cheval. il ne vous reste plus qu’à conclure ou non l'achat du cheval en toute connaissance de cause. pendant l’examen général clinique, le vétérinaire examine les principaux organes (cœur, poumons, yeux, dents, dos et l'absence de plaies et de lésions). l'examen orthopédique est d’abord réalisé à l'arrêt, puis en mouvement. il sert à vérifier les aplombs et à rechercher des tares, des déformations ou des gonflements. le vétérinaire fait aussi travailler le cheval aux 3 allures en ligne droite, sur des cercles, sur un sol mou et/ou dur, pour repérer d'éventuelles boiteries. quels sont les vices rédhibitoires les vices rédhibitoires, aussi appelés vices cachés, permettent d'annuler une vente. ils sont au nombre de 7 : l’immobilité ; les tics proprement dits avec ou sans usure des dents ; l’emphysème pulmonaire ; les boiteries intermittentes anciennes ; l’uvéite isolée (inflammation de l'uvée, partie intermédiaire pigmentaire de l'œil) ; le cornage chronique (bruit des chevaux poussifs lorsqu'ils sont en mouvement) ; l’anémie infectieuse.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

Ennui chez le cheval

Ennui chez le cheval : comment faire pour que ça n’arrive pas ?

Alors que certains chevaux ont la liberté de pouvoir vivre proche de la nature ou de bénéficier de sorties régulières, d’autres se retrouvent souvent « enfermés ». tout comme nous, les chevaux ont besoin de se défouler, de bouger, d’avoir des compagnons ou des copains, autrement, cela vient fortement toucher le moral de l’animal qui aura également des conséquences sur la qualité du travail, la volonté du cheval et sa santé.   si votre cheval, ou les chevaux d’un club, passent la plus grande partie de leur temps enfermés dans leur box, il en va clairement que s’il ne sort pas, ou alors, juste pour l’exercice, l’ennui du cheval sera fortement présent.   Évidemment, tout le monde ne peut pas avoir un accès libre à une pâture ou à un paddock. si tel est votre cas et que vous pouvez vous rendre au manège faites-le, mais prenez soin de laisser votre cheval libre de ses mouvements et le laisser gérer ses allures. vous le savez, lors de la pratique d’exercices, c’est vous qui lui dicter les règles, lui est le suiveur. lors de ces périodes, il se sentira limiter, sans liberté. À contrario, en lui laissant du temps libre où il pourra vaquer à ses occupations favorites telles que trotter, brouter l’herbe fraîche ou encore se rouler au sol, vous constaterez un véritable changement. c’est une chose importante pour cet animal qui a besoin d’espace.   vous pouvez même lui offrir le bonus d’un compagnon de jeu, comme son copain d’écurie par exemple ! et comme le cheval est très intelligent, il comprendra vite qu’il a le droit à ces petits moments de détente, ce qui par conséquent, limitera ses baisses de moral, car il saura que quelques jours après, ou au plus tard, la semaine d’après, il aura son petit moment de sortie !   si vous êtes propriétaire d’un cheval, il sera encore mieux pour lui de l’emmener en balade en forêt, près d’un point d’eau, ou en prairie ! pouvoir prendre un bain aérien différemment que dans son environnement habituel lui fera le plus grand bien, vous le ressentirez également sur sa façon de se comporter : épanouissement. et un cheval épanoui est un cheval qui ne s’ennuie pas !   au cas où vous le pouvez, essayez au maximum de laisser à votre cheval un moment de liberté post-entraînement dans le manège ou en pâture. cela favorisera à coup sûr sa manière de récupérer grâce à une meilleure reprise de son souffle et d’évacuation de la transpiration ! de plus, c’est une partie bien méritée par votre cheval qui aura fourni tous les efforts que vous lui aurez demandés, à son tour d’être récompensé !   