La préparation d’un cheval de complet : le guide pratique

la préparation du cheval de complet

Pour programmer l’entrainement de son cheval de complet, il faut se fixer des objectifs. L’objectif principal de l’entraînement au concours complet ? Bien préparer son cheval pour qu’il puisse donner son maximum, sans se blesser et sans subir de contraintes physiques trop importantes.

Comment préparer un cheval au concours complet ?


À savoir avant de commencer l’entraînement de votre cheval de complet :

L’entraînement améliore les qualités physiques, physiologiques, techniques de l’animal et du cavalier ou de la cavalière. Il prépare aux sollicitations intenses de la compétition.

Durant l’entraînement, la préparation du cheval de complet devra être progressive et entrecoupée de phases de récupération suffisantes.

Les entraînements seront proches des exercices de la compétition. Il faut donc définir les objectifs de chaque séance d’entraînement. Les séances devront être personnalisées et les situations d’entraînement devront être variées.

En définissant des objectifs définis, il sera possible d’évaluer l’avance ou le retard dans la préparation. En effet, celle-ci peut être perturbée par les conditions météorologiques ou les incidents de santé.

Il ne peut y avoir d’amélioration de la performance sans travail et donc, sans fatigue. Il ne faut en aucun cas supprimer les séances intenses ou les espacer trop fortement. Pendant la compétition, cela conduit à des contraintes extrêmes auxquelles les chevaux ne sont pas préparés.

 

Organisation de la programmation

La programmation de l’entraînement débute à la remise en travail. Elle suit la période de repos qui vient après l’objectif principal (OP) de fin de saison précédente. Elle est cadencée par les objectifs intermédiaires (OI) : épreuves de préparation ou épreuves de sélection.

 

La progression

Il est important de bien enchaîner les cycles. Souvent, la partie préparatoire « endurance générale » est occultée par la préparation. Le cheval de complet commence alors ses galops spécifiques sans mise en condition réaliste préalable. Pourtant, cette phase de 4 à 6 semaines est indispensable à la préparation des efforts.

Cette période est allongée chez le jeune cheval et plus courte lorsqu’elle sépare deux macrocycles au sein d’une même saison sportive.

 

La récupération du cheval de complet

Pour améliorer une caractéristique, il faut durcir l’entraînement en quantité, voire en intensité. Les séances rapprochées et la récupération incomplète interdisent les cycles intensifs prolongés sans cycle de restauration (désaturation selon les auteurs).

La compétition principale (OP), doit toujours être précédée d’un cycle de récupération d’environ 15 jours. Certains cavaliers pris par le temps ont tendance à augmenter la quantité de travail dans une période pré-compétitive. C’est une erreur.

Les enchaînements entre phase intense de développement et phase de restauration sont indispensables à l’amélioration de la performance.

cheval de complet le guide pratique

L’organisation des cycles

La phase préparatoire :

La préparation physique générale participe à la mise en condition générale du cheval. Elle prépare à l’intensité future de l’entraînement spécifique.

 

La phase de développement :

Elle consiste en un ou plusieurs cycles de préparation physique et technique (PPT). C’est une phase particulièrement soutenue. Ici, on recherche le développement des capacités musculaires et cardiaques du cheval.

Entre deux cycles intenses, un cycle de préparation technique et de restauration (PTR) est nécessaire. Le travail continu sera modéré, propre à restaurer les réserves énergétiques du cheval et à réduire le niveau de fatigue.

 

La phase de compétition intermédiaire :

La phase de pré-compétition avant les objectifs intermédiaires (pré-OI) est caractérisée par une montée en puissance progressive. Il faut prendre en compte le temps d’habituation du cheval à l’environnement et le délai de récupération du transport.

Le cycle post compétition intermédiaire (post-OI) assure la récupération de la compétition. Il intervient avant l’enchaînement vers une nouvelle phase développement. Il inclut le bilan vétérinaire et l’analyse de la performance.

Pour évaluer la condition du cheval, des mesures de lactatémie en fin de cross de compétition peuvent être effectuées.

 

La phase de préparation terminale avant l’objectif principal :

Cette phase contient deux cycles :

  • Un micro cycle de préparation spécifique (PPS). Il est totalement orienté vers le développement de la puissance maximale aérobie. Les autres activités contribueront uniquement à la récupération sans recherche technique ;
  • Un cycle de préparation technique et de restauration (PTR) où tout est organisé autour d’un travail continu et modéré. Le but est de restaurer les réserves énergétiques, de réduire le niveau de fatigue et de développer la qualité technique des présentations.

Si votre cheval court régulièrement (environ toutes les 4 à 6 semaines) sur des épreuves de niveau et de type similaire, la phase entre deux compétitions devient une phase de maintien. Elle devra être à dominante technique et les galops seront espacés et de moindre intensité.

 

Besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? En à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site Equidassur.fr ! Retrouvez-nous également sur notre page Facebook et Instagram !

Retour
0.025
0.025
0.025
0.025
0.025
0.026
0.026
0.026
0.026
0.026
0.03
0.03
0.03
0.03
0.03