origine du cheval

L’origine et l’histoire du cheval

Jamais aucun animal n’a eu autant d’influence sur l’histoire de l’homme. transport, communication, agriculture, chasse, guerre, … il est incontestablement notre meilleur ami. le cheval est l’une des espèces les plus fascinantes qu’il soit. c’est l’espèce où il existe le plus de variabilité de tailles : allant de quelques dizaines de kilos pour le falabela, jusqu’à une tonne et demi pour les chevaux de trait. il existe 54 millions de chevaux dans le monde (ce qui est peu quand on sait que les poules sont 52 milliards). pour comprendre l'origine du cheval, il faut savoir le définir. il fait partie de la famille des équidés et peut être divisé en deux groupes : non-équins (zèbres et ânes sauvages) et équins (chevaux domestiques). quelle est l'origine du cheval et des équidés ? l'origine du cheval remonte à des milliers d’années, le cheval est le compagnon de travail idéal ainsi qu’un fidèle ami. mais quelle est l’origine de notre animal à quatre pattes préféré ? il faut revenir 55 millions d’années en arrière, quand l’eohippus qui est l’ancêtre du cheval, habitait en amérique du nord. l’eohippus est un petit mammifère herbivore de petite taille (20 et 40 cm) possédant 4 orteils sur ses pattes avant, et 3 sur ses pattes arrières. avec le temps, il a évolué et ses doigts sont devenus monodactyles (un seul doigt, qui est le sabot). puis, en raison des mauvaises conditions climatiques, ce petit cheval ancestral quitte l’amérique du nord pour aller en eurasie. les peintures de la grotte de lascaux, vieilles d’environ 15 000 ans, sont les premières reproductions connues du cheval par l'homme. en paléontologie, il est compliqué de déterminer si un fossile est celui d’un cheval ou celui d’un zèbre car leur squelette est identique. cependant, une partie de l’adn trouvé dans les os peut révéler l’espèce. l’ancêtre direct du cheval est le przewalski, sauvé de l’extinction grâce à des programmes de conservation.   le cheval et l’homme c’est en -40 000 que l’homme découvre notre ami équidé, tout d’abord pour sa viande, peau, crins, … puis vers -4 500, au kazakhstan, les premiers chevaux sont domestiqués (pour exploiter le lait des juments). c'est l'origine du cheval domestique. le dressage et l’exploitation de la beauté du cheval se fait en grèce. on peut le remarquer à travers les premiers récits des préceptes de dressage. en effet, c’est en -391 que xénophon rédige le « traité de l’équitation » sur l’utilisation du cheval, son dressage, la façon de le monter et de l’entretenir. devenant un animal fidèle et utile à l’homme, les militaires décident de s’en servir. dans l’armée, ils sont tout d’abord utilisés pour tracter des chars. puis, la cavalerie se met en place. comme dit napoléon ier : « sans cavalerie, les batailles sont sans résultat ». cependant lors de la première guerre mondiale, les chevaux sont limités à cause des tranchées, mais servent néanmoins au ravitaillement. en plus d’être utiles à la guerre, le cheval est toujours un bon moyen de transport. et c’est en 1476 que le roi louis xi crée la poste royale. ce principe vise à transmettre le courrier rapidement à cheval.   le cheval à travers l’art c’est l’animal le plus représenté depuis la préhistoire. on peut donc affirmer que le cheval est le compagnon de l’homme depuis des décennies. À chaque époque de la civilisation, nous trouvons la présence de notre équidé préféré à travers les peintures représentant des batailles, les statues grecques, … tous les pays européens ont le cheval comme objet artistique. lors de l’antiquité, la première représentation équine est un char attelé, découvert en mésopotamie, qui est l’œuvre des assyriens. en egypte, sur les tombeaux, en italie avec les Étrusques, le cheval est au sein de toutes les cultures, aussi différentes soient-elles. en chine, l'intérêt pour l'origine du cheval arrive plus tardivement. cependant, une œuvre célèbre (et désormais symbole chinois) est le « cheval au galop volant », petite statuette de bronze trouvée sur la tombe du gouverneur zhang yechang.   le cheval et la mythologie c'est dans la mythologie nordique que le cheval a le rôle le plus important. il est associé aux dieux ases et vanes et tire les chars du soleil et de la lune, ce qui le relie à de nombreux éléments vitaux tels que la lumière, l’eau, le feu et l’air. dans la mythologie grecque, le cheval est aussi énormément représenté. les centaures sont des créatures ayant la moitié du corps d’un équidé et le dessus de la ceinture humaine. ils ne représentent pas l’harmonie du cheval mais son côté bestial car le centaure est violent et avide de luxure. un personnage connu de la mythologie est pégase. ce cheval mythique est au service du dieu zeus. représenté d’un blanc immaculé avec de grandes ailes, pégase fait partie d’une légende de la mythologie avec son seul cavalier bellérophon. ainsi, le cheval est depuis longtemps au cœur de la vie de l’homme, il nous a suivi tout au long de notre histoire et est resté fidèle, ce qui fait de lui un animal sur lequel on peut compter depuis des siècles.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

intoxications alimentaires du cheval

Les intoxications alimentaires chez le cheval

Le cheval est un animal sensible et fragile. son alimentation est à surveiller de près car il a la particularité de ne pas pouvoir vomir. les intoxications alimentaires chez le cheval sont vite arrivées et la baisse d’énergie, les troubles digestifs ainsi qu’une salivation excessive font partie des symptômes. les mauvais aliments, que le cheval a ingérés, sont difficilement éjectables, il faut donc appeler le vétérinaire dans les plus brefs délais. voici une liste des fruits/légumes et plantes à surveiller pour éviter l’intoxication alimentaire de votre cheval.   les plantes pouvant provoquer une intoxication alimentaire chez le cheval   veillez retenir l’aspect de ces plantes afin de ne pas laisser votre équidé préféré en manger lors des balades. l’intoxication du cheval peut également se faire à travers sont fourrage car certaines plantes peuvent se retrouver séchées dans le foin. le cytise : petit arbuste jaune pouvant provoquer des problèmes de motricité. l’absinthe : très dangereux pour la jument pleine, cette plante peut provoquer l’avortement du futur poulain. l’arnica : également jaune, cette plante est mortelle pour le cheval à partir de 500 grammes. le coquelicot : bien que le coquelicot soit connu pour sa beauté et son rouge vif, il est mortel pour le cheval s’il est consommé avec excès. il a l’effet de l’opium et provoque des problèmes digestifs, coliques et troubles respiratoires. le laurier rose : bien que visible et connu pour sa toxicité, le laurier reste la 3èmecause d’intoxication chez les chevaux. en général, le cheval l’ingère à cause d’une branche perdue dans le foin ou dans son eau. la mort est subite. le datura : c’est une plante qui pousse souvent sur le coté des prés. aussi connue sous le nom « d’herbe aux fous », elle est toxique à cause des graines de ses fruits. elle touche le plus souvent le cheval à travers le foin. sur l’homme, elle est connue pour donner des hallucinations.   les aliments pouvant provoquer des intoxications alimentaires chez le cheval il faut faire attention à couper les fruits en morceaux pour ne pas provoquer l’étouffement.   les friandises : celles spécialisées peuvent être une bonne récompense pour l’animal, à condition de ne pas en abuser et d’utiliser celles adaptées pour chevaux. le pain : c’est l’aliment le plus connu pour être donné aux chevaux. pourtant, le blé est déconseillé car il peut provoquer des ulcères dus à sa fermentation ainsi que des troubles de la digestion. l’avocat : aliment très toxique, il peut causer des troubles du rythme cardiaque. les tomates : ce fruit bon pour l’homme, ne l’est pas pour le cheval, une tomate peut provoquer des problèmes de cœur et de digestion. les laitages : le cheval est intolérant au lactose, il faut donc éviter de lui donner du fromage/yaourt/lait. cela ne cause pas sa mort mais il peut souffrir de ballonnements et les intoxications alimentaires chez le cheval sont douloureuses. l’ail et l’oignon : à petite dose, ils ne feront rien à votre équidé préféré, mais donnés en grande quantité, ils peuvent avoir un impact très néfaste sur la santé du cheval en détruisant les globules rouges dans le sang et causer une anémie.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !    ...

Robes du cheval

Les différentes robes du cheval

Les robes du cheval sont très propres à chacun. pour la décrire, il faut tout d’abord définir sa couleur de base, puis ses détails (listes, balzanes, en têtes, etc.). voici donc la liste des termes techniques à connaître pour bien décrire les couleurs de nos amis les équidés. les en-têtes ce sont les marques blanches que l’on peut observer sur le front du cheval. elles peuvent être de différentes formes : pelote, losange, croissant, étoile, etc.   les listes il s’agit également de marques sur la tête du cheval, mais cette fois-ci sur le chanfrein. elles peuvent aller jusqu’à la bouche, être plus ou moins fines et plus ou moins droites.   les balzanes elles sont comme des chaussettes aux pieds du cheval ! elles sont blanches et sont situées sur les pattes, de différentes tailles. il est possible qu’un cheval en ait une seule, deux, trois, ou même sur tous les membres. les robes du cheval alezan : il s’agit d’une robe unie. les poils et les crains sont de la même couleur, tous marrons. sous les poils, la peau du cheval alezan est noire.   le noir : la peau, les crins et les poils sont tous noirs (commejappeloup)   le café au lait : cette robe du cheval est plutôt beige/dorée, les crins sont également clairs. ils ont souvent l’allure de chevaux de barbie car ils sont tous blonds.   le blanc : cette robe n’est pas commune.  la peau est rose et les crins également. on peut faire la distinction avec les chevaux gris car la pigmentation de la peau est différente. ils ressemblent pas mal à des albinos !   le bai : cette robe est assez présente chez les chevaux. les crins et les poils des membres sont noirs et le reste des poils sont alezans.   l’isabelle : comme le café au lait, la robe isabelle est beige/dorée, la différence se fait au niveau des crins qui sont noirs, tout comme les poils de ses membres.   le souris : les poils sont gris et les extrémités (membres, naseaux, crins) sont noirs. le gris : la peau est noire (contrairement à la robe du cheval blanc). les poils et les extrémités sont noirs et blancs.   le louvet : cette robe est un mélange de noir et de marron, elle peut parfois donner quelques tâches qui rendent la couleur harmonieuse.   le rouan : cette robe est également issue d’un mélange. il s’agit des poils noirs, alezans et blancs.   le pie : comme la représentation des chevaux indiens, la robe pie est composée de deux couleurs. sous forme de tâches plutôt grosses, les poils sont blancs à la base et le reste peut être bai alezan ou noir. c’est également la robe de la jument de spirit l’étalon des plaines dans le fameux dessin animé (spirit qui d’ailleurs à la robe isabelle). À ne pas confondre l’appaloosa est une race de cheval qui a sa propre robe. elle est caractérisée par ses petites tâches sur l’arrière-train et sur la croupe, qui se dessinent sur les poils blancs (comme sur la photo). on reconnaît néanmoins cette race par sa robe.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