limiter l’ennui du cheval au box. bon, c’est bien beau d’éviter l’ennui hors du box, mais il y a bien des moments où votre cheval ne peut pas y échapper. nous pensons ici à la nuit, aux périodes de grands froids ou de fortes chaleurs.   nous allons donc vous donner quelques pistes pour que le box ne soit pas un endroit synonyme d’ennui pour le cheval !   astuce 1 : trouve-moi si tu peux et si vous cachiez quelques morceaux de carottes dans le foin de son box ? vous avez deux manières de procéder pour ce jeu. la première consistera à cacher les morceaux pendant que le cheval se fait brosser ou laver en extérieur. lorsqu’il rentrera au box, si celui-ci a un bon flair, il comprendra qu’il y a une nouvelle odeur et se mettra à chercher dans le foin.   la seconde méthode, c’est de les cacher pendant qu’il est là, ce sera peut-être moins drôle, car il vous aura très certainement repéré, mais il se trouvera dans une phase d’amusement et partira à la recherche immédiate de ses bouts de carottes (que vous aurez bien cachés, n’est-ce pas ?)   astuce 2 : un joli collier et pourquoi les chevaux n’auraient-ils pas le droit à un petit bijou ? bon, c’est vrai, ce n’est pas exactement le même concept que nous, mais ça aurait pu ! le principe du collier de pommes est de suspendre des pommes dans le box. vous n’aurez qu’à ôter le trognon de plusieurs pommes (sans les couper) et les enfiler sur une corde solide. au sommet de la corde, faites un nœud que votre cheval ne pourra pas enlever en tirant et accrochez le final en hauteur dans le box. en voyant ça, le cheval va tenter de mordre dans le fruit défendu et cela risque de l’occuper un bon bout de temps puisque la corde ne sera pas stable et donc, rendra la chose plus difficile ! auquel cas, il n’y arrive pas tout de suite, il abandonnera mais finira par y revenir bien vite. il ne pourra résister à l’appel de la gourmandise ! l’avantage des pommes, c’est qu’elles se trouvent être moins sucrées que les friandises classiques et apportent de nombreux bienfaits. astuce 3 : des massages à volonté qui ne rêve pas d’un bon massage de temps en temps ? on ne sait pas vous, mais nous, on sait que les chevaux adorent ça ! d’ailleurs, vous avez peut-être remarqué que le cheval à tendance à se frotter contre certaines parois au niveau de la croupe, c’est une occasion de lui offrir un confort supplémentaire. pour ce faire, il suffira d’accrocher 2, 3 ou 4 brosses à hauteur de la croupe de votre cheval pour qu’il puisse s’y frotter dès qu’il en aura envie. vous verrez, c’est un grattoir qu’il va vite adopter. si vous ne possédez pas un nombre de brosses suffisant pour cela, vous pouvez opter pour les rondins de bois. il faudra tout simplement l’accrocher au mur, à la même hauteur que pour les brosses. pensez tout de même à y enrouler quelque chose de moelleux, comme une couverture épaisse, pour ne pas qu’il se fasse mal.   astuce 4 contre l'ennui chez le cheval : un peu de fraîcheur votre cheval est un petit gourmand qui aime les friandises ? cette astuce risque de lui plaire ! il vous suffira de faire des glaçons à bases de fruits frais. on vous explique ; prenez un grand récipient en plastique, versez-y de l’eau (pas à ra-bord) et des morceaux de fruits. placez-le tout au congélateur pour la nuit ou la journée. une fois le glaçon formé, vous n’aurez qu’à le placer dans la mangeoire de votre cheval, à lui de lécher la glace et y découvrir les fruits !   cette idée est idéale lors des périodes un peu chaudes. c’en est fini pour les astuces anti ennui ! avec ces 4 solutions autant occupantes qu’amusantes, votre cheval connaîtra des jours plus épanouis dans son box !   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

