L’insuffisance rénale chez le cheval

insuffisance rénale chez le cheval

Dans l’organisme de nos équidés préférés, les reins sont au cœur du processus de nettoyage. En effet, ils aident à l’élimination des substances qui sont difficilement évacuées par les crottins. Il s’agit d’un organe primordial qui aide à maintenir l’équilibre acido-basique (régulation de l’élimination des ions hydrogène permettant de conserver l’équilibre acido-basique du corps) et électrolytique (le sodium, le potassium et le chlore ont une concentration dans le sang qui doit être contrôlée.).

Avec le foie, le rein est chargé d’éliminer les déchets de l’animal : c’est alors le deuxième organe majeur du corps du cheval.

Situés dans l’abdomen, sous les lombaires du cheval, ils mesurent entre 14 et 18 centimètres de long. Comme chez de nombreux mammifères, ces organes sont touchés par des maladies.

L’insuffisance rénale chez le cheval est une pathologie connue chez l’homme pouvant également toucher nos montures, bien que moins répandues.

insuffisance rénale

Qu’est-ce que l’insuffisance rénale chez le cheval ?

Tout d’abord, l’insuffisance désigne l’incapacité d’un organe d’assurer ses fonctions (insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque, etc.). Ainsi, dans le cas d’une insuffisance rénale chez le cheval, le rein ne fonctionne pas correctement. Ce sont en général les animaux plus vieux qui sont concernés par ce problème.

Dans l’organisme, chaque organe possède un rôle important : celui du rein est fondamental. C’est pour cela qu’il faut agir rapidement, car un dysfonctionnement rénal peut s’avérer mortel.

 

Afin de comprendre ce phénomène, il faut tout d’abord comprendre l’utilisation de cet organe. L’unité fonctionnelle et structurale du rein est le néphron, qui filtre le sang et intervient dans la formation de l’urine. Ainsi, pour filtrer le sang, deux étapes interviennent : – la filtration glomérulaire

– la réabsorption par le sang des substances essentielles (comme l’eau et les sels minéraux).

 

La formation du sang permet donc d’éliminer les mauvais éléments, les déchets et les toxines en les transformant en urine. Si les néphrons ne fonctionnent plus, il est impossible de les remplacer et les lésions sont irréversibles : la filtration du sang n’est plus aussi efficace.

 

Les symptômes

Les premiers signes visibles lors du dysfonctionnement rénal du cheval sont :

– Difficulté à uriner

-Hyperthermie

– Apparition d’ulcères au niveau des muqueuses de la bouche

– Congestion des muqueuses.

 

Des analyses sanguines doivent alors être effectuées impérativement en clinique et la conformation s’effectue par une éventuelle échographie du rein.

Deux types d’insuffisance rénale peuvent exister : l’aigüe (IRA), qui apparaît soudainement et la chronique (IRC), plus progressive.

 

Les origines de l’IRA (Insuffisance Rénale Aigüe)

L’insuffisance rénale aigüe est à l’origine de trois problèmes différents en fonction de leur localisation.

Dans un premier temps, la baisse du débit sanguin rénal du cheval ne vient pas directement du rein : le problème apparaît avant la filtration. Dans ce cas, le dysfonctionnement rénal est dû à la quantité insuffisante de sang qui arrive au rein.

Ensuite, la perte de liquide à la suite d’une hémorragie ou une déshydratation baisse également le débit sanguin et crée des lésions directement dans les reins.

Enfin, si le cœur est touché, en cas d’insuffisance cardiaque, il n’envoie pas assez de sang vers les reins, et le dysfonctionnement rénal est également inévitable.

 

Les origines de l’IRC (Insuffisance Rénale Chronique)

Concernant cette pathologie, elle concerne plus souvent les chevaux âgés, car les organes s’affaiblissent naturellement et sont alors moins fonctionnels.

Deux problèmes sont alors à l’origine d’une insuffisance rénale chronique : l’origine congénitale, due à la prédisposition de certaines races de chevaux et l’origine acquise, à la suite d’une infection, d’une tumeur ou d’une maladie.

 

Il est également fréquent que certaines IRA soient détectées trop tardivement et évoluent en IRC. Le rein devient également défectueux en cas de maladie auto-immune (comme la dermatose, le pemphigus foliacé, le lupus érythémateux cutané, la pelade, ou alopecia areata, et le vitiligo) car les cellules immunitaires détruisent petit à petit les cellules rénales.

 

Le traitement à effectuer

Peu importe l’origine et le type d’insuffisance, la réhydratation du cheval est la priorité. Elle est généralement associée à une perfusion.

Dans tous les cas, la réhydratation du cheval est primordiale et est complétée par une perfusion.

 

En cas d’IRA, il faut agir très rapidement afin d’éviter l’élimination des cellules rénales car celles-ci ne peuvent pas se renouveler. La concentration de substances azotées dans le sang (urémie) conduit à une anémie : une transfusion sanguine est alors mise en place.

L’insuffisance rénale aigüe peut également se traiter à l’aide d’antibiotiques aminosides.

Dans tous les cas, l’intervention d’un vétérinaire est nécessaire dès les premiers soupçons de symptômes.

Concernant l’IRC, hormis le traitement de la cause originaire, il est possible de compenser la diminution de fonction rénale des protéines de qualité et une bonne hydratation.

 

Besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? En à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site Equidassur.fr ! Retrouvez-nous également sur notre page Facebook et Instagram !

Retour
0.025
0.025
0.025
0.025
0.025
0.026
0.026
0.026
0.026
0.026
0.03
0.03
0.03
0.03
0.03