Acheter le bon cheval

Acheter le bon cheval : les erreurs à éviter

  voici quelques erreurs de débutant à ne pas reproduire pour acheter le bon cheval. cette étape est cruciale et peut parfois faire peur. nous cherchons le cheval parfait et avons dès le début des critères spécifiques. cependant, il est important de ne pas se précipiter et d’avoir ces quelques conseils en tête !   acheter le bon cheval : ne pas avoir de critères physiques trop précis bien évidemment, lorsque l’on souhaite acquérir le bon cheval, on a une idée précise derrière la tête. sa robe, sa taille, son sexe, sa prestance… il est néanmoins important d’être un peu plus laxiste avec ses idées. « je veux un cheval noir, d’au moins 1m70, avec des balzanes et une liste, bon en cso, en dressage et ayant 6 ans » si cette phrase vous sort de la bouche, autant vous dire que vous ne trouverez jamais cheval à votre pied ! de plus, les chevaux sont comme les humains : votre coup de cœur se fera au feeling. la beauté extérieure d’un cheval fait plaisir à voir, mais sa beauté intérieure vous permettra d’être en harmonie avec lui. il est difficile d’avoir une belle complicité avec un cheval uniquement choisir pour son apparence. l’exemple du plus beau duo français peut en dire long : jappeloup et pierre durand. À la base, le petit cheval d’1m58 n’avait rien d’un grand champion (si leur fabuleuse histoire vous intéresse, trouvez la véritable histoire du duo). ne vous enfermez donc pas dans des critères physiques qui pourront vous faire passer à côté de la perle rare !   attention à ne pas accorder trop d’importance à l’âge de votre cheval lors de l’achat afin d’acheter le bon cheval, il ne faut pas avoir trop d’exigences, comme dit précédemment. cela fait également référence à l’âge de la monture. en effettre réfractaire à l’idée d’avoir un cheval un peu âgé est une mauvaise habitude. c’est généralement les plus de 10 ans qui font peur, considérés comme mous. c’est pourtant une très bonne idée pour acheter le bon cheval. en étant plus vieux, aura de l’expérience et connait son métier. il vous aidera donc à prendre vos marques en tant que nouveau propriétaire ! les débuts seront également moins difficiles. un cheval plus jeune, par exemple, aura plus de mal à monter dans un van ou un camion, pour aller en concours. de plus, le cheval plus jeune peut avoir des réactions plus imprévisibles et vous compliquer la tâche.     ne pas compter les frais sur le long terme c’est un critère qu’il ne faut surtout pas laisser de côté. malheureusement, de nombreux animaux se voient abandonnés à cause des frais annexes qui n’avaient pas été pris en compte lors de l’achat. on ne va pas se mentir, acheter le bon cheval est une somme…il faut en être bien conscient ! ce n’est pas parque lors de l’achat vous allez débourser 7 000 euros, que le sera le prix final. dès le début, il faut ajouter la visite vétérinaire (entre 150 et 200 euros), le transport, les soins, la nourriture, la carte de propriétaire, l’assurance (Équidassur bien sûr). tous ces détails viennent s’ajouter au prix et ce, sans la tva ! les prix varient également en fonction de ce que vous recherchez. en effet, si vous voulez un cheval de loisir, le prix sera plus faible qu’un cheval de sport. si vous souhaitez vous orienter vers un cheval de loisir, il faudra compter environ 3 000 euros. pour un cheval de sport, les prix grimpent vite car il faut également acquérir les pleins papiers pour les compétitions… le coût varie entre 4 000 et 15 000 euros mais peuvent facilement atteindre les 50 000 euros ! obtenir un cheval non débourré peut réduire considérablement le prix mais ce n’est pas la meilleure solution pour acheter le bon cheval dès le début. un jeune cheval vous prendra beaucoup d’énergie pour son apprentissage. vous trouverez sur le blog plus d’informations sur la visite d’achat.   penser aux frais de logement tout dépendra, comme pour toute la démarche d’achat, de ce que vous recherchez. en effet, si vous êtes à la recherche d’un cheval de loisir à mettre chez vous, les frais seront réduits. dans le cas où vous voulez le placer dans une écurie, il est important de se renseigner sur le caractère du cheval avant. si c’est un cheval qui peut être agressif, s’il est proche d’autres chevaux dans son box ou s’il ne supporte pas la présence d’autres mâles au pré etc. il faut donc se renseigner sur la compatibilité entre votre nouveau compagnon et le logement qui lui conviendra. de plus, si vous ne pouvez pas venir le monter souvent et que vous voulez une pension particulière pour qu’il puisse régulièrement travailler, vous pouvez rapidement dépenser un smic pour ce type de prestation ! pour conclure, l’achat du bon cheval ne se fait pas sur un coup de tête. il doit être réfléchi, en ayant prévu toutes les contrariétés qui peuvent s’en écouler. cela peut prendre des mois, mais le jeu en vaut la chandelle. il faut être patient et attentif à vos attentes et à celles de votre future monture.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebooket instagram !  ...

La légende Jappeloup

Zoom sur : la légende Jappeloup

    vous avez surement entendu parler du film jappeloup, réalisé par christian duguay, ayant pour acteur principal guillaume canet. ce film retrace l’histoire vraie du couple iconique jappeloup et pierre durand. les passionnés de cso savent que ce film a fait parler de lui lors de sa sortie en 2012. mais qui est vraiment la légende jappeloup ?   qui est pierre durand, le partenaire de la légende jappeloup ? pierre durand est né le 16 février 1955. il débute par une carrière d’avocat, puis il abandonne cet avenir prometteur pour se consacrer à sa passion : le cso (concours de saut d’obstacles). c’est alors qu’il fait la rencontre d’un cheval en qui personne ne croit : jappeloup. un petit cheval noir au fort caractère, imprévisible et impulsif, il se fait remarquer par ses nombreux défauts. cependant, pierre remarque qu’il a une détente impressionnante. pierre durand a aujourd’hui 65 ans et a été président de la ffe (fédération française d’équitation) de 1993 à 1998. de 2008 à 2014 il a été également président du conseil d’administration de l’insep (institut national du sport, de l’expertise et de la performance). c’est dire à quel point pierre durand a un parcours remarquable dans le domaine du sport équestre !   qui est jappeloup de luze ? né le 12 mars en 1975, jappeloup est un selle français. trop petit, trop nerveux, trop difficile… ces adjectifs définissaient jappeloup avant la rencontre qui a fait de lui une star. la légende jappeloup a débuté en 1980 lorsque pierre durand décide de devenir propriétaire de ce petit cheval. avant ce duo, l’équidé avait pour réputation de mettre tous ses cavaliers à terre. seulement 4 ans après son acquisition, pierre décide d’amener son nouveau protégé aux jeux olympiques de los angeles en 1984. la première apparition de la légende jappeloup est chaotique, en effet, il s’enfuit en plein parcours en arrachant son filet et met son cavalier à terre. pierre a été également victime de plusieurs moqueries après cette intervention. il se rend désormais compte de ses faiblesses et de compétition en compétition, le duo progresse dans le monde équestre. après de nombreux entraînements et une complicité grandissante, le couple revient sur les devants 4 ans après aux jeux olympiques de séoul en corée du sud. une fois un parcours brillant réalisé, ils rentrent en france avec la médaille d’or. le petit cheval imprévisible, du haut de ses 1m58 au garrot, fait taire tous ceux qui n’ont jamais cru en lui.   la fin de leur histoire c’est à l’âge de 16 ans que la légende jappeloup part à la retraite. un jubilé est alors organisé au champs de mars au pied de la tour eiffel pour le cheval préféré des français. il décède un mois après d’une crise cardiaque. en plus de la forte peine causée par la mort de son animal, une rumeur poursuit pierre durand. il est accusé d’avoir tué son cheval pour toucher l’assurance. rumeurs qui se sont révélées bien évidemment être fausses. le palmarès de la légende jappeloup 1987: médaille d'or en individuel et médaille d'argent par équipe aux championnats d'europe. 1988: médaille d'or en individuel et médaille de bronze par équipe aux jeux olympiques de séoul 2ede la finale de la coupe du monde. 1989: médaille d'argent par équipe au championnat d'europe. 1990: médaille d'or par équipe aux championnat du monde de saut d'obstacles de stockholm en suède. 2ede la finale de la coupe du monde.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