figures de dressage cheval equitation

Les différentes figures de dressage des chevaux

Les figures de dressage s’effectuent en manège ou sur une carrière et consisteront à faire travailler souplesse et maniabilité au cheval. si vous souhaitez évoluer sur ces figures, il faut en connaître leur composition et savoir ce qui sera demandé à notre équidé. il faut savoir qu’il existe de nombreuses figures de dressage, mais nous allons nous pencher sur les principales que vous devrez utiliser. en termes de dressage, on compte deux catégories de figures ; les figures avec changement de main et les figures sans changement de main. lorsque l’on dit changement de main, on ne parle pas des mains à proprement parlé, mais du changement de sens du cavalier lors de la pratique. entre autres, il s’agira de la rotation effectuée. au moment où le cavalier changera de sens après une figure, nous dirons qu’il « change de main ». par exemple, le cavalier marchera piste à gauche si sa main gauche se trouve être du côté intérieur du manège. si sa main droite se trouve être à l’intérieur du manège, il marchera donc piste à droite. le manège ou la carrière standard pour le dressage mesure 60 mètres de longueur sur 20 mètres de largueur et laisse des espaces de 12 mètres entre chaque lettre se trouvant sur les côtés de la piste de pratique. ces lettres sont un repère servant à diviser le manège et indiquer les arrivées/départs. maintenant que vous savez à quoi servent les figures de dressages, où est-ce qu’elles se pratiquent et comment se compose le manège, nous allons pouvoir passer à leur énumération !   le cercle de diamètre situé entre 10 et 20 mètres, la forme arrondie que représente le cercle est sans doute la plus simple à réaliser. pour bien l’effectuer, il va falloir créer une rêne d’ouverture dans le but d’incurver votre cheval. par incurver, nous entendons que le cheval se trouvera arrondi sur son cercle.   la volte figure similaire au cercle, la volte est la réalisation d’un cercle de petite taille. c’est une figure de dressage mesurant au maximum 10 mètres de diamètre. vous pouvez en effectuer de plus petites, qui mesureront au minimum 6 mètres de diamètre.   le doubler pour effectuer le doubler, en largeur ou en longueur, il s’agira de traverser le manège en ligne droite et perpendiculaire par rapport à la piste précédemment quittée. le doubler est une figure pouvant aussi bien être faite avec changement de main à la fin de la ligne, ou non. si vous souhaitez un bon doubler, il vous faudra tourner à peu près un mètre avant la lettre marquant le point de départ, cette manœuvre permettra de terminer aligné correctement. on pourra alors parler de rectitude, ce qui signifiera que le cheval est « droit sur son doubler ».   la diagonale cette figure de dressage fait parmi de celles qui consistent à traverser le manège et permettant un changement de main sur une diagonale. À titre d’exemple, vous pourrez partir d’un coin pour arriver à un point opposé diagonalement. la demi-volte sur le même principe que la volte vue plus haut, la demi-volte, comme son nom l’indique consiste à effectuer un demi-cercle. ce cercle sera d’une dimension de 10 mètres de diamètre qui sera suivi d’une ligne diagonale. sur cette figure, il vous effectuerait un changement de main.   la demi-volte renversée par rapport à la demi-volte, la demi-volte inversée consiste à effectuer la diagonale avant le cercle. la dimension du cercle ne changera pas et restera de 10 mètres de diamètre. cette figure permet également un changement de main.   la serpentine commençant au milieu du petit côté du manège, la serpentine est une figure qui se traduira par une série de trois, voire quatre, demi-volte. elle se terminera au milieu du petit côté opposé du manège. la serpentine est sûrement la plus difficile à maîtriser, car chacune des demi-voltes devra avoir la même taille. il en sera également plus compliqué pour le cheval puisqu’il devra effectuer une petite poignée de foulées sur la piste après chacune des boucles et effectuer un changement de sens d’incurvation arrivé au milieu de la piste.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

tonte du cheval

Comment mettre un cheval à la retraite et à quel âge ?

