La préparation du cavalier en compétition : 7 conseils

preparation du cavalier

On parle souvent de préparation physique de sa monture avant d’attaquer une nouvelle saison de concours hippiques. La préparation physique et mentale du cavalier est pourtant tout aussi importante, voire centrale dans le processus de réussite. Car un cavalier stressé transmettra son anxiété à sa monture, ce qui promet quelques mauvaises surprises à l’arrivée. Prévoyez donc la meilleure préparation physique et mentale pour optimiser votre réussite. Voici comment.

 

preparation du cavalier

 

Étape 1 : donnez-vous des objectifs

Ne pas se donner d’objectifs clairs, atteignables et mesurables en début de saison est le meilleur moyen de s’éparpiller, de se démotiver ou même, de paniquer en cours de route et à l’arrivée de certains concours. Conséquences : de mauvais résultats, beaucoup de stress et un cheval qui en pâtie aussi. Sans parler des risques plus importants de blessures. Posez-vous deux minutes et donnez-vous des objectifs clairs. Un concours à réussir ? Un niveau régional ou national à atteindre ? Un type de discipline dans lequel s’améliorer ? Faire connaissance avec votre nouvelle monture en compétition ? Notez-le et vous pourrez passer à la seconde étape : bâtir votre planning de saison.

 

Étape 2 : planifiez votre saison de concours en amont

Maintenant que vous savez quels sont vos objectifs, planifiez votre planning de compétitions pour vous donner les meilleures chances d’y arriver. Listez-vous tous les concours qui vous intéressent potentiellement, ainsi que leurs dates, niveau de difficulté et prérequis de qualification. Vous allez pouvoir opérer un tri progressif en fonction de vos critères géographiques, de niveaux, de coûts et de fréquence de compétition. Pensez également au temps de trajet et de repos de votre monture entre deux compétitions. Une fois ce travail fait en quelques heures maximum, vous aurez une vision déjà plus claire de ce qui vous attend pour la saison à venir, et comment vous y préparer au mieux.

 

Étape 3 : préparez votre planning d’entraînement avec votre monture

Toujours dans un souci de clarté, anticipez en début de saison un planning d’entraînement avec votre monture. Inutile d’être précis au jour près. Mais listez-vous les types d’exercices que vous voulez travailler en priorité chaque mois, ou quelques semaines avant une compétition précise, pour avoir un programme le plus complet possible : trotting, galop, vie en paddock si ce n’est pas encore le cas, saut d’obstacles, balade, dressage, endurance… Variez les exercices en fonction des concours à venir et de la forme de votre cheval. Le mot d’ordre : travailler & se faire plaisir ensemble !

 

Étape 4 : préparez-vous physiquement

Vous devez être aussi préparé que votre monture physiquement, voire plus. Car un cheval ne peut être performant que si son cavalier est tout à la fois souple, tonique et concentré. La préparation du cavalier avant une compétition demande également du sport à coté. Pour la partie cardio, privilégiez des sports comme la natation, la course et la gym. Pensez à faire des exercices d’abdos et de gainage régulier. Il est également important pour un cavalier d’être le plus souple possible, pour ne faire qu’un avec son cheval. Privilégiez donc aussi des pratiques douces et musclant en profondeur, comme le yoga ou le pilates. Peu de temps avant les compétitions, mangez sainement et dormez le temps qu’il faut, à des heures régulières. Et n’oubliez pas de prévoir un certificat médical en début de saison pour participer aux concours.

 

Étape 5 : préparez-vous mentalement

C’est la préparation du cavalier passe aussi par le mental, il fait aujourd’hui souvent la différence, dans les compétitions de haut niveau. Au-delà des critères techniques et physiques, un bon cavalier est avant tout un cavalier serein, centré et le plus détendu possible. Car s’il y a bien une chose de sûre, c’est que tout le stress du cavalier est ressenti par son cheval, très sensible au moindre changement d’humeurs de son cavalier et à sa peur. Il est donc primordial de travailler son mental sur le long terme. Pratiquer des exercices de respirations et de relaxation aide à se calmer sur le long terme. Les exercices de visualisations et d’affirmations positives font aussi des merveilles, pour être ancré dans le moment présent et plus serein les jours de compétitions.

 

Étape 6 : anticipez vos compétitions

L’ennemi du cavalier et de sa monture, c’est encore une fois le stress et le manque de préparation. Tout ce qui peut concourir à calmer la paire sur le sujet est bienvenu. De fait, anticipez. Quelques semaines avant le concours, prévoyez un planning d’entraînement plus précis. Privilégiez les rituels réguliers de préparation avec votre monture. Cela permettra de lui donner des repères rassurants, de la calmer et d’augmenter sa confiance en vous les jours de compétitions, dans un environnement nouveau et souvent, anxiogène. Et vous concernant, révisez vos parcours, enchaînements par cœur, jusqu’à la veille au soir. Repérez les lieux le jour J un peu avant la compétition, pour être le moins destabilisé possible par la nouveauté. Et faites-vous confiance à l’instant T !

 

Étape 7 : équipez-vous !

Avoir son équipement complet et prêt à l’emploi participe aux rituels pouvant calmer le cavalier et sa monture. En début de saison, listez-vous ce dont vous avez besoin au quotidien et pendant les concours : équipements, outils de pansage, accessoires de transport et tenues de concours. Préparez votre matériel la veille de partir, pour ne rien oublier. Vous êtes prêt, il n’y a plus qu’à briller maintenant !

 

preparation du cavalier

 

Besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? En à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site Equidassur.fr! Retrouvez-nous également sur notre page Facebooket Instagram !

 

Retour
0.025
0.025
0.025
0.025
0.025
0.026
0.026
0.026
0.026
0.026
0.03
0.03
0.03
0.03
0.03