La médecine alternative équine

La médecine alternative équine

  plusieurs propriétaires ont aujourd’hui recours à la médecine alternative équine (également appelée médecine douce) pour ajouter un complément bénéfique à la médecine traditionnelle. elle permet de prévenir certaine pathologies, inconforts du cheval, sont très utiles pour la santé et le bien-être de celui-ci. bien sûr, il est important de rappeler que la médecine douce, en cas de gros symptômes, ne remplacera pas la visite chez le vétérinaire. nous vous présentons dans cet article les différentes branches de la médecine alternative équine.   l’ostéopathie comme médecine alternative équine cette pratique a pour but de rétablir l’équilibre du corps de l’équidé. elle était autrefois réservée uniquement pour les chevaux de course ayant une utilisation extrêmement sportive de leur corps, mais est désormais accessible à tous les équidés. cette médecine alternative est utilisée comme prévention. entre une à deux fois par an, l’ostéopathie permet de s’assurer que le cheval n’a pas de contractures pouvant entraîner un dérangement plus grave. l’ostéopathie peut éviter que le cheval soit sur la défensive lors du sellage en cas de problème de dos, ainsi que des problèmes de mauvais engagement de ses membres.   la balnéothérapie pour les chevaux comme nous, les chevaux peuvent aller au spa ! en effet, une bonne cure de balnéothérapie aura l’effet d’une remise en forme sur votre cheval et sa santé n’en sera que meilleure. elle leur permet de bien respirer et est également bénéfique pour les articulations. comme les hommes avec la natation, la balnéothérapie équine est sous forme de couloirs de nage (leur piscine olympique). cette thérapie peut permettre de soigner le cheval et de le remettre en forme après une longue période d’inactivité. la nage permet de détendre et d’améliorer la musculature.   la thalassothérapie la thalassothérapie est différente mais agit galement sur le bien-être de l’animal grâce à l’eau. en effet, elle se fait en bord de mer afin de drainer les tendons en marchant dans les vagues. de plus, l’air iodé fait toujours du bien au moral !   la phytothérapie équine la phytothérapie fait également partie des médecines douces. elle est reconnue par l’organisation mondiale de la santé (oms). il s’agit d’utiliser les plantes/végétaux pour guérir ou prévenir certaines maladies. en effet, la nature a de nombreuses vertus pour la santé des hommes et des animaux. ainsi, la phytothérapie consiste à consommer sous différentes formes les végétaux pouvant aider à faire disparaitre certains symptômes. par exemple, lors de problèmes de respiration, lors d’une allergie, le cheval pourra inhaler des vapeurs pour faire disparaître certaines pathologies chroniques. attention, ne jamais ramasser des plantes inconnues ou se lancer dans la phytothérapie sans expérience, cela peut être toxique !     l’acupuncture comme pour les humains, l’acupuncture peut être pratiquée sur nos équidés. venant de la médecine traditionnelle chinoise, l’acupuncture équine permet de rétablir les énergies circulatoires à travers le corps et l’organisme du cheval. la stimulation de certains points grâce aux aiguilles va permettre une relaxation totale et un ciblage précis. elle peut être pratiquée avec des aiguilles mais connaît également une alternative aujourd’hui avec l’utilisation de la chaleur.   les huiles essentielles pour son cheval elles ne sont pas considérées comme une médecine douce, mais permettent néanmoins d’éviter de nombreux désagréments à nos amis équidés. les huiles essentielles sont issues de plantes sont appliquées pour les massages (qui en plus permettent de tisser un lien fort avec son cheval). on peut y avoir recours pour des petites pathologies, cependant même si elles sont souvent inoffensives, certaines d’entre elles peuvent être à éviter pour les juments pleines.   une médecine alternative équine originale : le shiatsu Également issue de la médecine traditionnelle chinoise, comme l’acupuncture, le shiatsu peut également être considéré comme étant une méthode de médecine alternative équine. le shiatsu est un type de massage, regorgeant de nombreuses vertus et qualités. il se base sur les méridiens du corps (comme chez l’humain). en médecine chinoise, les méridiens sont des canaux interconnectés, par lesquelles circulent l’énergie vitale du corps.  en clair, cette méthode peut aider à harmoniser le physique et le mental de son cheval, afin qu’il se sente mieux. un esprit sain dans un corps sain !   le physiothérapeute pour les chevaux comme toutes les médecines alternatives présentées précédemment, le physiothérapeute à un équivalent humain qui est le kiné ! en effet, les séances de physiothérapie équine sont très utile pour une rééducation ou une réhabilitation physique. lorsqu’un cheval a subi un traumatisme ou de lourdes opérations, le kiné équin aide à retrouver un animal en bonne santé. elle peut également être utilisée pour la récupération physique des chevaux de sport. plusieurs outils sont utilisés pour la pratique de la physiothérapie tels que l’électrostimulation ou la cryothérapie. ainsi, la pratique de la médecine alternative/médecine douce peut être très efficace sur le mental et le physique des chevaux. cependant pour de lourds symptômes, elle ne permet pas d’éviter le diagnostic d’un véritable vétérinaire. il faut faire attention à faire confiance aux bonnes personnes qui ne promettent pas de miracles quant à la guérison de nos équidés.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

Entretien du pied en hiver

L’entretien du pied du cheval en hiver

  le pied du cheval en hiver est particulièrement important pour son bien-être. c’est en hiver que cette partie du corps est mise à rude épreuve. il faut prendre soin de ses sabots pour assurer la bonne santé de notre compagnon. le cheval, contrairement à d’autres espèces, ne peut pas vivre sans un bon appui sur ses membres. un célèbre dicton dit donc « pas de pied, pas de cheval ! » plusieurs soins sont à ajouter à votre routine pour garder des sabots en bonne santé.   de quoi est composé le pied du cheval ? les sabots supportent l’ensemble du poids d’un cheval mais ils sont néanmoins exposés à de nombreux problèmes et agressions extérieures. un sabot est composé d’une corne. celle-ci marche comme les ongles, c’est-à-dire qu’elle pousse continuellement. beaucoup de photos de chevaux « abandonnés » ou mal traités existent. on peut remarquer qu’ils ont toujours les sabots très longs et ont des difficultés pour marcher. la fourchette est la partie molle située sous le sabot et peut faire souffrir le cheval si elle pourrit, se décolle ou est infectée. l’hiver la corne est beaucoup plus fragile mais il faut quand même y faire attention tout au long de l’année.   pourquoi surtout en hiver ? l’humidité est un des ennemis du pied du cheval car elle va rendre la corne plus molle et va donc la faire pourrir. les chevaux qui passent la plupart de leur temps dans un paddock seront beaucoup plus touchés. en effet, lorsque les chevaux font leurs besoins, le mélange est acide et attaque la cornée agressivement. l’humidité augmente le risque de gale de boue également, qui forme des crevasses au paturon.   prendre soin du pied du cheval en hiver de nombreuses habitudes sont à intégrer pour la bonne santé de son compagnon. tout d’abord, le curage. un bon curage tous les jours est indispensable pour vérifier la santé du sabot, de la fourchette, la sole et voir si le fer est toujours en place… il est également primordial de sécher les membres du cheval après la douche pour éviter l’humidité, la pourriture et les maladies. généralement, en hiver, tous les cavaliers ont du goudron dans leur sac ! il s’applique au pinceau (un peu comme du vernis) sur un sabot bien nettoyé et sur l’ensemble de celui-ci, extérieur et intérieur, sans oublier les glomes. il existe également de nombreux produits pour les pieds abîmés tels que l’huile de cade ou la liqueur de villate. le cheval peut également connaitre un problème dû à un sol trop sec (chevaux plutôt au box en hiver). dans ce cas-là, le pied manque d’humidité pour rester souple. pour cela il faudra utiliser de l‘huile de laurier qui est hydratant. il faut donc être vigilant surtout en hiver, à l’environnement du cheval, qui doit être sain et toujours propre. À lire aussi : l’entretien du pied du cheval, le guide pratique   le médecin du pied du cheval : le maréchal ferrant comme dit précédemment, un cheval n’étant pas suivi par un maréchal ou sans les soins adaptés, aura un sabot trop long. cela peut engendrer de nombreux problèmes qui font souffrir le cheval. les avis concernant la ferrure sont divisés. que l’on soit pour ou contre les fers, il est impératif que le cheval soit suivi régulièrement par un professionnel. un cheval ferré devra les changer toutes les 6 à 8 semaines afin de limer la corne et changer les clous.     besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

le passage du galop

Le passage des galops d’équitation

quel est le principe du passage de galop ? comme dans tous les domaines, l’équitation requiert également des diplômes. ils servent à évaluer le niveau de compétence du cavalier. ils sont délivrés par la ffe (fédération française d’Équitation). ils peuvent être également spécifiques (pleine nature, voltige, western…) ils se divisent en deux parties : la pratique et la théorie. dans la pratique on retrouve le saut d’obstacle, le cross et le dressage ainsi que les différents soins à apporter à l’équidé.  il existe également des galops pour la compétition. le passage de galop est effectué par le moniteur dans le club équestre.  À lire aussi sur notre blog : les examens ffe pour les cavaliers   galop 1 c’est la première étape des galops, il n’est pas bien compliqué et constitue la base du savoir. concernant le galop 1 pour la pratique, il faut savoir panser son cheval, se déplacer au pas, au trop et un petit peu au galop ainsi que diriger le cheval. quant à la pratique, il faut connaitre les robes des chevaux et le nom de ses parties extérieures.    galop 2 pour ce galop 2, il faut savoir mettre une selle et un filet et maitriser parfaitement les trois allures. quant à la théorie, le cavalier doit reconnaitre les parties de l’équipement, la particularité des robes ainsi que les types de marque blanche : listes et balzanes. les parties à connaître deviennent plus précises et techniques que le galop 1.  galop 3 c’est à partir de ce galop que le saut d’obstacle est abordé ainsi que la notion des soins élémentaires comme l’entretien de la litière. la théorie consiste à savoir reconnaître les parties de la tête et des pieds. galop 4  c’est à partir de ce galop que les choses se corsent. en effet, pour le galop 4, le cavalier devra connaitre les règles de sécurité et l’alimentation. À cheval, le saut ne sera plus isolé et sur des terrains plus variés. les soins quotidiens doivent être parfaitement effectués.    galop 5  le galop 5 est plus compliqué à passer car il y a une reprise de dressage à dérouler. la théorie concerne le squelette du cheval ainsi que ses muscles et les termes à retenir sont plus compliqués et nombreux.    galop 6  le galop 6 est le dernier avant d’accéder à celui qui permet d’accéder à la compétition en tant qu’amateur ou professionnel. il faut connaitre toutes les allures naturelles, artificielles, défectueuses, les types de boiteries…pour le passage du galop 6 il faut avoir une bonne maitrise du dressage, du cross et du travail à pied. la théorie concerne toutes les parties internes et externes du cheval, l’anatomie et le rôle du pied ainsi que les principaux tendons.    galop 7  enfin, nous atteignons le saint graal, le galop 7. le passage du galop 7 requiert la maîtrise parfaite d’une reprise en dressage, du parcours de cso et la pratique de tous les bons soins pour les chevaux. pour la théorie, il faut connaître : les aplombs, l’hygiène et la santé du cheval, la rectitude, les enrênements, le rôle et l'effet de la bride.   la préparation des galops  il existe beaucoup d’outils mis à disposition pour la préparation des galops : les quizz en ligne, les livres, les articles spécialisés. concernant la pratique, il faut s’entrainer un maximum et savoir gérer son stress le jour de l’examen car le cheval le ressentira !     besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebooket instagram !  ...