Ça y est, l’heure de la retraite a sonné pour votre cheval ? il faut tout d’abord savoir que l’âge d’un cheval n’a rien à voir avec le nôtre. eh oui ! un cheval de 20 ans aura en réalité 60 ans. un cheval a une longévité d’environ 30 ans ou au maximum 40 ; imaginez un peu l’âge réel que ça lui fera ! le moment de mise à la retraite d’un cheval ne sera pas le même pour tous. cela dépendra de son passé, de ce à quoi il aura servi ou encore de sa santé physique. il y aura, par exemple, des chevaux mis à la retraite assez jeunes tandis que d’autres, le seront bien plus tard et pourront continuer à être montés. lorsqu’un cheval est mis à la retraite très jeune, la cause très probable sera la blessure qui avec le temps, ne pourra être entièrement réparée et ne rendra pas la possibilité au cheval de continuer le travail. ainsi, la mise à la retraite de votre animal devra être préparée.   prévoir la retraite de son cheval chaque « catégorie » de chevaux prendra sa retraite à un moment différent. nous allons voir ce qui en est pour les chevaux destinés aux sports et les chevaux de club. il faudra également prendre en considération le moral du cheval. chevaux de sport Énormément sollicités lors de leur carrière, les chevaux étant destinés au sport équestre seront mis à la retraite assez tôt, vers l’âge de 15, voire 20 ans. il est bon de savoir que le type de sport pratiqué par l’animal détermine aussi sa mise à la retraite. pour cause, les chevaux trotteurs stoppent leur carrière vers l’âge de 10 ans alors que les galopeurs devront s’arrêter à environ 5 ou 6 ans. cela est dû aux problèmes locomoteurs (cheval qui boite, etc.)   chevaux de club par rapport aux chevaux sportifs, les chevaux de club pourront se retrouver à la retraite bien plus tard. si chez un cheval de compétition, les problèmes locomoteurs sont un handicap à la poursuite de la carrière sportive, chez un cheval de club, cela n’aura moins de conséquence sur le travail demandé. cependant, il faudra avant tout être à l’écoute de votre cheval et prendre en considération que chaque cheval sera différent. un autre point important quant à la mise à la retraite : le moral. effectivement, le cheval est un être vivant, avec des sentiments et des ressentis. il est donc possible que votre animal se sente fatigué psychologiquement et c’est une chose que vous remarquerez si celui-ci démontre un refus d’obéissance, des oreilles régulièrement misent en arrière ou bien même s’il ne supporte plus les visites. ce sont tout autant de symptômes qui vous signale que l’heure de la retraite approche. attention, elle sera à anticiper et à préparer afin de ne pas perturber d’un seul coup ses habitudes. vous n’allez pas pouvoir le faire passer d’exercices réguliers à vie au pré sans transition engrenée. même si cela ne pose pas trop problème chez certains, chez d’autres, il est probable que le changement le stress et se retrouve dans une situation psychologiquement difficile. nous vous conseillons d’opter pour une période agréable où votre cheval à la retraite pourra s’adapter telle que l’automne ou le printemps. pensez aussi à continuer de le monter de temps à autre, ne le laissez pas tomber dans l’ennui et faites-le marcher de manière régulière ou en post-entraînement pour favoriser sa récupération. point supplémentaire : un cheval à la retraite n’est pas un cheval bon à rien, au contraire, il sera capable de bien des choses comme garder un œil sur les poulains, leur apprendre les bons gestes, les bonnes manières. il n’est également pas rare de voir des chevaux retraités pouvant encore être montés et ainsi donner confiance aux jeunes cavaliers.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

