eviter-et-soigner-tendinite-du-cheval-2

Comment éviter et soigner la tendinite chez le cheval ?

C’est la blessure la plus courante chez les chevaux sportifs. Bien souvent due à un excès de fatigue, à une sur-sollicitation des membres, ou tout simplement, à une dégénérescence physique de l’animal, la tendinite n’en reste pas moins un mal difficile à anticiper, douloureux pour votre compagnon et surtout long à soigner…

Alors, qu’est-ce que la tendinite du cheval exactement ? Comment l’anticiper ? Quels sont les symptômes et comment la soigner ? Découvrez tous nos conseils pour gérer ce mal au mieux ici.

Une tendinite du cheval, c’est quoi ?

Sans rentrer dans des détails biologiques complexes, la tendinite concerne souvent les tendons fléchisseurs des membres antérieurs ou postérieurs du cheval. Suite à un exercice, les tendons se tendent trop, ce qui aboutit à une rupture partielle ou totale des fibres de collagène composant le tendon. Les tissus sont touchés, désolidarisés. Et la cicatrisation peut être très longue. Sachez que, même après cicatrisation, les tissus n’auront plus jamais la même structure. Les risques de récidives seront donc plus importants. Beaucoup de chevaux de course doivent terminer leur carrière sportive rapidement après des soucis de tendinites, et ce, malgré les meilleurs soins.

Comment diagnostiquer une tendinite ?

Selon le type de tendinite, le mal peut couver depuis quelque temps, sans que vous ne vous en soyez rendu compte, soit arriver brutalement lors d’un exercice. Quoi qu’il arrive, vous constaterez souvent les symptômes suivants :

  • le membre concerné sera gonflé, du fait de la formation d’un œdème du tendon en interne.
  • le membre sera chaud à l’endroit concerné.
  • votre cheval peut se mettre à boiter.
  • et vous constaterez qu’il a mal en bougeant le membre. Il adoptera d’ailleurs souvent une posture de repos, en surélevant le membre douloureux.

En premier lieu, le premier réflexe reste d’appeler un vétérinaire. Patientez tout de même 2 à 3 jours avant d’appeler, pour vous assurer que la blessure n’est pas une fatigue passagère. Mais si ce n’est pas le cas, seul un professionnel pourra constater la tendinite de manière sûre. Il procédera d’abord à l’observation et à des tests de palpations. Avant de se tourner vers une échographie, pour constater l’œdème.

eviter-et-soigner tendinite chez le cheval-3

Comment éviter la tendinite chez mon cheval ?

Même s’il est difficile d’anticiper une tendinite, de nombreux éléments peuvent être mis en place pour limiter les risques.

À commencer par la qualité des sols sur lesquels vous faites faire les entraînements à votre équidé. Les sols trop mous, dans lesquels les membres s’enfoncent en avant ou en arrière, sollicitent davantage les tendons, pouvant aboutir à des ruptures des fibres.

Une activité irrégulière, une trop grande sollicitation du cheval ou un mauvais échauffement peuvent également aboutir à une blessure, tout comme chez nous, les humains.

La qualité de la ferrure peut aussi être en cause. Une ferrure doit être changée régulièrement, pour offrir de bons aplombs au cheval. Une ferrure qui ne sera pas changée en moyenne toutes les 6 semaines maximum, peut sensibiliser la posture d’un cheval et provoquer des blessures.

Enfin, des éléments inhérents à l’animal lui-même peuvent entrer en compte, malgré tous les efforts de soins. Certains chevaux ont naturellement des postures et des défauts de conformation, pouvant aboutir à un plus grand risque de tendinite. L’âge et la surcharge pondérale d’un membre sont également des facteurs aggravants les risques.

eviter-et-soigner-tendinite-du-cheval-4
Comment soigner une tendinite chez le cheval ?

Une chose est sûre, le processus de rétablissement d’une tendinite chez le cheval est long.

La première mesure à prendre est le repos total du cheval. Cette période peut durer de 3 à 12 semaines, à voir avec le vétérinaire. Ce dernier autorisera souvent une marche quotidienne sur sol dur, pour garder votre compagnon en mouvement. Selon un programme établi par le vétérinaire, encore une fois, vous devrez suivre une reprise de l’exercice par étape, passant par la marche, la reprise très progressive du trot, du petit galop. Et ce, jusqu’à la reprise totale de l’exercice, qui peut parfois attendre entre 6 mois et 1 an.

Toujours sous l’aval du professionnel de santé, vous pourrez appliquer des bandes à votre cheval pour soulager des tissus, des poches de glace et des bains d’eau froide sur les membres concernés, jusqu’à 3 fois par jour. Les applications d’argile sont aussi recommandées pour faciliter la résorption de l’œdème. Sans oublier l’application d’onguents, prescrits par le vétérinaire, pour masser et faciliter la cicatrisation des tissus.

eviter-et-soigner-tendinite-du-cheval-5
Le cheval se verra souvent prescrire des anti-inflammatoires également, à ingérer ou sous forme d’injections. Des traitements locaux d’homéopathie, ou même des compléments nutritionnels, peuvent également être ajoutés pour faciliter la régénération des fibres.

Dans certains cas, le vétérinaire prescrira une ferrure orthopédique, visant à soulager le tendon lésé, avec un fer inclinant le membre vers l’avant ou l’arrière. Dans des cas très rares, la chirurgie peut être considérée. Mais elle est toutefois à éviter au maximum, représentant toujours un acte lourd pour le cheval. Et bien souvent, une retraite anticipée et définitive de sa carrière sportive.

 

Besoin de conseils ou d’une assurance pour votre cheval ? En à peine trois clics, découvrez toutes les informations et votre devis sur notre site Equidassur.fr !

Retrouvez-nous aussi sur notre page Facebook !

29 février 2020

Retour
0.025
0.025
0.025
0.025
0.026
0.026
0.026
0.026
0.03
0.03
0.03
0.03