les bienfaits du cheval

Les bienfaits du cheval sur l’Homme

  le cheval, avec le chien, est le meilleur ami de l’homme. il est à nos côtés depuis des décennies. ce n’est pas pour n’importes quelles raisons ! voici tous les bienfaits du cheval sur nous.   le bien-être physique  quel cavalier n’a jamais entendu cette phrase agaçante : « mais l’équitation ce n’est pas un sport, c’est le cheval qui travaille ! » cette remarque est non seulement offensante pour la discipline mais elle est également fausse.  la pratique de l’équitation muscle énormément et demande beaucoup d’énergie tant pour le cheval que pour le cavalier. le fait d’être au galop et d’accompagner le mouvement du cheval est un gainage constant pour avoir des abdos en béton. le trot revient à faire des squats et le saut met les muscles des cuisses et des jambes au défi ! de plus, pour communiquer avec le cheval, les mollets et les adducteurs sont toujours en action. le dos et le bassin sont également très sollicités par ce sport car ils communiquent directement avec la monture aux différentes allures. il n’est pas rare que l’on se retrouve avec des courbatures après une bonne séance, sur des muscles dont l’existence nous était inconnue. tout le corps est alors travaillé lors d’une séance d’équitation et c’est nettement plus fun qu’une heure à la salle de sport !    le bien être mental la pratique de l’équitation est le meilleur moyen pour s’évader du quotidien. on partage un moment avec cet animal majestueux. il faut rester concentré, retenir des parcours et des reprises de dressage. de plus, à cheval, il faut penser à rester droit, à utiliser les bonnes foulées en fonction de la main droite ou la main gauche en carrière, regarder où l’on va avant de tourner, bien accompagner l’allure du cheval, garder les talons vers le bas. de plus, la communauté pratiquant l’équitation est très soudée, les clubs équestres peuvent créer des amitiés et rapprocher les gens autour d’une seule et même passion. cet intérêt commun permet également de partager de bons moments.  hormis les bienfaits du cheval à travers l'équitation, la relation unique avec cet animal peut également avoir des conséquences positives sur l’homme. le lien crée est très fort et il est prouvé que le cheval ressent l’empathie. contrairement aux hommes, même s’il ne comprend pas, le cheval sait écouter. il ressent les émotions et adapte alors son comportement en fonction de celles-ci. certaines thérapies existent pour soulager les déceptions par exemple car une relation avec un animal est toujours plus fidèle qu’avec un humain. c’est pourquoi, aujourd’hui, le cheval est devenu l’allié de nombreux thérapeutes pour soigner les maux de leurs patients. de nombreux films mettent en avant cette pratique tels que l’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux de robert redford montrant la relation unique de confiance et d’harmonie entre un cheval et son cavalier.      les bienfaits thérapeutiques  le cheval est le miroir de l’homme. ils ne nous comprennent pas mais ils arrivent à ressentir nos sentiments en lisant dans nos postures, notre corps, nos actions…il existe de nombreux séjours et stages pour les personnes ayant des problèmes, que cela soit une pathologie morale ou physique, ou les bienfaits du cheval ce font particulièrement ressentir. le cheval peut avoir une relation particulière avec l’homme grâce à sa communication sensorielle unique. certains centres équestres accueillent des personnes handicapées. on appelle cette pratique l’hippothérapie. ils disposent des équipements nécessaires tels qu’une selle adaptée permettant de maintenir le dos droit ou même un siège automatique pour aider la personne à mobilité réduite de s’assoir sur sa monture. ainsi, le cheval agit comme un médiateur et permet aux personnes de prendre conscience de leur corps. la pratique du cheval peut également être un facteur d’intégration pour les personnes handicapées car ils peuvent participer à des compétitions.  les miracles de la relation homme-cheval ont particulièrement fait leurs preuves sur l’autisme. la relation avec l’équidé est simple et honnête, qualités que l’autiste ressent et apprécie énormément. l’équithérapie auprès de cette maladie a montré des réductions significatives du handicap dans la communication, l’attention et la régulation des émotions.  la volonté augmente et l’hyperactivité diminue. le fait de devoir se concentrer sur le sensoriel et le comportement de l’animal aide donc les personnes handicapées à se sentir mieux dans leur corps et à réduire leur handicap.  les enfants et les adolescents en difficulté, hyperactifs ou violents peuvent aussi ressentir les bienfaits de l’équitation. en effet il faut être calme et patient pour créer une relation avec sa monture. il faut savoir contrôler ses émotions et donc se canaliser pour instaurer une confiance mutuelle. l’équitation instaure le sens des responsabilités, la confiance en soi et la rigueur. les qualités requises dans ce domaine peuvent discipliner les adolescents difficiles.    besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebooket instagram !  ...

ethologie

L’éthologie pour une attitude plus éthique

qu’est-ce que l’éthologie ?  désormais, de plus en plus de cavaliers s’intéressent de près au bien-être de son cheval. des approches plus naturelles et compréhensives apparaissent. c’est de ça que découle l’éthologie. c’est l’étude comportementale des équidés dans leur milieu naturel, en groupe ou seul.  ainsi, grâce à une meilleure compréhension de son cheval, il sera plus facile d’interagir avec lui.  l’éthologie est une science. celle-ci cherche à analyser et à repérer tous les comportements sociaux de l’animal.   le cheval est l’ami de l’homme depuis des années, cependant, son dressage est basé sur la force et la domination. aujourd’hui, à travers l’éthologie, il est préférable d’obtenir une réaction de la part de l’animal en obtenant sa coopération et en comprenant ses attentes. ainsi, une confiance s’installe et une complicité également, le cheval a donc plus de facilité à nous écouter. les animaux n’ayant pas le même langage que nous, le couple humain-cheval doit avoir un langage commun pour se comprendre : c’est le principe de l’éthologie.   qualités recherchées en éthologie  Être patient : la patience est une qualité requise et importante pour instaurer une complicité avec un animal. comme pour le débourrage, le cheval n’a pas confiance en l’homme au début. il est donc très difficile de lui faire comprendre rapidement les choses lorsqu’il nous prend pour un prédateur et que son comportement naturel fait de lui une proie.   Être rassurant : ne pas trop en demander au cheval d’un coup. il doit se sentir bien aux côtés de son cavalier et laisser la peur derrière lui. un respect mutuel doit être instauré dès le début.  l’observation : c’est une notion importante pour entretenir une bonne relation avec le cheval. pour le comprendre, il faut savoir remarquer lorsque son comportement change ou lorsqu’il réagit différemment.   Être confiant : le cheval est un animal sensible, il ressent toutes les émotions qui l’entourent. il est alors très utile de savoir se contrôler face à la peur ou au stress.    le matériel en éthologie  le plus important étant l’harmonie entre le cavalier et sa monture, le matériel nécessaire est particulier. en effet, on utilisera un licol éthologique, qui est fin, avec des nœuds et non pas avec du fer comme pour les filets et licols normaux. l’usage du mors est donc évité. le rapport de force entre l’homme et le cheval n’existe plus.  l’usage de ballons, drapeaux, crécelles, bâches est également utile lors de la prise de confiance du cheval, ainsi, vous lui montrez que des objets pouvant lui faire peur aux premiers abords ne lui feront pas de mal. il s’agit donc de l’habituer avec des équipements qui lui seront familiers à force de stimuli.    deux techniques pour faire comprendre quelque chose au cheval  comme nous l’avons dit, apprendre le comportement du cheval à travers l’éthologie c’est avoir une relation basée sur le respect et la complicité. ainsi, l’apprentissage se fait autour de son bien-être.  le renforcement positif : il s’agit de lui donner une récompense lorsqu’il fait quelque chose de bien. par exemple si le but est de le faire marcher sur une bâche qui lui fait peur, dès qu’il y arrive, il aura une pomme.  le renforcement négatif : àl’inverse, ce principe consiste à mettre le cheval dans une situation inconfortable sans aller trop loin. il faut éviter les punitions telles que la cravache et instaurer des signaux faciles à distinguer pour chaque erreur de la part du cheval.  connaitre le comportement du cheval le cheval est un animal très expressif. ce n’est donc pas très compliqué de lire en lui ou de savoir l’humeur qu’il a. ses oreilles et ses yeux sont les premiers indicateurs. le cheval ne comprend pas notre langage, mais il possède un langage intuitif, c’est-à-dire qu’il comprend l’intention. le langage corporel du cheval, tout comme pour l’homme, représente une grande partie de la communication. il est important de se rappeler que le cheval réagit avec son instinct.  pour bien étudier le comportement de son cheval, il faut savoir que c’est un animal qui ne vit pas seul. dans son milieu naturel, il évolue au sein d’une harde dans laquelle les chevaux instaurent des relations de dominants-dominés. au sommet de cette horde il y a un ou deux étalons. ainsi, les chevaux qui sont privés de relations sociales ou qui sont souvent seuls (au box et sans interactions avec ses congénères), peuvent développer des troubles comportementaux et devenir agressifs.  l’émotion du cheval est donc facile reconnaitre. tout d’abord si ses oreilles sont en avant, il est attentif, si elles sont en arrière, il est énervé. le regard du cheval est également très significatif. la peur peut se lire dans un regard. les vocalisations peuvent également être un signe de peur de la part de l’animal à travers son souffle ou son ronflement. un cheval qui hennit la bouche ouverte fait passer un stress et donc un sentiment négatif.  besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

obstacles de cross

Les obstacles de cross : comment les différencier ?