cheval malade

Les pathologies du vieillissement chez le cheval

Un « vieux cheval » est considéré comme tel à partir de l’âge de 15 ans. un poney lui, sera estimé comme âgé dès sa vingtaine. les chevaux ont tous leurs différences, alors plus ou moins vieux, un cheval nécessitera des soins qu’un autre n’aura pas forcément besoin tout de suite. pour pouvoir assurer les soins en adéquation avec les besoins du cheval, il faut le connaître et repérer les signes du vieillissement qui lui sont propres. prenez tout d’abord note que vieillesse n’est pas synonyme d’une normalité quant à un amaigrissement ou une perte de force, par exemple. faites très attention à ce que certains symptômes inquiétants ne soient pas liées à une maladie quelconque. pour cela, un suivi vétérinaire est essentiel.   les pathologies les plus répandues chez le cheval âgé avec l’âge, de nombreuses maladies peuvent se manifester chez le cheval. nous allons voir quelles en sont les principales.   les problèmes liés aux articulations aussi appelées « problèmes locomoteurs », les difficultés de marche ou de douleurs articulaires font partie des plus répandues chez le vieux cheval. parmi toutes celles pouvant exister, l’ostéo-arthrose est celle qui se présente le plus principalement à l’arrivée de la vieillesse. il s’agit d’une maladie dégénérative faisant perdre les cartilages articulaires. comme pour nous, le liquide synovial, servant à lubrifier les articulations, va doucement se mettre à produire des dégradations de la matrice articulaire. tout cela aura pour conséquence un cartilage érodé et les premières couches de tissus entourant les os se mettront alors à s’épaissir. dans ce cas, il faudra davantage mettre votre cheval au pré afin qu’il se dégourdisse au mieux les jambes et ne surtout pas hésiter à le faire suivre par un maréchal-ferrant.   les pathologies du vieillissement : les problèmes liés à la digestion et à la dentition   là aussi, c’est un problème récurrent que l’on rencontre chez les chevaux âgés, mais aussi chez les plus jeunes. les symptômes qui viendront principalement sont la perte de dents et le déchaussement dentaire, les problèmes à mastiquer, l’usure de la gencive… sans grande surprise, avec ces maux, votre cheval aura bien du mal à se nourrir, ce qui sera susceptible d’entraîner une perte de poids. pour savoir quand la dentition de votre vieux cheval commence à connaître des désagréments, vous remarquerez de suite une difficulté à mâcher et que son temps de prise alimentaire se trouve être plus long que d’habitude. il faut particulièrement faire attention à ce genre de problème, car en mastiquant moins, les aliments ingurgités par votre cheval seront beaucoup moins broyés et donc, beaucoup moins digérer. cela pourra lui provoquer des problèmes digestifs, on pense par exemple aux bouchons œsophagiens. d’autres problèmes digestifs pourront survenir, entre-autre, nous avons l’obstruction de l’intestin, les coliques ou encore les impactions du colon. attention, en cas d’obstruction intestinale, des lipomes pédiculés peuvent venir « étouffer » l’intestin et provoquer une strangulation ; il faudra opérer d’urgence. les problèmes respiratoires le cheval aussi peut rencontrer des problèmes pulmonaires avec la vieillisse. la pathologie la plus répandue quant à ce type de problème est l’emphysème. c’est une maladie qui viendra obstruer les voies respiratoires des vieux chevaux. celle-ci sera davantage susceptible de se développer si le cheval a été, ou est toujours, exposé à un environnement particulièrement poussiéreux ou humide ayant tendance à y avoir des moisissures. vous vous rendrez vite compte que son lieu de vie n’est pas des plus sains lorsqu’il se mettra à tousser de manière courte. la petite toux peut être liée à des phases plus aiguës de difficultés respiratoires.   les problèmes endocriniens on parle ici de maladies endocriniennes, qui se rencontre chez les vieux chevaux de plus de 15 ans. c’est une pathologie, appelée maladie de cushing, qui touche près 30 % des chevaux. c’est une maladie qui engendrera un problème de production de dopamine et une sécrétion hypophysaire produisant un surplus de cortisol, l’hypothalamus se verra donc en phase de dysfonctionnement. en plus de cela, le cheval étant atteint de la maladie de cushing pourra perdre ses poils, prendre anormalement de la graisse et donc du poids. il faut savoir que cette pathologie peut provoquer des problèmes secondaires comme le poil anormalement bouclé et long, un relâchement de la sangle abdominale ou encore une exposition accrue aux infections (que nous verrons dans le prochain point) il est donc important que votre vieux cheval soit pris en charge rapidement et suivi de manière régulière.   les pathologies du vieillissement : les infections avec l’âge, le système immunitaire du cheval peut être endommagé et devenir moins performant. un cheval âgé contractant également des problèmes endocriniens (maladie de cushing ou encore emphysème) se verra être plus vulnérable face aux infections, en particulier les infections respiratoires. pour son bien, il va falloir veiller à ne pas changer trop souvent son environnement vital et de se tenir à un bon suivi de vaccinations. vous pouvez également renforcer son système immunitaire en lui octroyant une suppléance en vitamine dès que l’hiver arrive.   les pathologies du vieillissement : les tumeurs il s’agit malheureusement d’une pathologie pouvant se développer chez le cheval, mais vous pouvez vous rassurer, elle n’intervient que très rarement. liées à l’âge, on distingue deux grands types de tumeurs chez le cheval âgé : les mélanomes : ceux-ci auront tendance à se manifester chez les chevaux au pelage gris en raison de leur peau plus généreuse en pigment. chez le cheval, les métastases ne se développent pas de la même façon que chez nous. la taille et la prolifération seront des facteurs particulièrement handicapants pour le cheval atteint de cette tumeur. les mélanomes sont généralement situés au niveau de la vulve, l’anus, les lèvres ou le fourreau. les carcinomes de la verge : ce type de métastases touche les chevaux mâles et se traduit par un cancer du pénis. il faut être vigilant quant à cette maladie, car elle a la particularité de se développer de manière rapide si une amputation n’est pas préalablement prévue. pour cette raison, nous vous conseillons fortement de consulter au plus vite un vétérinaire dès les premières lésions alarmantes.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