Le cross est une des épreuves du concours complet d’équitation. il met en avant beaucoup de qualités chez le cheval. il doit être endurant et ne doit pas avoir peur d'un terrain inconnu. une épreuve de cross revient à effectuer un parcours chronométré, en pleine forêt, sur différents sauts d’obstacles. il en existe plusieurs, tous aussi originaux les uns que les autres. voici les principaux obstacles de cette discipline !   qu’est-ce que le cross ? l’épreuve de cross s’effectue lors d’un concours complet, après l’épreuve de dressage et de saut d’obstacle. le cheval doit être courageux car ses sens sont mis à rude épreuve. en pleine forêt, le cross est impressionnant. les obstacles de cross sont construits avec des matériaux naturels. il faut être rapide et agile pour réussir sur cette épreuve. plusieurs facteurs entrent en compte car le terrain peut être glissant, irrégulier et les obstacles sont massifs et dangereux pour le cavalier et le cheval. cette discipline est celle qui procure le plus d’adrénaline aux cavaliers ! les différents obstacles de cross : il existe une multitude d’obstacles variés auxquels les candidats peuvent faire face.   les directionnels : les directionnels sont là pour évaluer l’agilité du cheval et du cavalier. en effet, tourner au dernier moment et viser précisément le saut est une qualité primordiale en épreuve de cross. les obstacles sont assez gros, souvent en bois. des haies peuvent également être rajoutées sur le dessus. le saut est étroit et le cheval doit avoir confiance en son cavalier car sa vue panoramique est réduite à cause de la petite taille de l’obstacle.   les obstacles d’eau : un des obstacles les plus appréciés sont les obstacles d’eau comme les gués et les rivières naturelles. encore une fois cet obstacle joue sur le courage du cheval car il doit continuer ses foulées rapides dans l’eau sans se poser de questions. le cheval est un animal craintif de nature, il aura donc tendance à se méfier des reflets sur l’eau, d’un fond invisible ou même du bruit… les obstacles de cross panoramiques : l’obstacle panoramique est très vicieux, car la monture ne l’aperçoit pas directement ! comme son nom l’indique, il privilégie le panorama. généralement il s’agit d’une montée puis d’une pente. le cheval découvre donc la réception au dernier moment et peut être perturbé par cette surprise.   les obstacles de terre : on retrouve dans les obstacles de terre les trous, les contre-haut, les contre-bas, le piano, la butte… tous ces obstacles cherchent à déstabiliser le cheval en jouant sur son équilibre. le cavalier lui, doit avoir de bons appuis pour ce type d’obstacle. il peut également y avoir une combinaison de plusieurs obstacles comme le piano qui est une suite de contrebas (comme des escaliers).   obstacles de volÉe : ce sont les obstacles de cross les plus massifs, ils sont très larges et demandent donc au cheval une grande franchise de sa part. il peut aller jusque plus de quatre mètres ! il faut l’aborder avec une vitesse suffisante mais il ne pose pas beaucoup de problèmes lors du parcours.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebooket instagram !    ...

semaine de fontainebleau

Le rendez vous hippique de l’année : la grande semaine de Fontainebleau

C’est un des événements immanquables de l’année équine en france ! la grande semaine de fontainebleau rassemble, sur près d’une semaine, des milliers de spectateurs, cavaliers, éleveurs, prioritaires de chevaux et marchands, et ce autour de près de 1 800 chevaux âgés de 2 à 7 ans. ne manquez pas cet événement incontournable de la saison pour les jeunes chevaux. on vous dit tout pour organiser votre participation à la grande semaine de fontainebleau.   qu’est-ce que la grande semaine de fontainebleau et pour qui ? le but premier, c’est pour les éleveurs, propriétaires et cavaliers de france de se rencontrer et de présenter les meilleurs jeunes éléments de leur écurie. cette grande compétition s’articule autour de trois grandes disciplines : le cso, le style hunter et, tout nouveau de cette année, le dressage ! tous les chevaux doivent avoir âgés entre 2 et 7 ans maximum. le concours vise à identifier les étoiles montantes des circuits internationaux de demain et rendre les titres très convoités de champions de leurs générations aux gagnants.   quand et où se déroule la grande semaine de fontainebleau ? en 2020, la compétition se déroulera exceptionnellement du 28 septembre au 4 octobre, avec un planning en évolution, du fait des nouvelles mesures sanitaires. l’événement se passe à fontainebleau, au stade équestre du grand parquet, facilement accessible en voiture ou en train. si vous n'êtes pas motorisé, il vous faudra toutefois emprunter un taxi à la gare de fontainebleau-avon pour rejoindre le stade équestre.   quel est le programme en 2020 ? le programme s'est déroulé de la manière suivante : du 25 au 27 septembre 2020 : finales nationales de jeunes chevaux et poneys pour le dressage. normalement, la finale de dressage devait se dérouler dans l’antre de l’École nationale de saumur, mais compte tenu de l’actualité, elle se déroulera exceptionnellement au stade Équestre du grand parquet.   le mardi 29 septembre 2020 : journée qualificative en cso pour les chevaux de 4 à 6 ans.   le mercredi 30 septembre 2020 : finales nationales jeunes chevaux de saut d’obstacles pour les chevaux de 4 ans.   le jeudi 1er octobre 2020 : premier tour de qualification pour les chevaux de 5 ans et second tour de qualification pour les chevaux de 6 ans.   le vendredi 2 octobre : second tour de qualification pour les chevaux de 5 ans et finale pour les chevaux de 6 ans. premier tour de qualification pour les chevaux de 7 ans.   le samedi 3 octobre : second tour de qualification pour les chevaux de 7 ans, petite finale pour les chevaux de 5 et finale pour les chevaux de 6 ans. Épreuves régionales de cycle libre et premier tour pour le hunter chevaux.   le dimanche 4 octobre 2020 : c’est la grande journée qui vient clôturer la semaine de compétition en beauté, avec la grande finale pour les chevaux de 5 ans et 7 ans, ainsi que la finale du hunter et celle du cycle libre des épreuves régionales.   bien d’autres événements viendront rythmer les grandes compétitions de cso, dressage et hunter chevaux au cours de la semaine, comme le femelles selle français, une compétition de juments et pouliches entre 2 et 3 ans. vous pourrez également vous balader au village des exposants, où seront présents plus de 80 exposants, marchands, éleveurs, ainsi que les associations nationales de race et les associations régionales d’Éleveurs.   organisez votre venue pensez à réserver vos billets à l’avance. la grande semaine de fontainebleau s’articule autour des magnifiques terrains que sont le grand parquet, la carrière des princes ou d’odelant, ainsi que le petit parquet. vous pourrez vous garer sur place et trouver toutes les commodités pour passer une journée sympathique, avec restauration (restaurants et stands à emporter de toutes les cuisines du monde) et possibilités d’hébergements aux alentours.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

obstacles en cso

Les obstacles en CSO : comment les différencier ?

Le saut d’obstacles (cso) est l’une des disciplines les plus réputées et reconnues du monde de l’équitation. présente aux jeux olympiques et dans les plus grands tournois hippiques, cette discipline permet aux plus grands cavaliers et à leur monture de briller par leur dextérité, puissance et précision en binôme. partant pour vous lancer à l’assaut de la course à saut d’obstacles ? découvrez les différents obstacles de cette discipline !   qu’est-ce que le cso ? durant le cso, ou course de saut d’obstacles, cavalier et monture doivent sauter plusieurs obstacles de différentes catégories, hauteur, longueur ou dangerosité. le tout sans faire tomber les barres, en restant tout simplement sur son cheval de la meilleure manière possible d’un point de vue technique, et dans le meilleur temps imparti. quels sont les différents obstacles en cso ? il existe différents types d’obstacles, en voici les principaux : l’obstacle droit Également appelé obstacle vertical, c’est l’obstacle le plus simple qui existe. on dispose des barres de manière horizontale et fixées grâce à des piliers verticaux à chaque extrémité. les barres cylindriques sont disposées plus ou moins hautes selon le niveau de difficulté. on peut également utiliser des palanques (des barres plates) ou des barrières. l’oxer l’oxer consiste en deux obstacles droits disposés l’un derrière l’autre, rendant le saut d’obstacles plus long et profond, donc plus technique à sauter. le cheval doit donc faire preuve de plus de puissance et de dextérité pour couvrir l’obstacle. les deux obstacles peuvent être plus éloignés en distance que la hauteur des barres de chaque obstacle. le spa le spa fait partie des obstacles de volée, c’est-à-dire, construit avec minimum trois niveaux d’obstacles consécutifs et à des hauteurs de barres différentes. pour le spa, les 3 barres qui s’enchaînent sont de plus en plus hautes. ce qui demande techniquement d’anticiper dès le début du saut la hauteur du dernier obstacle. l’oxer polonais c’est une variante de l’oxer simple. au lieu d’avoir deux ou plusieurs obstacles présentant des barres horizontales, on dispose les barres de tous les obstacles en croix. cela a le mérite de faciliter le passage du cheval au centre de l’obstacle, ou la hauteur est la moins haute. les obstacles double & triple les obstacles doubles et triples sont un enchaînement de deux ou trois obstacles simples, chacun séparé par une distance entre une et trois foulées. la difficulté de ces obstacles réside dans le fait que la distance soit limitée pour préparer sa monture à sauter, demandant une grande maîtrise du terrain et de la foulée de son cheval. la rivière comme son nom l’indique, la rivière consiste en un petit plan d’eau, devant lequel se trouve un obstacle. le cheval devra donc tout sauter et atterrir de l’autre côté du plan d’eau sans encombre. c'est un peu comme s’il sautait un lit d'une rivière dans le sens de la largeur.   l'obstacles de terre il consiste en un en monticule de terre dépassant le niveau du sol. on peut y disposer des obstacles variés pour accroitre la difficulté.   le bidet le bidet fait partie des obstacles de soubassements. situé à même le sol ou sous un obstacle élémentaire, il a pour objectif principal de rajouter des difficultés. le bidet consiste uniquement en un petit plan d’eau peu profond. les montures les plus sereines n’y feront pas vraiment attention en passant l’obstacle, quand il pourra bloquer les plus craintives. le fonctionnement d'un parcours de saut d'obstacles maintenant que vous connaissez les principaux sauts d’obstacle, sachez que plusieurs critères rentrent en compte, au-delà du saut des seuls obstacles, pour réussir votre course. parmi les principaux :  la hauteur ou longueur des obstacles. forcément, plus c’est difficile, plus cela fait des points.  le contenu des obstacles : si des difficultés y sont rajoutées, comme des soubassements par exemple (bidet, pneus, etc.), la difficulté augmente et le nombre de points avec.  la vitesse imposée et le chrono minimum à faire.  le type de terrain et son niveau de pente, tenant compte que les sols en sable sont les plus doux pour les pieds des chevaux. les meilleurs championnats de cso de l’histoire de l’équitation ? si vous souhaitez vous améliorer dans cette discipline en observant les meilleurs, pensez à regarder les plus grands championnats de cso, ou mieux encore, à vous y rendre. bien évidemment, rien de plus prestigieux que le concours de saut d’obstacles des jeux olympiques ou des championnats du monde. mais pensez aussi à vous rendre au concours hippique international de genève, le cso de france, le master pro ou bien encore, le jumping international de france, se déroulant en principe à la baule.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebooket instagram !...

pansage du cheval

Un bon pansage du cheval : explications et Astuces

Étape cruciale durant la prise de soin du cheval, le pansage doit être fait dans les règles pour optimiser son effet, nettoyer le cheval efficacement et créer une relation de confiance avec son cavalier. découvrez l’importance du pansage et comme bien panser son cheval ici.   qu’est-ce que le pansage et pourquoi faut-il panser son cheval ? le pansage du cheval consiste principalement à le nettoyer après une session d’exercice avec lui. mais il a également d’autres atouts, comme celui de masser le cheval, détendre ses muscles et vivifier sa circulation sanguine. c'est aussi le moment privilégié pour observer des blessures ou anomalies potentielles. avant tout, le pansage reste le meilleur moyen d’apprendre à connaître son cheval, et de créer une belle relation de confiance et de complicité entre le cavalier et sa monture. le plaisir doit donc être de mise, tant pour vous que pour lui !   le matériel pour panser son cheval en priorité, vous aurez besoin des outils suivants pour bien panser votre cheval : une étrille un bouchon, également appelé brosse dure une brosse douce une brosse à crin un cure-pied une éponge douce en option, vous pouvez rajouter des démêlants, pinceaux et pots de graisse ou élastiques, à votre convenance pour apprêter votre cheval comme il se doit !   comment bien panser son cheval ? selon votre fréquence de pansage et votre habitude de l’exercice, panser votre cheval devrait vous prendre entre 20 et 30 minutes. À chaque fois, nous vous conseillons de passer par les étapes suivantes : Étriller votre cheval À l’aide de l’étrille et en effectuant des mouvements circulaires sur les parties charnues (uniquement) du cheval, vous enlevez la plus grosse couche de terre, poussière et poils sur lui. brosser son cheval avec le bouchon À l’aide de cette brosse aux poils durs, vous pouvez enlever le surplus de poussière, paille et terre, déjà bien dégagées avec l’étrille, en effectuant des mouvements secs et droits dans le sens du poil. passer la brosse douce dernière étape concernant la robe du cheval, la brosse douce vous permet de lustrer la robe de votre monture en douceur. du fait de la douceur de cette brosse, vous pouvez vous permettre de la passer également sur des parties plus sensibles ou osseuses, comme les pattes, la tête et sur l’encolure.  utiliser la brosse à crin l’heure est venue de peigner le toupet, la crinière et la queue de votre cheval. allez-y doucement, en commençant par le bas, puis en remontant progressivement vers le haut de la crinière. n’hésitez pas à utiliser un spray démêlant si cela vous aide ! cureter les pieds avec le cure-pied cette étape est primordiale, et doit être effectuée avant et après chaque entraînement ou session avec votre cheval. grâce au cure-pied, vous pourrez retirer le surplus de terre, de cailloux et de paille accrochés sous les sabots. c’est aussi un bon moyen de vérifier régulièrement la ferrure de votre cheval. peaufiner avec l’éponge douce en utilisant de l’eau clair et une éponge douce, vous pourrez nettoyer les parties les plus sensibles de votre cheval : sa tête, ses oreilles, ses naseaux ou bien encore près des yeux.    besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebooket instagram !  ...

preparation du cavalier

La préparation du cavalier en compétition : 7 conseils

on parle souvent de préparation physique de sa monture avant d’attaquer une nouvelle saison de concours hippiques. la préparation physique et mentale du cavalier est pourtant tout aussi importante, voire centrale dans le processus de réussite. car un cavalier stressé transmettra son anxiété à sa monture, ce qui promet quelques mauvaises surprises à l’arrivée. prévoyez donc la meilleure préparation physique et mentale pour optimiser votre réussite. voici comment.     Étape 1 : donnez-vous des objectifs ne pas se donner d’objectifs clairs, atteignables et mesurables en début de saison est le meilleur moyen de s’éparpiller, de se démotiver ou même, de paniquer en cours de route et à l’arrivée de certains concours. conséquences : de mauvais résultats, beaucoup de stress et un cheval qui en pâtie aussi. sans parler des risques plus importants de blessures. posez-vous deux minutes et donnez-vous des objectifs clairs. un concours à réussir ? un niveau régional ou national à atteindre ? un type de discipline dans lequel s’améliorer ? faire connaissance avec votre nouvelle monture en compétition ? notez-le et vous pourrez passer à la seconde étape : bâtir votre planning de saison.   Étape 2 : planifiez votre saison de concours en amont maintenant que vous savez quels sont vos objectifs, planifiez votre planning de compétitions pour vous donner les meilleures chances d’y arriver. listez-vous tous les concours qui vous intéressent potentiellement, ainsi que leurs dates, niveau de difficulté et prérequis de qualification. vous allez pouvoir opérer un tri progressif en fonction de vos critères géographiques, de niveaux, de coûts et de fréquence de compétition. pensez également au temps de trajet et de repos de votre monture entre deux compétitions. une fois ce travail fait en quelques heures maximum, vous aurez une vision déjà plus claire de ce qui vous attend pour la saison à venir, et comment vous y préparer au mieux.   Étape 3 : préparez votre planning d’entraînement avec votre monture toujours dans un souci de clarté, anticipez en début de saison un planning d’entraînement avec votre monture. inutile d'être précis au jour près. mais listez-vous les types d’exercices que vous voulez travailler en priorité chaque mois, ou quelques semaines avant une compétition précise, pour avoir un programme le plus complet possible : trotting, galop, vie en paddock si ce n’est pas encore le cas, saut d’obstacles, balade, dressage, endurance... variez les exercices en fonction des concours à venir et de la forme de votre cheval. le mot d’ordre : travailler & se faire plaisir ensemble !   Étape 4 : préparez-vous physiquement vous devez être aussi préparé que votre monture physiquement, voire plus. car un cheval ne peut être performant que si son cavalier est tout à la fois souple, tonique et concentré. la préparation du cavalier avant une compétition demande également du sport à coté. pour la partie cardio, privilégiez des sports comme la natation, la course et la gym. pensez à faire des exercices d’abdos et de gainage régulier. il est également important pour un cavalier d’être le plus souple possible, pour ne faire qu’un avec son cheval. privilégiez donc aussi des pratiques douces et musclant en profondeur, comme le yoga ou le pilates. peu de temps avant les compétitions, mangez sainement et dormez le temps qu’il faut, à des heures régulières. et n’oubliez pas de prévoir un certificat médical en début de saison pour participer aux concours.   Étape 5 : préparez-vous mentalement c’est la préparation du cavalier passe aussi par le mental, il fait aujourd’hui souvent la différence, dans les compétitions de haut niveau. au-delà des critères techniques et physiques, un bon cavalier est avant tout un cavalier serein, centré et le plus détendu possible. car s’il y a bien une chose de sûre, c’est que tout le stress du cavalier est ressenti par son cheval, très sensible au moindre changement d’humeurs de son cavalier et à sa peur. il est donc primordial de travailler son mental sur le long terme. pratiquer des exercices de respirations et de relaxation aide à se calmer sur le long terme. les exercices de visualisations et d’affirmations positives font aussi des merveilles, pour être ancré dans le moment présent et plus serein les jours de compétitions.   Étape 6 : anticipez vos compétitions l’ennemi du cavalier et de sa monture, c’est encore une fois le stress et le manque de préparation. tout ce qui peut concourir à calmer la paire sur le sujet est bienvenu. de fait, anticipez. quelques semaines avant le concours, prévoyez un planning d’entraînement plus précis. privilégiez les rituels réguliers de préparation avec votre monture. cela permettra de lui donner des repères rassurants, de la calmer et d’augmenter sa confiance en vous les jours de compétitions, dans un environnement nouveau et souvent, anxiogène. et vous concernant, révisez vos parcours, enchaînements par cœur, jusqu’à la veille au soir. repérez les lieux le jour j un peu avant la compétition, pour être le moins destabilisé possible par la nouveauté. et faites-vous confiance à l'instant t !   Étape 7 : équipez-vous ! avoir son équipement complet et prêt à l’emploi participe aux rituels pouvant calmer le cavalier et sa monture. en début de saison, listez-vous ce dont vous avez besoin au quotidien et pendant les concours : équipements, outils de pansage, accessoires de transport et tenues de concours. préparez votre matériel la veille de partir, pour ne rien oublier. vous êtes prêt, il n’y a plus qu’à briller maintenant !     besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr! retrouvez-nous également sur notre page facebooket instagram !  ...