CSO concours en saut d'obstacles

Les différents barèmes en CSO (Concours de Saut d’Obstacles)

Les barèmes en concours de saut d’obstacles, késako ? en faisant parti du monde du cheval, vous avez forcément entendu parler des barèmes et de leurs différents critères. il existe 6 principaux barèmes, parmi lesquels nous pouvons citer barèmes a, barèmes a sans chronomètre, barèmes a au chronomètre avec barrage, barèmes a au chronomètre sans barrage, parcours en 2 phases, Épreuves en 2 manches et barèmes c. vous l’avez remarqué, il y en a tellement que si nous ne sommes pas calés tels des pros sur le sujet, on s’y perd bien vite ! pour cette raison, nous allons vous expliquer ce que signifient tous ces barèmes en cso ! les différents barèmes en cso barèmes a il s’agit du barème le plus utilisé en cso. voici comment sont comptées et pénalisées les fautes : pour un dépassement du temps accordé par seconde = 1 point pour une première désobéissance (refus) = 4 points pour 1 obstacle renversé = 4 points pour faute à la rivière = 4 points pour une deuxième désobéissance (refus) = 8 points le 3ème désobéissance (refus) entraine l’élimination pour une chute du cheval, du concurrent ou des deux = Élimination immédiate pour obtenir les résultats, il s’agira d’additionner les pénalités pour fautes aux pénalités attribuées pour temps dépassé. pour le barème a, le parcours est chronométré. celui-ci servira à départager les concurrents au cas où il y a égalité au niveau des points. barèmes a sans chronomètre avec ou sans barrage le barème sans chronomètre est bel et bien chronométré. le terme « sans chronomètre » signifie seulement que le temps au compteur ne servira pas à départager les résultats des concurrents ayant obtenus une égalité de points. pour ce style de barème, les couples ayant obtenus une égalité de points sont ex-aequo ou sont départagé après un barrage au chronomètre. barèmes a au chronomètre sans barrages ont appellent également ce type d’épreuve « Épreuve de vitesse ». pour ce barème, les concurrents seront départagés selon les fautes émises aux obstacles ainsi qu’au temps. parcours en 2 phases ici, le début du parcours s’effectuera sans chronomètre mais devra être réalisé dans un temps imparti. pour les concurrents ne comptabilisant aucune faute, il y aura poursuite du parcours. suite à ça, ils seront départagés au vu des fautes émises aux obstacles ainsi que celles au chronomètre sur la 2ème phase. en raison de la 2ème phase qui se courre comme un barrage, cette épreuve peut aussi s’appeler « Épreuve à barrage intégré ». barèmes en cso : les épreuves en 2 manches ce genre d’épreuves sera généralement utilisée lors des grand prix pour les cavaliers de haut niveau. il y a, au cours de cette épreuve, un premier parcours (première manche) à réaliser grâce auquel seront sélectionnés au préalable un nombre déterminé de concurrents autorisés à courir le second parcours, aussi appelée « deuxième manche ». les fautes des deux manches seront alors additionnées pour l’obtention des résultats. comme pour les barèmes a, avec ou sans chrono, il y aura possibilité de barrage s’il se trouve y avoir égalité entre concurrents ; il s’agira seulement des concurrents les mieux classés. les barèmes c ici, les fautes sont comptées en secondes. ces secondes seront comptabilisées et viendront s’ajouter au temps que le cavalier aura pris pour réaliser son parcours. le vainqueur sera le couple ayant le total de secondes le plus faible. besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