la préparation du cheval de complet

La préparation d’un cheval de complet : le guide pratique

Pour programmer l’entrainement de son cheval de complet, il faut se fixer des objectifs. l’objectif principal de l’entraînement au concours complet ? bien préparer son cheval pour qu’il puisse donner son maximum, sans se blesser et sans subir de contraintes physiques trop importantes. comment préparer un cheval au concours complet ? À savoir avant de commencer l’entraînement de votre cheval de complet : l’entraînement améliore les qualités physiques, physiologiques, techniques de l’animal et du cavalier ou de la cavalière. il prépare aux sollicitations intenses de la compétition. durant l’entraînement, la préparation du cheval de complet devra être progressive et entrecoupée de phases de récupération suffisantes. les entraînements seront proches des exercices de la compétition. il faut donc définir les objectifs de chaque séance d’entraînement. les séances devront être personnalisées et les situations d’entraînement devront être variées. en définissant des objectifs définis, il sera possible d’évaluer l’avance ou le retard dans la préparation. en effet, celle-ci peut être perturbée par les conditions météorologiques ou les incidents de santé. il ne peut y avoir d’amélioration de la performance sans travail et donc, sans fatigue. il ne faut en aucun cas supprimer les séances intenses ou les espacer trop fortement. pendant la compétition, cela conduit à des contraintes extrêmes auxquelles les chevaux ne sont pas préparés.   organisation de la programmation la programmation de l’entraînement débute à la remise en travail. elle suit la période de repos qui vient après l’objectif principal (op) de fin de saison précédente. elle est cadencée par les objectifs intermédiaires (oi) : épreuves de préparation ou épreuves de sélection.   la progression il est important de bien enchaîner les cycles. souvent, la partie préparatoire « endurance générale » est occultée par la préparation. le cheval de complet commence alors ses galops spécifiques sans mise en condition réaliste préalable. pourtant, cette phase de 4 à 6 semaines est indispensable à la préparation des efforts. cette période est allongée chez le jeune cheval et plus courte lorsqu’elle sépare deux macrocycles au sein d’une même saison sportive.   la récupération du cheval de complet pour améliorer une caractéristique, il faut durcir l’entraînement en quantité, voire en intensité. les séances rapprochées et la récupération incomplète interdisent les cycles intensifs prolongés sans cycle de restauration (désaturation selon les auteurs). la compétition principale (op), doit toujours être précédée d’un cycle de récupération d’environ 15 jours. certains cavaliers pris par le temps ont tendance à augmenter la quantité de travail dans une période pré-compétitive. c’est une erreur. les enchaînements entre phase intense de développement et phase de restauration sont indispensables à l’amélioration de la performance. l'organisation des cycles la phase préparatoire : la préparation physique générale participe à la mise en condition générale du cheval. elle prépare à l’intensité future de l’entraînement spécifique.   la phase de développement : elle consiste en un ou plusieurs cycles de préparation physique et technique (ppt). c’est une phase particulièrement soutenue. ici, on recherche le développement des capacités musculaires et cardiaques du cheval. entre deux cycles intenses, un cycle de préparation technique et de restauration (ptr) est nécessaire. le travail continu sera modéré, propre à restaurer les réserves énergétiques du cheval et à réduire le niveau de fatigue.   la phase de compétition intermédiaire : la phase de pré-compétition avant les objectifs intermédiaires (pré-oi) est caractérisée par une montée en puissance progressive. il faut prendre en compte le temps d’habituation du cheval à l’environnement et le délai de récupération du transport. le cycle post compétition intermédiaire (post-oi) assure la récupération de la compétition. il intervient avant l’enchaînement vers une nouvelle phase développement. il inclut le bilan vétérinaire et l’analyse de la performance. pour évaluer la condition du cheval, des mesures de lactatémie en fin de cross de compétition peuvent être effectuées.   la phase de préparation terminale avant l’objectif principal : cette phase contient deux cycles : un micro cycle de préparation spécifique (pps). il est totalement orienté vers le développement de la puissance maximale aérobie. les autres activités contribueront uniquement à la récupération sans recherche technique ; un cycle de préparation technique et de restauration (ptr) où tout est organisé autour d’un travail continu et modéré. le but est de restaurer les réserves énergétiques, de réduire le niveau de fatigue et de développer la qualité technique des présentations. si votre cheval court régulièrement (environ toutes les 4 à 6 semaines) sur des épreuves de niveau et de type similaire, la phase entre deux compétitions devient une phase de maintien. elle devra être à dominante technique et les galops seront espacés et de moindre intensité.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

equipement de son cheval

Quel équipement faut-il pour son cheval ?

Chaque cheval a des besoins spécifiques. certains sont plus rustiques d’autres et ont donc moins besoin de matériel. toutefois, tous les chevaux ont des besoins communs. l’équipement essentiel du cheval, c’est quoi ?   la selle, équipement équestre par excellence il est indispensable que la selle soit parfaitement adaptée à la morphologie du cheval. avant d'être achetée, une selle s'essaye directement sur le dos du cheval. votre confort de cavalier est important, mais celui de votre monture l’est encore plus. l'arçon ne doit pas lui bloquer les épaules et le pommeau ne doit pas appuyer sur son garrot. une selle mal adaptée peut provoquer des lésions, notamment au niveau des vertèbres. le frottement de la selle sur le garrot ou une autre partie du dos peut aussi engendrer des plaies. n'hésitez pas à solliciter le sellier pour qu'il se déplace et vous fasse essayer plusieurs selles. avec les selles, vous devrez acquérir des étriers et une sangle. cette dernière sera ergonomique, en cuir ou en nylon, voire élastique. pour éviter les irritations, vous pouvez recouvrir la sangle d'un fourreau en mouton. si vous faites du saut d’obstacle, pensez à la bavette.   equipement pour son cheval : le tapis et l'amortisseur pour éviter tout contact entre la peau du cheval et la selle, le tapis doit être plus large que la selle. il absorbe aussi la transpiration. l'amortisseur protège le dos de l'animal en amortissant les chocs provoqués par le cavalier. il se place entre le tapis et la selle.   le filet le filet est choisi en fonction de la discipline. toutefois, il existe de nombreux modèles polyvalents. il doit être bien adapté à la tête du cheval et bien réglé pour éviter tout risque de blessure. vérifiez la longueur des montants (place du mors dans la bouche), la muserolle (peut empêcher de respirer) et la sous-gorge (on doit pouvoir passer son poing fermé entre la sous-gorge et la gorge).   les protections comme pour le filet, les protections dépendent de la discipline pratiquée. elles seront aussi choisies en fonction de la taille du cheval. les protections des membres du cheval sont les guêtres, pour les membres antérieurs et postérieurs, ainsi que les cloches et les protège-boulets. ces derniers sont particulièrement conseillés pour les chevaux qui ont tendance à marcher sur les glomes avec leurs postérieurs. les protections ne doivent pas comprimer les tendons de l'animal.   les couvertures : équipement pour son cheval indispensable la couverture sera choisie en fonction de la taille et de la morphologie du cheval. le mieux est d’avoir plusieurs couvertures : une couverture de box, pour le protéger du froid (pas nécessairement imperméable) ; une couverture d'extérieur (imperméable) quand le cheval est au pré ; une couverture séchante, quand l'animal a travaillé et beaucoup transpiré. la couverture doit toujours être propre, surtout si elle est bien ajustée. attention à ne pas couvrir votre cheval lorsqu’il est mouillé par la transpiration. il faut toujours attendre que le cheval soit sec avant de « l'habiller ». une trousse de soins : la pharmacie d’écurie pour pouvoir soigner toute éventuelle blessure, une trousse de soin sera nécessaire. elle comportera au minimum : désinfectant ; pommade au zinc ; ciseaux ; pince à épiler ; thermomètre digital ; bande adhérente ; pince à tiques ; ouate pour bandages ; bandage adhésif. avec tout ce matériel, vous êtes prêt.e à recevoir dignement votre premier cheval à la maison ! besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !...

peur des chevaux

Comment ne pas avoir peur des chevaux et ne pas les effrayer ?

Le cheval est un animal particulièrement sensible et craintif. c’est par essence un herbivore prédaté, qui avait autrefois pour habitude d’être chassé. tout mouvement brusque, agression verbale ou physique le terrifie. de par leur sensibilité, les chevaux perçoivent aussi la peur des autres mammifères qui les entourent. ainsi, si vous êtes apeuré.e en approchant un cheval, celui-ci le sentira et pourrait s’inquiéter aussi. si vous avez peur, le cheval aura peur aussi, alors, que faire ?   la peur du cavalier : comment s’en défaire ? qu’elle soit consciente ou inconsciente, la peur est une source de blocage. elle empêche le cavalier de profiter pleinement de sa passion. les peurs les plus courantes sont la peur de perdre le contrôle de sa monture et la peur de tomber. parfois, la peur est en lien avec une activité spécifique (trotter ou galoper, sauter, aller en balade) ou un cheval en particulier. le danger de la peur, c’est que la peur peut envahir le cavalier et lui faire perdre ses moyens. de plus, il transmet sa peur à sa monture, ce qui peut amplifier la situation et le danger.   l’importance de comprendre et d’accepter sa peur quelle que soit l’origine de la peur, il est important de l’identifier et de l’accepter afin de pouvoir s’en libérer. ensuite, il est important d’analyser objectivement les situations où vous avez eu peur. avoir une vue objective des circonstances dans lesquelles vous avez ressenti de la peur vous permet d’apprendre de vos erreurs et de ne pas continuer à les reproduire. À terme, cela permet de trouver des solutions pour vous aider à dépasser vos peurs. la peur est une émotion, et il est tout à fait possible de la maîtriser. comment faire pour dépasser sa peur à cheval ? la posture : travaillez sur vous-même et sur vos émotions. respirez profondément et ne bloquez pas votre respiration. relaxez-vous et adoptez une posture décontractée. le monologue intérieur : concentrez-vous sur votre objectif et pas sur ce qui risque d’arriver. dites-vous que le cheval est votre ami, et que si vous restez calme, il ne peut rien vous arriver. lorsque l’on souhaite dépasser sa peur à cheval, il est essentiel de faire les choses progressivement. décomposez les difficultés en petits sous-objectifs. procéder de cette façon vous permettra d’aller un peu plus loin à chaque séance et d’obtenir de petites « victoires » qui vous aideront à reprendre confiance. par exemple, si vous avez peur des allures vives, allez de plus en plus vite, mais très progressivement. si vous n’arrivez pas à vaincre votre peur, ne restez pas seul face à elle. faites-vous accompagner par un professionnel. si votre enseignant n’est pas compréhensif, changez d’enseignant ! et si ça ne marche pas ? vous pouvez faire appel à un psychologue ou à un autre professionnel de la thérapie.   mon cheval a peur, comment l’aider ? tout d’abord, éclaircissons un point : un cheval ne sait pas faire semblant d’avoir peur. comme tous les animaux, ils vivent dans le moment présent et ne font que réagir à ce qui les entoure. certains chevaux prendront peur plus facilement que d’autres selon leur tempérament, leur passé et leur humeur.   faut-il punir un cheval qui a peur ? les chevaux ont souvent peur de ce qu’ils ne connaissent pas et gardent longtemps la mémoire d’une mauvaise expérience. comme ce sont des animaux à l’instinct de fuite exacerbé, la punition n’entraînerait qu’une surcharge émotionnelle. la punition est la pire des réactions face à la peur.   que faire face à un cheval qui a peur ? la méthode la plus efficace face à la peur pour la majorité des chevaux : l’indifférence. comment faire ? ignorez la peur de votre cheval, resterez le plus décontracté et impassible possible. une fois le cheval calmé, revenez à ce que vous étiez précisément en train de faire le plus rapidement possible. soyez calme et indulgent, c’est la meilleure méthode. en restant parfaitement calme, votre cheval prendra confiance en vous parce que votre attitude sera rassurante.   avec les chevaux, les meilleures armes sont la patience, la persévérance et le calme.   pour que les situations nouvelles et inconnues deviennent moins effrayantes, confrontez-y votre cheval régulièrement, mais doucement. la présence du cavalier et la confiance que le cheval lui accorde ont une importance déterminante. un cheval qui a confiance en son cavalier se fiera à lui et calquera son comportement sur le sien. besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram !  ...

chevaux en automne

Tous nos conseils pour protéger votre cheval en automne

L’automne arrive et son lot de vent, de pluie et de chute des températures aussi. À chaque changement de saison, nos animaux sont soumis à de nouveaux risques sanitaires. alors que faire, pour que votre cheval vive le changement de saison le mieux possible ? voici 9 conseils pour aider son cheval à affronter l’automne et l’hiver à venir, en toute sérénité.   comment préparer un cheval à l’automne ?   vermifuger le cheval comme chaque changement de saison, l’arrivée de l’automne présume une nouvelle administration de vermifuge. en fonction de l’âge de votre animal, de son poids, de son état de santé, de son mode de vie et de son environnement, vous devrez adapter les doses. demandez conseil à votre vétérinaire sur le choix de la molécule et de l’intérêt d’une vermifugation. vermifuger son cheval permet de prévenir les infestations par tous parasites internes adultes, larves et vers compris. cela protégera votre cheval des nombreuses pathologies, telles que les coliques, diarrhées ou la perforation intestinale.   traiter le cheval contre les tiques de nombreuses solutions existent pour prévenir l’infestation de tiques chez le cheval. sprays, répulsifs aux huiles essentielles, comprimés au sélénium… À vous de choisir la meilleure option ! les tiques, au-delà d’être gênantes pour le cheval, entraînent des maladies comme la piroplasmose et la maladie de lyme. ces deux pathologies sont graves et dangereuses pour la santé du cheval. bien diagnostiquées, elles se soignent assez facilement. empêcher le cheval de manger des glands les glands sont toxiques pour les chevaux à cause des tanins qu’ils contiennent. les glands verts sont les plus toxiques. les symptômes sont : constipation, diarrhée, perte d’appétit, coliques, urines foncées et épaisses, hémorragie intestinale et parfois, mort du cheval. si la pâture de votre cheval contient des chênes, changez-le de pâture ou installer des clôtures autour des arbres.   tondre son cheval en automne chez le cheval, les poils courts doux et épais servent d’isolant contre le froid. les poils longs en surface, servent à se prémunir de l’humidité et gardent la peau du cheval au sec. il faut donc adapter la tonte du cheval en fonction de son travail (intensif ou non) et de sa condition de vie (pré ou box). si le cheval ne travaille pas ou peu, il n’est pas nécessaire de le tondre. une couverture séchante après le travail peut suffire. tondre un cheval lui permet de diminuer sa transpiration et facilite le séchage après le travail. plus il sèche vite, moins il est susceptible d’attraper froid. si vous souhaitez tondre, la tonte commence à la fin de l’automne. c’est à ce moment que les chevaux font leur poil d’hiver et commencent à transpirer plus abondamment.   installer un abri à cheval le froid et l’humidité entravent la thermorégulation chez le cheval. la pluie est donc un facteur dérangeant pour lui. un cheval au pré doit pouvoir s’abriter sous un abri trilatéral, exposé au sud ou à l’est qui le protège du vent et des intempéries.   aérer les box et ventiler les écuries pour les chevaux en box, il sera nécessaire de bien ventiler les écuries. en effet, les dépôts de poussières et les courants d’air peuvent engendrer des maladies pulmonaires. entretenir les pieds du cheval en automne l’humidité peut abîmer les fourchettes, rendre les cornes molles, etc. pour protéger les pieds d’un cheval, appliquer régulièrement de la graisse ou de l’huile adaptées à la saison. le goudron de norvège, par exemple, permet d’assécher et de garder la fourchette saine.   soigner les pieds d’un cheval en automne pour prévenir et éviter de tondre les membres et les fanons, il faudra doucher les membres après le travail. en effet, il est nécessaire d’enlever la boue et le sable. le plus important est de penser à bien sécher les pâturons. parfois, avec le froid et l’humidité, des blessures peuvent apparaître : les crevasses: elles sont souvent liées à une humidité persistante sur les membres, qui favorise l’apparition de germes ; la gale de boue: elle se développe avec l’humidité et infecte les pâturons. elle peut entraîner des lésions de la peau, comme des crevasses ou des plaies. en cas de lésion, vous pourrez tondre pour mieux nettoyer.   adapter l’alimentation en automne adapter l’alimentation en fonction de la qualité de la pâture, de l’activité du cheval et de son état de santé. si besoin, complémenter en foin. par ailleurs, les chevaux adorent ronger le bois et les branches à certaines périodes de l’année, en particulier en automne. avant, les prairies étaient bordées de haies et les animaux pouvaient facilement complémenter leur ration en mangeant dans les haies. les chevaux raffolent des branches et des tailles d’arbres. attention cependant, tous les arbres ne conviennent pas. il faut proscrire tout ce qui est exotique, ornemental et conifère. donnez-leur du noisetier, du saule, de l’aubépine, du frêne et des arbres fruitiers. n’oubliez pas non plus des plantes comme les orties et les charbons qui, une fois fauchées et un peu séchées, sont des aliments très appréciés   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram ! ....

travail a pied cheval 2

Le travail à pied et aux longues rênes : guide pratique

Le travail à pied et aux longues rênes est idéal pour prendre contact avec votre cheval. ces exercices permettent de vous mettre en communication avec lui. de nombreux chevaux aiment travailler sans cavalier sur le dos. ces techniques sont donc parfaites pour nouer de nouveaux liens et pour lui apprendre de nouvelles choses. comment travailler à pied et aux longues rênes avec son cheval ?   pourquoi travailler à pied avec son cheval :   travailler à pied, c’est le meilleur moyen de faire connaissance. vous pouvez observer la façon dont votre compagnon se déplace et pose ses pieds. vous pouvez mieux voir les moments où il se décontracte ou au contraire se raidit. autant de signes que l’on ne perçoit pas forcément en selle. avoir une vision extérieure du cheval permet de mieux le visualiser. essayez de focaliser votre attention sur la ligne du dessus, des oreilles jusqu’à la queue. l’énergie doit circuler le long de cette zone. de nombreux chevaux ayant été montés présentent une sorte d’atrophie musculaire à cet endroit. en effet, la selle, des enrênements trop contraignants ou des embouchures trop dures créent une zone de cassure, où l’énergie ne circule plus. le travail à pied, au travers de différents exercices, permet de libérer ces zones de blocage. il est important de laisser le cheval se servir de son corps sans contrainte. quinze à vingt minutes de longe sont particulièrement bénéfiques avant la monte. si vous travaillez à pied régulièrement, votre communication deviendra en plus subtile. vous allez apprendre le langage du cheval.   comment bien travailler aux longues rênes et à pied ? tout d’abord, il est important de rester concentré.e. votre cheval pose des questions, soyez prêt.e à lui répondre ! si vous êtes au téléphone, en train de regarder ailleurs ou de bavarder, la question du cheval reste sans réponse. il est primordial d’être “à l’écoute”, de savoir déchiffrer son langage. c’est une question d’habitude et de bon sens naturel. travailler à pied et établir une vraie communication est un gain de temps une fois en selle. mais comment faire ? c’est très simple. quand le cheval va dans le sens de l’objectif choisi, vous relâchez la pression. À l’inverse, s’il s’en éloigne, vous maintenez ou renforcez la pression. l’essentiel est de placer le cheval dans le confort ou dans l’inconfort, afin de l’emmener à aller dans votre sens. pour ce faire, il existe de nombreuses nuances. le confort, c’est aussi cesser une action, récompenser par une friandise ou une caresse, rentrer à l’écurie… mettre le cheval dans l’inconfort, c’est maintenir une forme de gêne. celle-ci l’incite à venir ou à revenir dans la situation où il peut évoluer sans contrainte, dans une sorte de liberté surveillée. l’inconfort, ce n’est jamais une violence ou une agression physique ! il faut en quelque sorte montrer au cheval le chemin qui mène vers la solution : le confort. À terme, le travail à pied doit devenir un moment de complicité et de compréhension mutuelle.   besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? en à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site equidassur.fr ! retrouvez-nous également sur notre page facebook et instagram ! ...

0.025
0.025
0.025
0.025
0.025
0.026
0.026
0.026
0.026
0.026
0.03
0.03
0.03
0.03
0.03