professions liees au cheval

Les professions liées aux chevaux

Les chevaux, c’est votre dada et vous souhaitez en savoir plus sur les éventuels débouchés de la pratique de l’équitation ? nous allons voir qu’il existe plusieurs activités, toutes différentes, pouvant être en lien avec ce merveilleux animal qu’est le cheval ! dans tous les cas, aimer les chevaux en long, en large, en travers devra être une règle d’or. il ne suffira pas de seulement se dire que c’est une profession et c’est tout, il faudra surtout que votre passion pour cet animal et pour la pratique se fasse ressentir ! alors, vers quels métiers allez-vous bien pouvoir vous tourner ? voici la liste des professions liées aux chevaux. la liste des professions liées aux chevaux entraîneur le but de l’entraîneur va être de préparer le cheval à la compétition sur le plan physique et psychologique. il fera suivre au cheval un programme bien particulier. dresseur le dresseur travaille davantage avec des poulains âgés de 18 mois à 4 ans. le métier du dresseur consiste à apprendre aux jeunes chevaux à porter la selle, à supporter le poids du cavalier et à obéir aux ordres du cavalier. Éleveur en tant qu’éleveur, il consistera à choisir un étalon pour la jument, ceci, dans le but que de produire un poulain avec les meilleures aptitudes possibles pour la discipline auquel il est destiné. l’éleveur surveillera la période de gestation ainsi que la croissance du poulain. vétérinaire comme pour tout autre animal, le vétérinaire équidé se chargera de contrôler la santé des chevaux. il sera également présent lors des compétitions de courses pour soigner les éventuelles blessures et assurer le bien-être physique et psychologique de l’animal. jockey le jockey se verra participer à des courses de chevaux. sportif de haut niveau, son but sera de remporter ces courses en faisant preuve de grandes capacités techniques. il devra également montrer tout son sens tactique. moniteur de centre équestre le moniteur est la personne en charge d’enseigner l’équitation à ses élèves et a également pour mission d’animer la vie du centre équestre. afin de garantir la sécurité des pratiquants ainsi que celle des chevaux, le moniteur devra être dans la capacité d’agir et de réagir face aux accidents. ces mêmes accidents pouvant toucher les cavaliers mais aussi les chevaux. maréchal-ferrant parfaitement habile de ses mains, le maréchal-ferrant a pour mission d’ajuster les fers à chaque sabot du cheval. c’est grâce au travail parfait du maréchal-ferrant que le cheval aura son équilibre et pourra se déplacer sans défauts et sans difficultés. sellier pour monter à cheval, il faut être équipé, n’est-ce pas ? tel est le travail demandé au sellier qui aura pour but de fabriquer les selles de montures, les filets, les guêtres ou encore les licols afin que le cheval ait son harnachement. palefrenier-soigneur comme son nom l’indique, le palefrenier-soigneur sera chargé d’assurer les soins des chevaux mais également, de maintenir la propreté des écuries. policier (ou gendarme) à cheval ici, il s’agira d’une option. en effet, le policier ou le gendarme n’est pas spécialisé du monde du cheval. sa principale fonction étant le respect des règles. mais, lors des cours en école de gendarmerie, les engagés apprendront, en plus de leurs fonctions, à effectuer des interventions à cheval. besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

0.025
0.025
0.025
0.025
0.025
0.026
0.026
0.026
0.026
0.026
0.03
0.03
0.03
0.03
0.03